Procambarus pictus
Écrevisses de Black Creek
Rare et extraordinaire, l'Écrevisses de Black Creek apprécie l'eau vive et oxygénée.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Hobbs, 1940
Classe: Malacostraca
Ordre: Decapoda
Famille:  Cambaridae
Genre:  Procambarus
Synonymes
Cambarus pictus Hobbs, 1940
Noms Communs
Écrevisses de Black Creek
Écrevisses royales tachetées
Black Creek Crayfish (en)
Spotted royal crayfish (en)
Membres du genre Procambarus
Procambarus acanthophorus (F. Villalobos, 1948)
Procambarus alleni (Faxon, 1884)
Procambarus clarkii (Girard, 1852)
Procambarus cubensis (Erichson, 1846)
Procambarus fallax (Hagen, 1870)
Procambarus milleri (Hobbs, 1971)
Procambarus pictus (Hobbs, 1940)
Procambarus pubescens (Faxon, 1884)
Procambarus pygmaeus (Hobbs, 1942)
Procambarus vazquezae (F. Villalobos, 1954)
Procambarus versutus (Hagen, 1870)
Origine géographique
Aire d'origine : Amérique du nord
Etats-Unis d'Amérique
L'écrevisse de Black Creek (Procambarus pictus) est endémique de quatre comtés du nord-est de la Floride
(Clay, Duval, Putnam et St. Johns) dans le bassin inférieur de la rivière St. Johns

Cette espèce est présente dans plusieurs petits affluents de la rivière Black Creek, dans le comté de Clay, un affluent de la rivière St. Johns dans le comté de Duval, en Floride (Franz et Franz, 1979). Elle est également signalée dans le comté de Putnam (NatureServe, 2009), dans le réseau supérieur du ruisseau Etoniah (P. Moler comm. pers. 2010) et un petit ruisseau près de Fort Caroline. Cette espèce a une distribution d'environ 1 600 km².

Cette espèce a une zone d'occurrence de moins de 1 000 km² et est limitée à seulement trois systèmes de ruisseaux, dont l'un est très petit. On signale un déclin continu de la qualité de l'habitat de cette espèce en raison de la modification de l'écosystème et de la destruction et de la dégradation continues de l'habitat (agriculture et développement).
Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer l'étendue précise de son aire de répartition, les endroits où elle peut décliner et si elle peut justifier des statuts de conservation plus élevés (par exemple, G1G2 et état/fédéral menacé).
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Les écrevisses de Black Creek habitent les cours d'eau tanniques (Black creek = ruisseau noir) où elles se réfugient sous les racines des arbres et dans la végétation (Franz 1994).

Procambarus pictus a été capturée dans plus de trente sites, principalement dans le réseau de Black Creek (Burgess et Franz, 1978). De plus, le flux de gènes potentiel se produit probablement entre la plupart ou tous les sites de chaque système (K. Crandall, comm. pers. 2009), et elle a été trouvée dans la plus grande densité dans les sections d'amont (Franz et Franz 1979).
Cette espèce se trouve dans les cours d'eau d'amont et dans les petits et grands affluents de son aire de répartition (Franz et Franz, 1979). Il a été collecté dans des cours d'eau frais, tanniques et fluides, et s'est avéré absent des sections à écoulement lent (Franz et Franz 1979).

L'écrevisse de Black Creek se trouve donc préférentiellement dans les cours d'eau d'amont, les petits affluents et les grands affluents (Franz et Franz, 1979). Elle fréquente les cours d'eau frais, tanniques et fluides, mais est absente des parties lentes des cours d'eau (Franz et Franz, 1979).
On le trouve généralement dans les accumulations de détritus au fond des mares causées par les tapis racinaires et les branchages, entre les zones de turbulence (Franz et Franz, 1979). Le substrat est généralement constitué de sable (Hobbs, 1942).

Les écrevisses de Black Creek sont parfois trouvées avec d'autres espèces d'écrevisses, y compris de l'écrevisse des marais, Procambarus fallax, l'écrevisse de la péninsule P. paeninsulanus, l'écrevisse du palmier P. pubischelae, et l'écrevisse blanche à tubercule P. spiculifer, une espèce qui s'est récemment étendue son aire de répartition dans l'aire de répartition actuelle de l'écrevisse de Black Creek (Franz 1994, Franz et al. 2008 ; Nelson et Floyd 2011).

Les potentiels prédateurs des écrevisses de Black Creek comprennent les poissons, les tortues molles (Apalone ferox) et les tortues serpentines (Chelydra serpentina), des oiseaux et des ratons laveurs (Procyon lotor); cependant, les populations en bonne santé devraient être résilient aux pressions de la déprédation naturelle (FWC 2010).
Cette espèce s'est vu attribuer un statut de patrimoine mondial de NatureServe de G2 et un statut de "menacé" de l'American Fisheries Society en raison de son aire de répartition restreinte et de la dégradation continue de son habitat (Taylor et al . 2007, NatureServe 2009). Des recherches supplémentaires sont cependant nécessaires pour déterminer dans quelle mesure de son aire de répartition cette espèce subit un déclin.

