Procambarus fallax
Écrevisse marbrée (aquarium)
L'écrevisse des marais, n'est pas commercialisée dans sa forme naturelle, mais la forme "virginalis", l'écrevisse marbrée (Marmorkrebs) est assez courante... malheureusement.
L'écrevisse marbrée (Procambarus fallax f. virginalis) est interdite en France et dans une partie de l'Europe, et ne doit pas être élevée en aquarium.


Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Hagen, 1870
Classe: Malacostraca
Ordre: Decapoda
Famille:  Cambaridae
Genre:  Procambarus
Synonymes
Cambarus fallax Hagen, 1870
Procambarus virginalis
Procambarus fallax f. virginalis
Noms Communs
Écrevisse marbrée (aquarium)
Écrevisses des marécages
Écrevisse trompeuse
Marmorkrebs (all)
Marbled Crayfish (en)
Slough Crayfish (en)
Deceitful Crayfish (en)
Membres du genre Procambarus
Procambarus acanthophorus (F. Villalobos, 1948)
Procambarus alleni (Faxon, 1884)
Procambarus clarkii (Girard, 1852)
Procambarus cubensis (Erichson, 1846)
Procambarus fallax (Hagen, 1870)
Procambarus milleri (Hobbs, 1971)
Procambarus pictus (Hobbs, 1940)
Procambarus pubescens (Faxon, 1884)
Procambarus pygmaeus (Hobbs, 1942)
Procambarus vazquezae (F. Villalobos, 1954)
Procambarus versutus (Hagen, 1870)
Origine géographique
Aire d'origine : Amérique du nord
Etats-Unis d'Amérique
Procambarus fallax est présente dans les affluents de la rivière Satilla, en Géorgie, et vers le sud à travers la péninsule de la Floride (Hobbs, 1942). Cette espèce a une répartition d'environ 87000 km2.
Hobbs (1942) a enregistré 1844 spécimens et a déclaré que c'est l'une des espèces les plus communes dans la partie centre-nord de la péninsule de Floride.
L'écrevisse des marais s'étend des systèmes fluviaux Suwannee et Satilla en Géorgie, au sud à travers la majeure partie de la péninsule de Floride (Hobbs 1981).

Procambarus fallax f. virginalis, l'écrevisse marbrée (Marmorkrebs en allemand) est devenue l'une des espèces d'écrevisses non indigènes potentiellement les plus dangereuses qui se répandent dans les pays européens et ailleurs. Elle est enregistrée telle qu'introduite et envahissantes en Allemagne en Estonie et en Pologne.
Avant il y a environ vingt-cinq ans, l'espèce n'existait tout simplement pas. De nos jours, cette écrevisse a été signalée à l'état sauvage dans plusieurs pays européens, dont la Croatie, l'Allemagne, la Hongrie, l'Italie, les Pays-Bas, la République tchèque, la Slovaquie, la Suède et l'Ukraine.

Attention ! Procambarus fallax f. virginalis n'est connu que des aquariums et de son aire de répartition introduite.
La première "Marmorkrebs" (son nom allemand) vivant en liberté a été capturé dans un lac de carrière de gravier près de Karlsruhe, dans le sud-ouest de l'Allemagne, fin 2003 ( Marten et al., 2004 ). En 2005, des preuves anecdotiques ont été présentées pour une population dans un bassin de sédimentation près de la ville de Braunschweig (Basse-Saxe, Allemagne); cependant, cela n'a jamais été vérifié. Par la suite, des spécimens isolés ont été capturés dans de petits ruisseaux près de la ville de Neu-Ulm (Bavière) en 2008 (C Chucholl, Université d'Ulm, Allemagne, communication personnelle, 2011) et en Saxe en 2009 ( Martin et al., 2010b ). La première preuve informelle d'une population établie d'écrevisses marbrées en Allemagne a été publiée par des journaux à la mi-2010 (Privenau, 2010) : les médias locaux ont rapporté à plusieurs reprises que des écrevisses marbrées sortaient d'un petit étang surpeuplé dans un village près de Halle (Saale, Saxe-Anhalt). Peu de temps après, un autre article de recherche a mis en évidence que les écrevisses marbrées avaient formé une population stable et se reproduisant dans un petit lac près de la ville de Fribourg (Bade-Wurtemberg) (Chucholl et Pfeiffer, 2010). Les premiers écrevisses marbrées de cette population ont été capturés en 2009, mais les observations rapportées remontent encore plus loin. En Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest de l'Allemagne), des écrevisses marbrées isolées ont été trouvés dans la Ruhr et le Rhin ( LANUV NRW, 2011 ) et il existe d'autres signalements du sud-ouest et du centre de l'Allemagne qui ne sont pas encore publiés. Chucholl et Pfeiffer (2010)ont suggéré que les enregistrements de écrevisses marbrées publiés en Allemagne ne représentent que la "pointe émergée de l'iceberg".

