Procambarus versutus
Écrevisse rusée
L'Écrevisse rusée est courante dans le commerce aquariophile nord américain mais reste assez peu proposée en Europe où elle est mal connue.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Hagen, 1870
Classe: Malacostraca
Ordre: Decapoda
Famille:  Cambaridae
Genre:  Procambarus
Synonymes
Cambarus versutus Hagen, 1870
Noms Communs
Écrevisse rusée
Sly Crayfish (en)
Membres du genre Procambarus
Procambarus acanthophorus (F. Villalobos, 1948)
Procambarus alleni (Faxon, 1884)
Procambarus clarkii (Girard, 1852)
Procambarus cubensis (Erichson, 1846)
Procambarus fallax (Hagen, 1870)
Procambarus milleri (Hobbs, 1971)
Procambarus pictus (Hobbs, 1940)
Procambarus pubescens (Faxon, 1884)
Procambarus pygmaeus (Hobbs, 1942)
Procambarus vazquezae (F. Villalobos, 1954)
Procambarus versutus (Hagen, 1870)
Origine géographique
Aire d'origine : Amérique du nord
Etats-Unis d'Amérique
États-Unis (Alabama, Floride, Géorgie)

Procambarus versutus est généralement distribuée dans la région des plaines côtières de l'Alabama depuis le système Mobile aussi loin au nord que les comtés de Choctaw, Tuscaloosa, Blount et Tallapoosa, à l'est jusqu'au système Chattahoochee en Géorgie où elle n'est connue que de quelques sites, et la handlepan de Floride à l'ouest du système Apalatchicola (Fetzner 2008). Cette espèce a une distribution d'environ 115 000 km2 .

L'écrevisse rusée est distribuée dans le système de la rivière Chattahoochee dans les comtés de Chattahoochee et de Marion. À l'exception de quelques petits ruisseaux se jetant directement dans la rivière Chattahoochee depuis Fort Benning, en Géorgie, les enregistrements de l'écrevisse rusée sont limités au système du ruisseau Upatoi où un habitat de haute qualité se trouve dans le ruisseau Pine Knot et d'autres affluents orientaux du ruisseau Upatoi.

En Alabama, l'espèce est connue de tous les systèmes fluviaux à l'exception du Tennessee. Heath et al. (2010) l'ont documenté dans le sud-est de l'Alabama 344 individus dans 18 des 50 sites (rivière Choctawhatchee, rivière Pea, rivière Yellow, bassins versants du ruisseau Patsaliga). Ratcliffe et DeVries (2004) l'ont documenté dans 2 des 35 sites étudiés dans le bassin versant de la rivière Tallapoosa, en Alabama.
McGregor et al. (1999) l'ont aussi documenté dans plusieurs sites des bassins hydrographiques de l'Alabama et de la rivière Tombigbee, en Alabama.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Procambarus versutus n'a été trouvée que dans des cours d'eau clairs permanents et fluides.
Pendant la journée, on les trouve généralement dans les débris, les plantes aquatiques (par exemple, Orontium aquaticum) et les réseaux racinaires le long des rives des cours d'eau sur des substrats sablonneux, vaseux et limoneux (Stanton 2008). Elles se déplacent sur le sable pour se nourrir la nuit. Elles peuvent aussi creuser de simples terriers dans les berges des cours d'eau.

Selon Baker et al . (2008), cette espèce est commune à abondante dans un habitat convenable à la plupart des endroits.
Procambarus versutus a été évaluée comme "Préoccupation mineure". Cette espèce a une large distribution, dans une zone d'occurrence de 115 000 km2 et se trouve dans trois États américains. Cette espèce est abondante dans de bonnes conditions d'habitat, et bien qu'elle puisse être affectée localement par la construction de routes et les activités militaires, elle n'est pas menacée à l'échelle mondiale. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer l'abondance de cette espèce et si elle est touchée par des menaces dans son aire de répartition.

L'écrevisse rusée est cependant menacée en Géorgie par sa petite aire de répartition géographique et les utilisations des terres dans cette aire de répartition qui pourraient altérer l'hydrologie et la qualité de l'eau. L'habitat du comté de Chattahoochee se trouve dans la propriété fédérale, la réserve militaire de Fort Benning. Cet habitat a été bien protégé dans le passé, mais pourrait être menacé par un entraînement militaire accru sur la base. Deux des meilleures localités du comté de Marion ont été touchées par la récente construction d'autoroutes.