Procambarus pictus a été évalué comme quasi menacé. Cette espèce répond presque aux exigences d'espèce en voie de disparition selon le critère B, car elle a une zone d'occurrence de 1 600 km² et est endémique au système fluvial de Black Creek. On signale un déclin continu de la qualité de l'habitat de cette espèce en raison de la modification de l'écosystème et de la destruction et de la dégradation continues de l'habitat, mais cette espèce est connue dans un certain nombre de localités de collecte où il semble y avoir des échanges génétiques. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer sur quelle partie de son aire de répartition l'écrevisse subit un déclin et donc si elle mérite d'être classé edans une catégorie menacée.

Cette espèce est sensible aux altérations humaines des zones d'amont et à la pollution de l'eau comme l'envasement et les eaux usées (Franz et Franz 1979). Le Black Creek est située à proximité de la zone métropolitaine de Jacksonville et subit donc la pression de l'urbanisation croissante. Les promoteurs immobiliers ont défriché de vastes étendues de terrain et ont construit des zones résidentielles. Plusieurs zones du ruisseau ont été modifiées par des barrages (Franz et Franz 1979). Les zones de bois plat ont été drainées, de vastes systèmes de canaux ont été construits et des routes ont été construites. L'érosion causée par les routes et les canaux a provoqué un envasement important dans les cours d'eau d'amont. L'envasement a éliminé les détritus du substrat et éliminé les mares créées par les tapis racinaires et les grumes ont été signalées dans ces zones (K. Crandall comm. pers. 2009).
Description
Taille
: 8 à 9 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
2 à 3 ans
Régime
Omnivore
Les écrevisses de Black Creek sont des écrevisses de taille petite à moyenne avec des pinces sombres (chelae) et une carapace sombre coupée en deux par une bande dorsale blanche à jaune clair. Elles mesurent en moyenne 7,6 cm de longueur totale du corps, mais peuvent atteindre 8,9 cm de long à la fin de l'été (Franz 1994).
L'abdomen est de couleur rouille avec des bandes noires et il y a des taches blanches, des stries ou des mouchetures présentes sur ses côtés, qui sont un motif unique pour les écrevisses de Black Creek ; aucune autre écrevisse du genre lui ressemble (Franz et al. 2008). Les écrevisses de Black Creek ont ​​une série de dix bosses présentes sur leurs griffes, un rostre avec des épines latérales, une large aréole avec sept à dix ponctuations dans la partie la plus étroite et crêtes derrière les yeux se terminant en avant par des épines (Florida Natural Areas Inventory [FNAI] 2001). Elles ont ​​de petites chambres branchiales, qui sont une adaptation pour l'utilisation de milieux hautement oxygénés (Franz et al. 2008).
 
Régime Alimentaire
Il semble que le régime alimentaire de l'écrevisse de Black Creek se compose principalement d'animaux morts, de plantes et de matière organique décomposée.

Les écrevisses sont considérées comme des omnivores opportunistes et se nourrissent de végétation vivante et en décomposition, de larves d'insectes aquatiques, de petits poissons et de matières animales mortes.

L'écrevisse de Black Creek n'échappe pas à cette règle et pourra être nourrie en captivité avec des aliments secs pour écrevisses disponibles dans le commerce, des aliments vivants (larves de moustiques, Tubifex, etc.), des légumes blanchis ou frais, et des feuilles de hêtre ou de chêne.

Les feuilles d'automne sont vivement recommandées, car elles favorisent une mue saine.
Les escargots sont appréciés et souvent consommés.

Un apport de calcium sera indispensable à la croissance et à la mue des écrevisses. Si la nourriture habituelle n'est pas suffisamment variée, on complémentera avec des aliments spécialisés riche en calcium.

Attention ! Comme toutes les écrevisses, elles sont faciles à nourrir, mais plus encore à suralimenter.
On veillera à ne pas laisser de nourriture se décomposer dans le bac en nourrissant selon les besoins. Dans un aquarium riche en matière organique et équilibré, on pourra nourrir tous les deux jours.
Cependant, les espèces agressives ne doivent pas non plus être affamées pour éviter les querelles au gagnage.
Dimorphisme
D'une façon générale, il est assez facile de différencier les écrevisses mâles et femelles, car il suffit de regarder sous la carapace, les organes reproducteurs. Aussi, au stade pré‐reproductif (juvénile), il est presque impossible de différencier les mâles des femelles à l'œil nu.
Chez certaines espèces, il peut également avoir d'autres critères tels que la taille, la coloration, les griffes, etc. Cependant, bon nombre de ces traits ne sont présents que chez les adultes matures et appartiennent à une espèce particulière.

Les écrevisses sont sexuellement dimorphes et leur sexe peut être déterminé de l'extérieur*.
Chez le mâle, la cinquième paire de pattes locomotrices porte des orifices génitaux (deux appendices en forme de L , les organes de transfert de sperme).
En outre, les deux premières paires d'appendices abdominaux (pléopodes) sont hypertrophiés en gonopodes. Le gonopode est un organe reproducteur mâle issu d'une modification d'appendices qui sont originellement des nageoires.
Chez la femelle, la troisième paire de pattes locomotrices porte des orifices
génitaux (réceptacle de sperme circulaire). Les premiers et deuxièmes pléopodes ne présentent pas d'hypertrophie.