Des écrevisses marbrées libres ont également été trouvés aux Pays-Bas (Dordrecht) en 2004 ( Soes et van Eekelen, 2006 ; Souty-Grosset et al., 2006 ), environ 30 Marmorkrebs ont été introduites dans un petit plan d'eau en 2003 (Souty-Grosset et al ., 2006) et y étaient encore présents en 2008 (d'après http://www.marmorkrebs.org ).
En Italie, une seule écrevisse marbrée a été trouvée vivante en syntopie avec une importante population de Procambarus clarkii en 2008 (Nonnis Marzano et al., 2009).
Elle vient d’être signalée pour la première fois en France en juillet 2019 (Collas et al., 2019).

A ce jour, l'écrevisse marbrée est la plus répandue et la plus abondante à Madagascar, où elle a probablement été introduite en 2003 à Ambohimangakely (Jones et al., 2009) et est désormais présente dans huit des vingt-deux régions du pays (Heimer, 2010). Elle est principalement distribuée dans les hautes plaines centrales autour de la capitale Antananarivo et est bien établie dans les systèmes fluviaux d'Ikopa et d'Ampasimbe (Jones et al., 2009 ; Kawai et al., 2009 ; Heimer, 2010). Un grand nombre d'écrevisses marbrées ont été vendus à Moramanga (est de Madagascar) en 2008 et elle pourrait être établie dans la région maintenant (Jones et al., 2009).
Au Japon, une écrevisse marbrée a été capturée dans une rivière de la ville de Sapporo (Hokkaido) en 2006 (Kawai et Takahata, 2010).
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Procambarus fallax est une espèce fouisseuse trouvée dans les situations lentiques et lotiques. Hobbs (1942) indique que cette espèce a une gamme d'habitats très variable et se produira dans n'importe quel habitat d'eau douce à condition qu'il y ait suffisamment de végétation pour fournir une protection contre les prédateurs.
Fortement associée à la végétation aquatique dans les ruisseaux, les fossés et les marécages, elles peuvent être néanmoins trouvées dans de simples terriers où l'eau s'est retirée

On trouve l'écrevisse des marais presque toujours souvent associée à la végétation aquatique. Si les niveaux d'eau baissent là où vit cette espèce, elle s'enfouira (Hobbs 1981).
P. fallax est présente dans les ruisseaux et les rivières, mais semble préférer les habitats lentiques ou à écoulement lent et se trouve généralement dans les marais, les prairies humides et les bourbiers avec des sols organiques légers. ( Hendrix et Loftus, 2000 ; Martin et al., 2010a ).
Cette préférence est également reflétée par le nom commun de P. fallax de "l'écrevisse des marais". P. fallax habite également des zones humides temporaires, caractérisées par de brefs assèchements au cours desquels les écrevisses se retirent dans des refuges ou de simples terriers (Martin et coll., 2010a ). Il est considéré comme une espèce fouisseuse tertiaire, c'est-à-dire qu'elle vit en eau libre pendant la majeure partie de sa vie et ne creuse que dans des conditions extrêmes (Dorn et Violin, 2009).

Les écrevisses marbrées (Marmorkrebs) introduites ont elles, été trouvés dans des habitats d'eau douce lentiques et lotiques (par exemple Marten et al., 2004 ; Martin et al., 2010b).
À Madagascar, des écrevisses marbrées ont été signalées dans une grande variété d'habitats, notamment des rizières, des rivières, des lacs et des marécages ( Heimer, 2010 ), ainsi que des fosses à briques, des fossés de drainage et des étangs à poissons ( Jones et al., 2009 ). Les populations établies en Allemagne ne sont connues que dans les habitats lentiques (Chucholl et Pfeiffer, 2010 ; Privenau, 2010).
L'espèce Procambarus fallax a été évaluée comme Préoccupation mineure. Cette espèce a une large distribution dans toute la péninsule de Floride et en Géorgie. C'est une espèce très variable dans ses exigences en matière d'habitat et est considérée comme l'une des espèces d'écrevisses les plus courantes de la péninsule de Floride. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer l'abondance de cette espèce et si elle est touchée par des processus de menace majeurs.