Cette espèce est néanmoins considérée comme stable pour le moment. De plus, Fort Benning a mis en place des programmes de gestion des ressources naturelles et a la capacité de fournir une protection considérable à cette espèce.

Cette espèce s'est vue attribuer le statut de patrimoine mondial G5 par NatureServe et "Actuellement stable" par l'American Fisheries Society (Taylor et al. 2007, NatureServe 2009).
Description
Taille
: 8 à 9 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
2 à 3 ans
Régime
Omnivore
L'écrevisse rusée est dorsalement bronze ou brune avec des marques crème et noires. Des rayures de couleur crème frappantes courent horizontalement le long des côtés de la carapace et de l'abdomen. Le rostre porte des épines latérales à la pointe et a une crête centrale (carène). Il y a deux épines cervicales distinctes de chaque côté de la carapace. Les griffes sont sombres, mais les tubercules sur les griffes sont encore plus sombres encore. L'abdomen est brun et est couvert de taches noires ; ces marques noires forment une bande horizontale aux bords irréguliers le long des côtés de l'abdomen. L'aréole est deux à trois fois plus longue que large et représente 24 à 28 % de la longueur totale de la carapace. Les mâles de cette espèce peuvent atteindre une longueur corporelle totale maximale de plus de 90 mm. Les femelles matures ont à peu près de la même taille, mais les mâles ont des pinces nettement plus grandes.

L'écrevisse rusée a un motif de couleur distinctif dans la vie qui le rend facile à distinguer des autres écrevisses dans son aire de répartition. Cependant, il peut être difficile de la distinguer des spécimens conservés de l'écrevisse à tubercule blanche ( Procambarus spiculifer ). Les tubercules sombres (vs blancs) de l'écrevisse rusée sont caractéristiques. Cette espèce se trouve généralement dans les cours d'eau à faible pH (acide), tandis que l'écrevisse blanche à tubercule se trouve généralement dans les cours d'eau à pH presque neutre.
 
Régime Alimentaire
Aucune étude de l'alimentation de l'écrevisse rusée n'est disponible, mais les écrevisses du genre sont considérées comme des omnivores opportunistes et se nourrissent le plus souvent de végétation vivante et en décomposition, de larves d'insectes aquatiques, de petits poissons et de matières animales mortes.

L'écrevisse rusée pourra être nourrie en captivité avec des aliments secs pour écrevisses disponibles dans le commerce, des aliments vivants (larves de moustiques, Tubifex, etc.), des légumes blanchis ou frais, et des feuilles de hêtre ou de chêne.
Les feuilles d'automne sont vivement recommandées, car elles favorisent une mue saine.
Les escargots sont appréciés et souvent consommés.

Un apport de calcium sera indispensable à la croissance et à la mue des écrevisses. Si la nourriture habituelle n'est pas suffisamment variée,

Attention ! Comme toutes les écrevisses, elles sont faciles à nourrir, mais plus encore à suralimenter.
On veillera à ne pas laisser de nourriture se décomposer dans le bac en nourrissant selon les besoins. Dans un aquarium riche en matière et organique équilibré, on pourra nourrir tous les deux jours.
Cependant, les espèces agressives ne doivent pas non plus être affamées pour éviter les querelles au gagnage.
Dimorphisme
Les mâles ont des pinces proportionnellement plus grandes que les femelles

Plus généralement, il est assez facile de différencier les écrevisses mâles et femelles, car il suffit de regarder sous la carapace, les organes reproducteurs. Aussi, au stade pré‐reproductif (juvénile), il est presque impossible de différencier les mâles des femelles à l'œil nu.
Chez certaines espèces, il peut également avoir d'autres critères tels que la taille, la coloration, les griffes, etc. Cependant, bon nombre de ces traits ne sont présents que chez les adultes matures et appartiennent à une espèce particulière.

Les écrevisses sont sexuellement dimorphes et leur sexe peut être déterminé de l'extérieur*.
Chez le mâle, la cinquième paire de pattes locomotrices porte des orifices génitaux (deux appendices en forme de L , les organes de transfert de sperme).
En outre, les deux premières paires d'appendices abdominaux (pléopodes) sont hypertrophiés en gonopodes. Le gonopode est un organe reproducteur mâle issu d'une modification d'appendices qui sont originellement des nageoires.
Chez la femelle, la troisième paire de pattes locomotrices porte des orifices
génitaux (réceptacle de sperme circulaire). Les premiers et deuxièmes pléopodes ne présentent pas d'hypertrophie.

