Cichla melaniae
Se distingue des autres Cichla par des barres verticales étroites et de nombreuses petites taches blanches sur les flancs, ainsi que de nombreuses taches ocellées.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Kullander & Ferreira, 2006
Classe: Actinopterygii
Ordre: Perciformes
Famille:  Cichlidae
Genre:  Cichla
Membres du genre Cichla
Cichla piquiti (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla kelberi (Kullander, S.O. and E.J.G. Ferreira, 2006)
Cichla monoculus (Spix et Agassiz, 1831.)
Cichla ocellaris (Bloch & Schneider, 1801)
Cichla orinocensis (Humboldt, 1821)
Cichla temensis (Humboldt, 1821)
Cichla pinima (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla nigromaculata (Jardine & Schomburgk, 1843)
Cichla intermedia (Machado-Allison, 1971)
Cichla jariina (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla melaniae (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla pleiozona (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla thyrorus (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla vazzoleri (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla mirianae (Kullander & Ferreira)
Origine géographique
Aire d'origine : Amérique du sud
Brésil
Trois localités du bassin versant du Rio Xingu : Balneário do Pedral, Cachoeira do Espelho, Gorotire (Rio Fresco).
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
30 à 32 °C
pH
6,5 à 0
Benthopélagique Se dit d'un organisme vivant et se nourrissant près du fond ainsi que dans les eaux moyennes ou près de la surface.tropical , eaux peu profondes, très douces (moins de 1°GH), courant fort sur roches volcaniques.
Description
Taille
: 36 à 0 cm SL  
: 0 cm SL
Respiration
Branchiale
Régime
Carnivore
Cichla melaniae
Poids maximum observé : 3,84 kg, 36 cm en moyenne.
Comme tous les représentants du genre Cichla, on note une profonde échancrure entre les rayons durs et les rayons mous de la nageoire dorsale.L’espèce type du genre est C. ocellaris

Barres verticales 1 à 3 étroites, nombreux points blancs sur les flancs, beaucoup ocellés. Barres 1a et 2a souvent présentes, étroites et peu distinctes.

Nageoire caudale tronquée, coin supérieur anguleux, coin inférieur arrondi. Pectorales pointues, pelviennes arrondies.

Ligne latérale discontinue
Epines dorsales 3 à 6 plus longues.
Couleurs chez l’adulte : femelle au dos brun, plus claire sur les flancs et le côté de la tête. Abdomen, poitrine et parties ventrales jaune pâle à blanc.
Partie postérieure orbitale et opercules parsemés de petites taches brunes à bords blancs, qu’on retrouve sur les flancs antérieurs mélangés à des taches blanches. Ces dernières parsèment aussi le dos et le pédoncule caudal, mais sont absents de la tête.
Partie épineuse de la dorsale grise avec 3 rangées de taches claires, tandis que la partie molle est d’un brun clair parsemé de rangées denses de taches oblongues, irrégulières.
Nageoire anale gris clair, caudale avec lobe dorsal comportant 7 rangées de points jaunâtres puis d’autres plus irréguliers. Lobe ventral de al caudale gris brun.
Bosse nucale chez le mâle, bleu vert dans l’ensemble, parfois brun sombre en partie dorsale, jaunes sur les flancs et blancs en partie ventrale. Ocelle caudale bordée d’un anneau doré.
 
Dimorphisme
Bosse nucale en période de reproduction chez le mâle
Maintenance
Paramètres
Température
        30      0              32      0
pH
         6,5      0            0      0
GH
         1       0              0       0
Une maintenance en aquarium est peu conseillée de par sa taille et ses tendances fortement prédatrices, c’est un poisson plutôt à réserver à un aquarium public de plusieurs mètres cubes.

Disponibilité commerciale : 

Sujets jeunes uniquement
Reproduction
Type
Ovipare
Bosse nucale des mâles âgés, juste en avant de la dorsale, qui constitue une réserve lipidique pendant la période de reproduction.
Commentaires
Son nom de melaniae lui a été donné en l’honneur de Melanie LJ Stiassny, conservatrice des poissons au musée américain d’histoire naturelle, qui a contribué à la systématique des cichlidés.
On le trouve dans le bassin versant de la rivière Xingu en aval des localités où on a trouvé C.mirianae. Ils pourraient résulter d’une spéciation allopatrique, c’est à dire que les espèces dériveraient d’un même ancêtre commun, suite à une séparation géographique. Mais on n’a pas trouvé suffisamment de représentants de ces deux espèces pour vérifier cette hypothèse.

Les couleurs sur les photographies montrent les bandes et spots disposés de manière régulière chez les spécimens jeunes, fraichement pêchés. C’est moins net chez les sujets plus âgés. De même, la couleur variable pourrait être liée à la période de reproduction. Sur certaines photos, d’autres barres fines se dessinent en plus des 3 barres du genre et les 1a et 2a.
Références
https://svenkullander.se/publications/Kullander_Ferreira_Cichla_2006.pdf
Remise en question de la phylogénie des Cichla : https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0172349#pone.0172349.ref029
Fish base : https://fishbase.mnhn.fr/summary/Cichla-melaniae.html
Life map - NCBI : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/Taxonomy/Browser/wwwtax.cgi?id=50735&mode=info (phylogénie complète de C.ocellaris et autres du genre visibles à https://lifemap-ncbi.univ-lyon1.fr , en entrant les noms de genre et espèce dans le moteur de recherche)
Informations sur la biologie et techniques de pêche : https://www.acuteangling.com/amazon-gamefish/peacock-bass-species-guide.html