Cette espèce est cependant aujourd'hui menacée en Géorgie par les utilisations des terres dans son aire de répartition qui pourraient altérer l'hydrologie et la qualité de l'eau. L'introduction d'espèces non indigènes est une menace pour toutes les écrevisses indigènes.
Description
Taille
: 6 à 7 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
2 à 4 ans
Régime
Omnivore
La carapace de l'écrevisse est brunâtre sur le dos avec des taches irrégulières plus foncées; il a souvent une faible bande lumineuse en son centre. Il y a une bande foncée (noirâtre) sur chaque face supérieure, et sous la bande, les côtés ont une teinte brunâtre-rosâtre avec de légères taches irrégulières. L'abdomen a une large bande dorsale foncée et de fines rayures plus foncées sur les côtés inférieurs. Les griffes sont brunâtres avec des taches foncées et claires et des tubercules foncés. L'aréole est assez étroite mais jamais oblitérée. Le rostre est long, effilé et porte des épines ou des tubercules marginaux. Une seule colonne cervicale est présente. Cette espèce atteint une longueur totale maximale du corps d'environ 68 mm (sans les pinces).

Les espèces pouvant être confondues avec l'écrevisse des marais sont l'écrevisse séminole (Procambarus seminolae), l'écrevisse péninsulaire (P. paeninsulanus) et l'écrevisse à tubercule blanche (P. spiculifer). L'écrevisse à tubercule blanche a deux paires d'épines cervicales tandis que l'écrevisse de Slough n'en a qu'une. L'écrevisse Seminole a des taches sombres discrètes sur les côtés supérieurs de la carapace tandis que l'écrevisse des marais a une ligne sombre dans cette zone. L'écrevisse de la péninsule a des pinces sombres avec des tubercules rougeâtres-orangés tandis que l'écrevisse des marais a des pinces brunes avec des taches sombres et claires et des tubercules foncés.

L'écrevisse marbrée que l'on trouve dans les aquariums et dans la nature en dehors de sont aire de répartition naturelle est Procambarus fallax f. virginalis plus connue sous le nom d'écrevisse marbrée.

Elle a été découverte pour la première fois dans le commerce d'animaux de compagnie allemand au milieu des années 1990 et est le seul crustacé décapode connu qui se reproduit par parthénogenèse.
Il a circulé dans le commerce européen des animaux de compagnie pendant plusieurs années avant que les premiers spécimens vivant en liberté ne soient capturés en Europe et à Madagascar en 2003. Les écrevisses marbrées se sont rapidement établis à Madagascar et ont envahi huit des vingt-deux régions du pays, aidés par la dispersion par l'homme. De nombreux enregistrements d'Europe sont basés sur la collecte de spécimens uniques; cependant, des données récentes prouvent que des populations établies existent au moins en Allemagne. La parthénogenèse permet un potentiel reproducteur élevé et une seule écrevisse marbrée peut créer une nouvelle population. Les écrevisses marbrées sont considérées comme des "envahisseurs parfaits" à Madagascar et l'on craint qu'ils n'aient un impact négatif sur la riziculture et la pêche continentale. Les écrevisses marbrées menacent également les écrevisses indigènes en raison de la concurrence et de la transmission de la peste des écrevisses.

À ce jour, l'écrevisse marbrée n'est connu que des aquariums et de son aire de répartition introduite.
 
Régime Alimentaire
Aucune étude sur l'alimentation de l'écrevisse des marais n'est connue.
Les écrevisses sont considérées comme des omnivores opportunistes et se nourrissent probablement de végétation vivante et en décomposition, de larves d'insectes aquatiques, de petits poissons et de matières animales mortes.