Comment procéder ?
On retournera l'animal pour exposer sa face ventrale. On portera des gants pour les grandes espèces pouvant pincer fortement.
En regardant la partie inférieure de leur abdomen (la partie inférieure de la partie blanche du ventre), nous pouvons voir que les mâles ont un ensemble supplémentaire de pléopodes utilisés pour la fécondation interne.
Il y a une formation triangulaire de petites pattes (appendices en forme de L), qui a révélé un mâle.
Les femelles ont des réceptacles séminaux et n'ont pas les pléopodes supplémentaires visibles derrière les pattes ambulatoires.

*On notera que chez Procambarus fallax "virginalis", il n'y a que des femelles, la reproduction étant parthénogénétique.
Dangerosité
 
 
 Faible
Les écrevisses de grande taille peuvent pincer, généralement sans gravité.
On évitera donc de la manipuler sans précautions.

Attention ! Les écrevisses américaines transmettent potentiellement la peste de l'écrevisse (aphanomycose) et ne doivent donc jamais être en contact avec les autres écrevisses qui y sont sensibles. Les spores de l'agent pathogène se trouvent dans l'eau dans laquelle les écrevisses américaines sont maintenues, il faut donc s'assurer qu'aucune eau, qu'aucun matériel, qu'aucune plante... ne puisse se retrouver dans l'aquarium des écrevisses du genre Astacus ou Cherax.

Porteuse saine, elles représentent une menace pour les espèces indigènes d'Asie et d'Europe (Keller et al., 2014), avec lesquelles elle est également susceptible d’entrer localement en compétition.
Maintenance
Population
2 minimum (2 recommandé)
Zone
Inférieure
Ratio M/F
1 / 1
Paramètres
Température
        18      20              25      28
pH
         6      6,5            7      7,5
GH
         5       8              12       15
Brassage
Aquarium
Volume
80 l minimum (100 l recommandé)
Procambarus versutus est peu maintenue en aquarium, et les données fiables sont assez rares.

Dans la nature, Procambarus versutus n'a été trouvée que dans des cours d'eau clairs permanents et fluides.
Pendant la journée, on les trouve généralement dans les débris, les plantes aquatiques (par exemple, Orontium aquaticum) et les réseaux racinaires le long des rives des cours d'eau sur des substrats sablonneux, vaseux et limoneux.
Elles peuvent aussi creuser de simples terriers dans les berges des cours d'eau.

On se rapprochera donc au mieux des conditions naturelles en créant un bac reproduisant la berge d'un ruisseaux d'eau clair sur fond de sable boueux.
Un grand paludarium tempéré sera la meilleurs configuration possible sachant que cette écrevisse sort fréquemment de l'eau pour creuser des terriers profonds.
On pourra avantageusement y ajouter une litière de feuilles, des branchages, et des enrochements permettant les cachettes.

La température doit rester fraiche et, si possible, ne pas dépasser vingt degrés Celsius.
La dureté de l'eau n'est pas importante tant quelle reste moyenne.
L'eau devant rester claire et le courant modéré à fort, on filtrera en conséquence.
La lumière n'a guère d'importance, sinon pour la survie des plantes qui seront cultivées, sur la berge notamment.
Le couvercle doit bien se fermer, car ces écrevisses sont d'excellentes grimpeuses.

La température de l'eau doit être comprise entre 18 et 28 °C maximum, donc un appareil de chauffage n'est pas forcément nécessaire. Une légère variation saisonnière semble bénéfique.
L'écrevisse est relativement peu exigeante en ce qui concerne les valeurs de l'eau. Néanmoins, l'acclimatation à l'aquarium doit se faire lentement comme pour tous les crustacés.

Des cachettes comme des tubes ouverts des deux côtés, des racines et des pierres sont nécessaires pour que les écrevisses puissent s'éviter.
Les écrevisses rusées se cachent généralement pendant la journée et sortent la nuit pour se nourrir.

Les plantes immergées ne sont pas indispensables, mais si on tient à planter, on choisira des plantes résistantes telles que les anubies ou des plantes flottantes.

Procambarus versutus n'est pas "très" agressive et, semble t-il, peut être maintenue avec des crevettes naines ayant des besoins en eau comparables, et peut également l'être avec des poissons de surface paisibles.
Néanmoins, ces écrevisses restent dangereusement opportunistes pour tous les autres occupants de l'aquarium.
Les escargots, par exemple, sont consommés, ainsi que tous les animaux faibles ou malades qu'elles pourront attraper.
On conseillera donc jamais assez le maintien en bac spécifique, tant que faire se peut.