Cette écrevisse n'échappe pas à cette règle et pourra être nourrie en captivité avec des aliments secs pour écrevisses disponibles dans le commerce, des aliments vivants (larves de moustiques, Tubifex, etc.), des légumes blanchis ou frais, et des feuilles de hêtre ou de chêne.

Les feuilles d'automne sont vivement recommandées, car elles favorisent une mue saine.
Les escargots sont appréciés et souvent consommés.

Un apport de calcium sera indispensable à la croissance et à la mue des écrevisses. Si la nourriture habituelle n'est pas suffisamment variée, on complémentera avec des aliments spécialisés riche en calcium, ou des os de seiche, du chou frisé blanchi ou des coquille d'œuf ce qui aidera à la formation de l'exosquelette.

Attention ! Comme toutes les écrevisses, elles sont faciles à nourrir, mais plus encore à suralimenter.
On veillera à ne pas laisser de nourriture se décomposer dans le bac en nourrissant selon les besoins. Dans un aquarium riche en matière organique et équilibré, on pourra nourrir tous les deux jours.
Cependant, les espèces agressives ne doivent pas non plus être affamées pour éviter les querelles au gagnage.

Comme la plupart des espèces d'écrevisses, le Marmorkrebs est très probablement un omnivore polytrophe. Il se nourrit probablement de détritus, d'algues, de plantes et d'invertébrés et peut également avoir un impact sur les niveaux trophiques supérieurs (par exemple, les poissons). Les substances végétales dominaient le contenu stomacal de dix Marmorkrebs vivant en liberté échantillonnés à Madagascar ( Kawai et al., 2009 ).
Dimorphisme
Il est assez facile de différencier les écrevisses mâles et femelles, car il suffit de regarder sous la carapace, les organes reproducteurs. Aussi, au stade pré‐reproductif (juvénile), il est presque impossible de différencier les mâles des femelles à l'œil nu.
Chez certaines espèces, il peut également avoir d'autres critères tels que la taille, la coloration, les griffes, etc. Cependant, bon nombre de ces traits ne sont présents que chez les adultes matures et appartiennent à une espèce particulière.

Les écrevisses sont sexuellement dimorphes et leur sexe peut être déterminé de l'extérieur*.
Chez le mâle, la cinquième paire de pattes locomotrices porte des orifices génitaux (deux appendices en forme de L , les organes de transfert de sperme).
En outre, les deux premières paires d'appendices abdominaux (pléopodes) sont hypertrophiés en gonopodes. Le gonopode est un organe reproducteur mâle issu d'une modification d'appendices qui sont originellement des nageoires.
Chez la femelle, la troisième paire de pattes locomotrices porte des orifices
génitaux (réceptacle de sperme circulaire). Les premiers et deuxièmes pléopodes ne présentent pas d'hypertrophie.

Comment procéder ?
On retournera l'animal pour exposer sa face ventrale. On portera des gants pour les grandes espèces pouvant pincer fortement.
En regardant la partie inférieure de leur abdomen (la partie inférieure de la partie blanche du ventre), nous pouvons voir que les mâles ont un ensemble supplémentaire de pléopodes utilisés pour la fécondation interne.
Il y a une formation triangulaire de petites pattes (appendices en forme de L), qui a révélé un mâle.
Les femelles ont des réceptacles séminaux et n'ont pas les pléopodes supplémentaires visibles derrière les pattes ambulatoires.

*On notera que chez Procambarus fallax "virginalis", il n'y a que des femelles, la reproduction étant parthénogénétique.
Pour cette forme courante en aquariophilie, point est besoin de s'inquiété du sexe.
Dangerosité
 
 
 Faible
Les écrevisses de grande taille peuvent pincer, généralement sans gravité.
On évitera donc de la manipuler sans précaution.

Attention ! Les écrevisses américaines transmettent potentiellement la peste de l'écrevisse (aphanomycose) et ne doivent donc jamais être en contact avec les autres écrevisses qui y sont sensibles. Les spores de l'agent pathogène se trouvent dans l'eau dans laquelle les écrevisses américaines sont maintenues, il faut donc s'assurer qu'aucune eau, qu'aucun matériel, qu'aucune plante... ne puisse se retrouver dans l'aquarium des écrevisses du genre Astacus ou Cherax.

Porteuse saine, elles représentent une menace pour les espèces indigènes d'Asie et d'Europe (Keller et al., 2014), avec lesquelles elle est également susceptible d’entrer localement en compétition.
Maintenance
Population
2 minimum
Zone
Inférieure
Ratio M/F
1 / 1
Paramètres
Température
        10      18              25      27
pH
         6      7            8      9
GH
         3       6              12       18
Conductivité
         100     150          300     1000
Brassage
Aquarium
Volume
60 l minimum (80 l recommandé)
L'écrevisse des marais américaine et sauvage, vit dans une grande variété d'habitats, notamment des ruisseaux, des étangs, des fossés et des marécages. On le trouve presque toujours souvent associé à la végétation aquatique. Si les niveaux d'eau baissent là où vit cette espèce, elle s'enfouira (Hobbs 1981).

On se rapprochera donc au mieux des conditions naturelles en prévoyant un bac reproduisant la berge d'un ruisseaux d'eau clair sur fond de sable ou un marais.
On pourra avantageusement y ajouter une litière de feuilles, des branchages, et des enrochements permettant les cachettes.
La température doit rester assez fraîche et, si possible, ne pas dépasser vingt cinq degrés Celsius.
La dureté de l'eau n'est pas importante tant quelle reste moyenne.
L'eau devant rester claire et le courant plutôt faible, on filtrera en conséquence.
La lumière n'a que peu d'importance, sinon pour la survie des plantes qui seront cultivées.

Attention !
L'écrevisse marbrée (Procambarus fallax f. virginalis), interdite en France et dans une partie de l'Europe ne doit pas être élevée en aquarium.

La principale voie d'introduction des écrevisses marbrées est la libération délibérée de spécimens d'aquarium (Soes et van Eekelen, 2006 ; Souty-Grosset et al., 2006 ; Chucholl et Pfeiffer, 2010). Sa coloration attrayante, sa nature peu exigeante et son mode de reproduction exceptionnel rendent les écrevisses marbrées attrayantes pour les aquariophiles. Cependant, la parthénogenèse permet un potentiel reproducteur élevé et les écrevisses marbrées peuvent rapidement sur-peupler un aquarium. Les aquariophiles voudront probablement décharger le stock excédentaire, soit vers d'autres aquariophiles, soit vers la nature (Souty-Grosset et al., 2006). Le fait que les écrevisses marbrées se propagent par parthénogenèse rend le risque de libération entraînant une population reproductrice considérablement plus élevé que pour les espèces d'écrevisses à reproduction sexuée - une seule écrevisses marbrées suffit à créer une nouvelle population.

Attention :Les procambarus sp. peuvent se noyer si elles sont maintenues dans l'eau sans oxygénation ajouté. Cela rend les barboteurs d'air obligatoires. Certains éleveurs, au lieu du barboteur, place une pierre dans l'aquarium pour que les écrevisses puissent sortir de l'eau.

L'aquarium doit être à l'épreuve des évasions, car les écrevisses aiment se promener et passent facilement à travers de très petites fissures.

Comme pour tous les arthropodes, l'acclimatation douce est cruciale.
Avant d'ajouter les écrevisses, l'eau du réservoir doit être exempte de chlore et de tout autre produit chimique, et l'acclimation devra se faire goutte à goutte sur deux ou trois heures.

Note : Le commerce des aquariums est considéré comme l'une des principales voies d’introduction des écrevisses invasives. Le réchauffement climatique pourrait encore accroître leur potentiel à s'établir dans des habitats auparavant indisponibles ou inappropriés.
Dans le cadre d’une aquariophilie responsable, on veillera donc à prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter leur établissement dans le milieu naturel, quel que soit la latitude ou l’altitude.

Disponibilité commerciale : Interdite

L'écrevisse des marais, n'est pas commercialisée dans sa forme naturelle, mais la forme "virginalis" (Marmorkrebs) est assez courante... malheureusement.

Cette espèce a été décrite pour la première fois dans le commerce aquariophile allemand à la fin des années 1990 et s'est largement répandue les années suivantes sous son nom allemand "Marmorkrebs"

En raison de son potentiel invasif, l'écrevisse marbrée a récemment été incluse, avec quatre autres écrevisses envahissantes d'origine nord-américaine, dans la liste des trente-sept espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l'Union européenne (Règlement UE n° 1143/2014 ; Règlement d'exécution n° 1143/2014 de la Commission ; 2016/1141).