Attention ! Les ​​Procambarus sp., sont agressives et territoriales. Bien qu'il puisse y avoir quelques exceptions à cette règle, il n'y a aucune garantie de cohabitation pacifique inter et même intra spécifique.
Il est donc préférable de maintenir ces écrevisses dans un aquarium spécifique de grand volume.

Les procambarus sp. peuvent se noyer si elles sont maintenues dans l'eau sans oxygénation ajouté. Cela rend les barboteurs d'air obligatoires. Certains éleveurs, au lieu du barboteur, place une pierre dans l'aquarium pour que les écrevisses puissent sortir de l'eau.

L'aquarium doit être à l'épreuve des évasions, car les écrevisses aiment se promener et passent facilement à travers de très petites fissures.

Comme pour tous les arthropodes, l'acclimatation douce est cruciale.
Avant d'ajouter les écrevisses, l'eau du réservoir doit être exempte de chlore et de tout autre produit chimique, et l'acclimation devra se faire goutte à goutte sur deux ou trois heures.

Disponibilité commerciale : Disponible

Cette espèce est courante dans le commerce aquariophile nord américain mais se trouve assez peu proposée en Europe où elle gagne cependant du terrain ces dernières années.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Paramètres
Température
18 à 25 °C
pH
6,5 à 7
GH
8 à 12 °GH
La reproduction a généralement lieu au printemps et à l'automne, mais des mâles en état de reproduction peuvent être trouvés à tout moment de l'année. Lorsque les écrevisses femelles sont prêtes à pondre, elles trouvent généralement une cachette sûre et sont donc rarement rencontrées. Lorsque les œufs sont libérés, la femelle les attache à ses pléopodes. A l'éclosion, les écrevisses juvéniles sont encore attachées à la mère. Après que les juvéniles aient mué pour la deuxième fois, ils sont libérés de la mère, mais restent proches et la retiendront pendant un certain temps. Finalement, ils s'en vont d'eux-mêmes. Les écrevisses muent six ou sept fois au cours de leur première année de vie et la plupart sont probablement capables de se reproduire à la fin de cette année. Elles muent une ou deux fois par an pour le reste de leur vie et vivent environ trois ans. Les seules informations publiées sur le cycle biologique de l'écrevisse rusée se trouvent dans les notes fournies par Hobbs (1981).
Hobbs n'a examiné que cinq spécimens de Géorgie, mais en Alabama et en Floride, il a signalé des mâles en état de reproduction tous les mois de l'année et des femelles portant des œufs d'avril à juin. Stanton (2006) a également collecté des mâles en état de reproduction tout au long de l'année en Géorgie, mais a rarement rencontré des femelles grainées.
Commentaires
Étymologie : Procambarus du latin Cambarus, altération du latin cammarus "homard" du grec ancien κάμμαρος (kámmaros ) et versutus "Adroit, habile, ingénieux, rusé" (rusée)
Références
GBIF, IUCN,
NatureServe.
- Adams, S., Schuster, G.A. & Taylor, C.A. 2010. Procambarus versutus. The IUCN Red List of Threatened Species 2010
- Baker, A.M., P.M. Stewart, and T.P. Simon. 2008. Life history study of Procambarus suttkusi in southeastern Alabama. Journal of Crustacean Biology, 28(2): 451-460.
- Bouchard, R.W. 1976. Crayfishes and shrimps. In: H. Boschung, ed., Endangered and Threatened Plants and Animals of Alabama. Bulletin of the Alabama Museum of Natural History 2:13-20.
- Chadwick Joann and Stanton George E. "Habitat Characteristics and Conservation Status of Three Pennides Crayfish in Marion County, Georgia" in Southeastern Naturalist Vol. 10, No. 3 (2011),
- Crandall, K. A., and S. De Grave. 2017. An updated classification of the freshwater crayfishes (Decapoda: Astacidea) of the world, with a complete species list. Journal of Crustacean Biology 37(5):615-653.
- Fetzner, J.W. 2008. Crayfish Taxonomy Browser.