En conséquence il ne faut JAMAIS relâcher l'écrevisse marbrée dans la nature. Vérifiez les lois de votre pays avant d'en acheter. Il s'agit d'une espèce restreinte (interdite) dans certains États américains et pays européens.

Actuellement, l'écrevisse marbrée est une espèce spécifiquement interdite dans le Missouri (USA) (selon http://www.marmorkrebs.org) et son importation ou détention est illégale dans certains pays, dont la Suède (Edsman, 2004) et la Grande-Bretagne (Peay et al., 2010) en Europe. Cependant, l'écrevisse marbrée a été trouvée illégalement dans le commerce des aquariums en Grande-Bretagne (Peay et al., 2010).

Figurant sur la liste des espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union Européenne (règlement d’exécution 2016/1141), son introduction sur le territoire, y compris le transit sous surveillance douanière, l’introduction dans le milieu naturel, détention, transport, colportage, utilisation, échange, mise en vente, vente ou achat de spécimens sont interdits en France par l’arrêté du 14 février 2018.

Attention ! La prolifération des écrevisses marbrées comme animal de compagnie d'aquarium augmente la pression des propagules et donc la probabilité et le risque d'établissement dans la nature. Par exemple, on craint que son arrivée et sa propagation dans le commerce des animaux de compagnie en Amérique du Nord n'entraînent inévitablement des lâchers de captivité là-bas (Faulkes, 2010). Les écrevisses marbrées sont disponibles dans les animaleries en ligne et peuvent être facilement expédiés à travers les frontières (Chucholl, 2010 ; Peay et al., 2010). De plus, les contacts personnels entre amateurs d'écrevisses peuvent conduire à des acquisitions transfrontalières (Faulkes, 2010).
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Courante
Paramètres
Température
18 à 20 °C
pH
7 à 8
GH
6 à 12 °GH
Procambarus fallax, L'écrevisse des marais.
La reproduction a généralement lieu au printemps et à l'automne, mais des mâles en état de reproduction peuvent être trouvés à tout moment de l'année. Lorsque les écrevisses femelles sont prêtes à pondre, elles trouvent généralement une cachette sûre et sont donc rarement rencontrées. Lorsque les œufs sont libérés, la femelle les attache à ses pléopodes. A l'éclosion, les écrevisses juvéniles restent attachées à la mère. Après que les juvéniles aient mué pour la deuxième fois, ils sont libérés, mais restent proches et la retiendront pendant un certain temps. Finalement, ils s'en vont d'eux-mêmes.
Les écrevisses muent six ou sept fois au cours de leur première année de vie et la plupart sont probablement capables de se reproduire à la fin de cette année. Combinant la Géorgie et la Floride, Des écrevisses des marais mâles en état de reproduction ont été capturées chaque mois de l'année. En Géorgie, une seule femelle avec des œufs a été collectée (en juillet), mais elles ont été trouvées avec des œufs tous les mois de l'année en Floride, principalement en mars. Des femelles avec des petits ont été trouvées en Floride en mars (42 individus), avril (3) et juin (3). Le plus petit mâle reproducteur connu mesure environ 30 mm et la seule femelle géorgienne portant des œufs mesure environ 40 mm de longueur (Hobbs 1981).

Procambarus fallax f. virginalis (Procambarus virginalis) L'écrevisse marbrée.
En 2003, Gerhard Scholtz a signalé qu'une écrevisse non identifiée en Allemagne se reproduisait parthénogénétiquement (sans mâles) dans un aquarium. Il s'agissait du premier enregistrement d'un crustacé décapode parthénogénétique.
À l'aide de caractères morphologiques et de marqueurs moléculaires, les scientifiques ont identifié l'écrevisse des marais à reproduction sexuée Procambarus fallax de Floride comme le parent le plus proche de l'écrevisse marbrée et ont suggéré le nom provisoire Procambarus fallax forma virginalis.
La répartition géographique indigène de cette forme, si elle est présente à l'état sauvage, est encore inconnue. Au fond, personne ne sait même comment cette espèce a été créée. Bien qu'il ne puisse être exclu que l'origine de cette écrevisse puisse être une hybridation entre Procambarus fallax et certaines autres espèces du genre Procambarus.
L'un des problèmes est que les biologistes utilisent des pléopodes et des gonopodes Le gonopode est un organe reproducteur mâle issu d'une modification d'appendices qui sont originellement des nageoires.mâles pour identifier les espèces d'écrevisses. Ce n'est absolument pas possible avec les écrevisses marbrées, ce sont toutes des femelles.

L'écrevisse marbrée se propage de manière apomictique et produit des clones génétiquement uniformes (Martin et al., 2007). La variation du développement, cependant, conduit à de nombreux phénotypes, même lorsqu'ils sont élevés dans des conditions identiques (Vogt et al., 2008).
L'écrevisse marbrée est unique dans la mesure où il est le seul crustacé décapode connu qui se reproduit par parthénogenèse apomictique : il n'existe que des femelles qui pondent des œufs non fécondés qui se développent en une progéniture génétiquement uniforme (Scholtz et al., 2003 ; Martin et al., 2007 ; Vogt et al., 2008 ). Aucun mâle n'a été trouvé en laboratoire ou dans des populations sauvages introduites (Seitz et al., 2005 ; Jones et al., 2009).
Les données disponibles suggèrent que l'écrevisse marbrée est une espèce à croissance rapide, qui présente des traits d'histoire de vie re-sélectionnés comme une maturation précoce, une période de reproduction prolongée et une fécondité élevée. La parthénogenèse permet un potentiel reproducteur élevé et comme les femelles n'ont pas besoin de s'accoupler pour se reproduire, un seul spécimen suffit à créer une nouvelle population.
La reproduction et la croissance des écrevisses marbrées ont été étudiées en laboratoire par Seitz et al. (2005) . Ils ont constaté que le taux de croissance était largement dépendant de la température et le plus élevé à 30°C, tandis que la survie la plus élevée se produisait à 20°C. Les écrevisses marbrées exposées à de basses températures de l'eau (8-10°C) ont pour la plupart survécu et certains individus ont mué à 10°C.

Les femelles élevées à une température de 20-25°C ont commencé à se reproduire à l'âge de 141-255 jours (longueur de la carapace = 14-22 mm). La fécondité variait entre 45 et 416 œufs pléopodes et augmentait avec la taille de la mère. La couvaison durait entre 22 et 42 jours et les périodes entre pontes variaient entre 50 et 85 jours.
La fécondité des écrevisses marbrées vivant en liberté à Madagascar était légèrement plus élevée et variait entre environ 50 et 525 œufs pléopodes ( Jones et al., 2009 ). Trois Marmorkrebs ovigères capturés dans le sud-ouest de l'Allemagne portaient 7, 160 et 724 œufs pléopodes ( Chucholl et Pfeiffer, 2010 ).

Seules des informations limitées sont disponibles sur le moment de la reproduction dans les populations de l'écrevisse marbrée vivant en liberté : à Madagascar, des femelles ovigères ont été observées en mars, juin, juillet-septembre et décembre ( Jones et al., 2009 ). Dans le sud-ouest de l'Allemagne, des femelles ovigères ont été trouvées du début juin à la mi-octobre, à des températures de l'eau comprises entre 26 et 15 °C ( Chucholl et Pfeiffer, 2010 ; M Pfeiffer et C Chucholl, Université d'Ulm, Allemagne, communication personnelle, 2011). Seitz et al. (2005) ont signalé que les écrevisses marbrées en laboratoire cessaient de se reproduire à des températures de 15 °C ou moins.
Commentaires
Étymologie : Procambarus du latin Cambarus, altération du latin cammarus "homard" (du grec ancien κάμμαρος (kámmaros )) et fallax "trompeur, perfide, imposteur".

Pour la forme Procambarus fallax f. virginalis (Procambarus virginalis) virginalis "virginal" en raison de son mode de reproduction particulier.