- Hagen, H.A. 1870. Monograph of the North American Astacidae. Illustrated Catalogue of the Museum of Comparative Zoology at Harvard College .
- Heath, W.H., P.M. Stewart, T.P. Simon, and J.M. Miller. 2010. Distributional survey of crayfish (Crustacea: Decapoda) in wadeable streams in the coastal plains of southeastern Alabama. Southeastern Naturalist 9 (special issue 3):139-154.
- Hobbs, H.H., Jr. 1981. The crayfishes of Georgia, Smithsonian Contributions to Zoology 318:1–549.
- Hobbs, H.H., Jr. 1989. An illustrated checklist of the American crayfishes (Decapoda: Astacidae, Cambaridae, and Parastacidae). Smithsonian Contributions to Zoology 480:1-236.
- McGregor, S.W., T.E. Shepard, T.D. Richardson, and J.F. Fitzpatrick, Jr. 1999. A survey of the primary tributaries of the Alabama and Lower Tombigbee rivers for freshwater mussels, snails, and crayfish. Geological Survey of Alabama, Circular 196. 29 pp.
- McLaughlin, P.A., D.K. Camp, M.V. Angel, E.L. Bousfield, P. Brunel, R.C. Brusca, D. Cadien, A.C. Cohen, K. Conlan, L.G. Eldredge, D.L. Felder, J.W. Goy, T. Haney, B. Hann, R.W. Heard, E.A. Hendrycks, H.H. Hobbs III, J.R. Holsinger, B. Kensley, D.R. Laubitz, S.E. LeCroy, R. Lemaitre, R.F. Maddocks, J.W. Martin, P. Mikkelsen, E. Nelson, W.A. Newman, R.M. Overstreet, W.J. Poly, W.W. Price, J.W. Reid, A. Robertson, D.C. Rogers, A. Ross, M. Schotte, F. Schram, C. Shih, L. Watling, G.D.F. Wilson, and D.D. Turgeon. 2005. Common and scientific names of aquatic invertebrates from the United States and Canada: Crustaceans. American Fisheries Society Special Publication.
- Mirarchi, R.E., M.A. Bailey, J.T. Garner, T.M. Haggerty, T.L. Best, M.F. Mettee, and P. O'Neil. 2004d. Alabama Wildlife. Volume Four: Conservation and Management Recommendations for Imperiled Wildlife. University of Alabama Press, Tuscaloosa, Alabama.
- Ratcliffe, J.A. and D.R. DeVries. 2004. The crayfishes (Crustacea: Decapoda) of the Tallapoosa River drainage, Alabama. Southeastern Naturalist 3(3): 417-430.
- Schuster, G. A. and C.A. Taylor. 2004. Report on the crayfishes of Alabama: literature and museum database review, species list with abbreviated annotations and proposed conservation statuses. Illinois Natural History Survey Technical Report, 2004(12): 47 pp.
- Schuster, G.A., C.A. Taylor, and J. Johansen. 2008. An annotated checklist and preliminary designation of drainage distributions of the crayfishes of Alabama. Southeastern Naturalist, 7(3): 493-504.
- Stanton, G.E. 2006. Evaluation of Conservation Status of Six West Georgia, Chattahoochee-Flint River Crayfish Species Procambarus gibbus- Muckalee Crayfish, Procambarus versutus-Sly Crayfish, Procambarus acutissimus-Sharpnose Crayfish, Procambarus verrucosus-Grainy Crayfish, Cambarus howardi-Chattahoochee Crayfish, and Cambarus harti-Blue Piedmont Burrower. Report prepared for Georgia Department of Natural Resources.
- Stanton, G.E. 2006. Evaluation of conservation status of six West Georgia, Chattahoochee-Flint River crayfish species. Report to the Georgia Department of Natural Resources, Georgia Natural Heritage Program, Social Circle, GA. 60 p.
- Stanton George E. "Procambarus versutus (Hagen, 1870)" in Georgia Biodiversity (2008)
- Stewart, P.M., J.M. Miller, W.H. Heath, and T.P. Simon. 2010b. Macrohabitat partitioning of crayfish assemblages in wadeable streams in the coastal plains of southeastern Alabama. Southeastern Naturalist 9 (special issue 3):245-256.
- Taylor, C.A., G.A. Schuster, J.E. Cooper, R.J. DiStefano, A.G. Eversole, P. Hamr, H.H. Hobbs III, H.W. Robison, C.E. Skelton, and R.F. Thoma. 2007. A reassessment of the conservation status of crayfishes of the United States and Canada after 10+ years of increased awareness. Fisheries 32:372–389.

Pour citer cette fiche : "Procambarus versutus, Hagen, 1870" in B-Aqua / GP.2022. (b-aqua.com)