Utilisations traditionnelles ou commerciales :
À Madagascar, les écrevisses marbrées sont récoltées pour la consommation humaine et vendues sur les marchés comme source de protéines bon marché. Elles sont élevées dans des rizières et peuvent être offerts en cadeau à des parents dans d'autres régions. D'autres introductions le long des principales voies de transport sont donc probables (Jones et al., 2009 ; Kawai et al., 2009 ; Heimer, 2010).
Références
GBIF, IUCN, CABI, CREEE
NatureServe. 2009.
- Chucholl C, Pfeiffer M, 2010. First evidence for an established Marmorkrebs (Decapoda, Astacida, Cambaridae) population in Southwestern Germany, in syntopic occurrence with Orconectes limosus (Rafinesque, 1817). Aquatic Invasions. 5 (4), 405-412.
- Crandall, K.A. 2010. Procambarus fallax. The IUCN Red List of Threatened Species 2010
- Faulkes Z, 2010. The spread of the parthenogenetic marbled crayfish, Marmorkrebs (Procambarus sp.), in the North American pet trade. Aquatic Invasions. 5 (4), 447-450.
- Fetzner, J.W. 2008. Crayfish Taxonomy Browser.
- Heimer K, 2010. Invasion of self-cloning crayfish alarms Madagascar. In: EarthTimes
- Hobbs, H.H.Jr. 1942. The Crayfishes of Florida. Biological Science Series 3(2): 1-179.
- Hobbs, H.H., Jr. 1981. The crayfishes of Georgia. Smithsonian Contributions to Zoology 318:1–549.
- Jimenez SA; Faulkes Z, 2011. Can the parthenogenetic marbled crayfish Marmorkrebs compete with other crayfish species in fights? Journal of Ethology, 29(1):115-120.
- Jirikowski G; Kreissl S; Richter S; Wolff C, 2010. Muscle development in the marbled crayfish-insights from an emerging model organism (Crustacea, Malacostraca, Decapoda). Development Genes and Evolution, 220(3-4):89-105.
- Jones JPG; Rasamy JR; Harvey A; Toon A; Oidtmann B; Randrianarison MH; Raminosoa N; Ravoahangimalala OR, 2009. The perfect invader: a parthenogenic crayfish poses a new threat to Madagascar's freshwater biodiversity. Biological Invasions, 11(6):1475-1482.
- Kawai T, Scholtz G, Morioka S, Ramanamandimby F, Lukhaup C, Hanamura Y, 2009. Parthenogenetic alien crayfish (Decapoda: cambaridae) spreading in Madagascar. Journal of Crustacean Biology. 29 (4), 562-567.
- Pfeiffer M, "Marmorkrebse überleben im Eis." Fischer & Teichwirt, 6:204. (2005)
- Scholtz G; Braband A; Tolley L; Reimann A; Mittmann B; Lukhaup C; Steuerwald F; Vogt G. "Parthenogenesis in an outsider crayfish." Nature, 421(6925):806-806. (2003)
- Skelton Christopher E. "Procambarus fallax (Hagen, 1870)" in Georgia Biodiversity (2012)
- Seitz R; Vilpoux K; Hopp U; Harzsch S; Maier G, 2005. Ontogeny of the Marmorkrebs (marbled crayfish): a parthenogenetic crayfish with unknown origin and phylogenetic position. Journal of Experimental Zoology A, 303(5):393-405.
- Taylor, C.A., Schuster, G.A., Cooper, J.E., DiStefano, R.J., Eversole, A.G., Hobbs III, H.H., Robison, H.W., Skelton, C.W. and Thoma, R.F. 2007. A Reassessment of the Conservation Status of Crayfishes of the United States and Canada after 10+ Years of Increased Awareness. Fisheries, American Fisheries Society 32(8): 372-389.
- Veselý Lukáš, Buřič Miloš, Kouba Antonín, "Hardy exotics species in temperate zone: can “warm water” crayfish invaders establish regardless of low temperatures ?" in Sci Rep. ; 5: 16340 (2015)
- Vogt G, 2008. The marbled crayfish: a new model organism for research on development, epigenetics and evolutionary biology. Journal of Zoology, 276(1):1-13.
- Vogt G, 2010. Suitability of the clonal marbled crayfish for biogerontological research: A review and perspective, with remarks on some further crustaceans. Biogerontology, 11(6):643-669.
- Vogt G; Huber M; Thiemann M; Boogaart Gvan den; Schmitz OJ; Schubart CD, 2008. Production of different phenotypes from the same genotype in the same environment by developmental variation. Journal of Experimental Biology, 211(4):510-523.

Pour citer cette fiche : "Procambarus fallax Hagen, 1870" in B-Aqua / GP (2022)