Comment procéder ?
On retournera l'animal pour exposer sa face ventrale. On portera des gants pour les grandes espèces pouvant pincer fortement.
En regardant la partie inférieure de leur abdomen (la partie inférieure de la partie blanche du ventre), nous pouvons voir que les mâles ont un ensemble supplémentaire de pléopodes utilisés pour la fécondation interne.
Il y a une formation triangulaire de petites pattes (appendices en forme de L), qui a révélé un mâle.
Les femelles ont des réceptacles séminaux et n'ont pas les pléopodes supplémentaires visibles derrière les pattes ambulatoires.

*On notera que chez Procambarus fallax "virginalis", il n'y a que des femelles, la reproduction étant parthénogénétique.
Dangerosité
 
 
 Faible
Les écrevisses de grande taille peuvent pincer, généralement sans gravité.
On évitera donc de la manipuler sans précaution.

Attention ! Les écrevisses américaines transmettent potentiellement la peste de l'écrevisse (aphanomycose) et ne doivent donc jamais être en contact avec les autres écrevisses qui y sont sensibles. Les spores de l'agent pathogène se trouvent dans l'eau dans laquelle les écrevisses américaines sont maintenues, il faut donc s'assurer qu'aucune eau, qu'aucun matériel, qu'aucune plante... ne puisse se retrouver dans l'aquarium des écrevisses du genre Astacus ou Cherax.

Porteuse saine, elles représentent une menace pour les espèces indigènes d'Asie et d'Europe (Keller et al., 2014), avec lesquelles elle est également susceptible d’entrer localement en compétition.
Maintenance
Population
2 minimum
Zone
Inférieure
Ratio M/F
1 / 1
Paramètres
Température
        5      10              18      25
pH
         6,5      7            7      7,5
GH
         5       8              12       15
Brassage
Aquarium
Volume
80 l minimum (100 l recommandé)
La maintenance et l'élevage de Procambarus pictus est rare en aquarium et l'on ne dispose pas de retours d'expérience pour cette espèce.

L'écrevisse de Black Creek se trouve dans des cours d'eau animés, à fond de sable et tanniques qui contiennent de l'eau fraîche et non polluée et maintiennent un débit constant d'eau très eau oxygénée (5-8 ppm) (Franz et Franz 1979 ; Franz 1994).
Ces eaux de haute qualité proviennent généralement des dunes et peuvent traverser des terrains marécageux (Franz et Franz 1979 ; Brody 1990 ; FNAI 2001 ; Nelson et Floyd 2011).
Les écrevisses ne se trouvent pas dans l'eau avec des températures supérieures à 30 °C (Warren et al. 2019,
données non publiées). Les emplacements qui répondent aux exigences d'habitat de l'espèce sont généralement situés en amont de cours d'eau qui maintiennent un débit constant.
Cependant, on les trouve aussi dans des cours d'eau pourvu de végétation aquatique et de débris avec alternance de couvert végétal ombragé et ouvert. Dans les sections boisées de, les zones riveraines environnantes fournissent de l'ombre qui rafraîchit la température de l'air et de l'eau, et fournit des détritus ligneux qui servent de refuge et de source de nourriture (Franz et al. 2008, CC 2013).
Dans les étendues ouvertes d'habitat, l'écrevisse peut compter sur la végétation aquatique pour se cacher.

Les écrevisses de Black Creek sont actives la nuit. Pendant la journée, les écrevisses de Black Creek se cachent dans les détritus submergés, les racines des arbres et la végétation (Franz 1994) .

Les écrevisses de Black Creek ont ​​des habitudes alimentaires similaires à celles des autres écrevisses des cours d'eau. Elles mangent des plantes aquatiques, des matières végétales et animales mortes et des détritus (FWC 2013).

Un aquarium spécifique sera préférable car la cohabitation avec les écrevisses est toujours hasardeuse.

On se rapprochera donc au mieux des conditions naturelles en prévoyant un bac reproduisant un ruisseaux d'eau clair et tannique sur fond de sable.
On pourra avantageusement y ajouter une litière de feuilles, des branchages, et des enrochements permettant les cachettes.
La température doit rester assez fraîche et, si possible, ne pas dépasser vingt cinq degrés Celsius.
On ajoutera avantageusement un diffuseur d'air ou un système venturi permettant une bonne oxygénation de l'eau.
La dureté de l'eau n'est pas importante tant quelle reste moyenne.
L'eau devant rester claire et le courant plutôt fort, on filtrera en conséquence.
La lumière n'a que peu d'importance, sinon pour la survie des plantes qui seront cultivées... si l'écrevisse veux bien les laisser en paix.

Attention ! Les ​​Procambarus sp., sont très agressives et territoriales. Bien qu'il puisse y avoir quelques exceptions à cette règle, il n'y a aucune garantie de cohabitation pacifique inter et même intra spécifique.
Il est donc préférable de maintenir ces écrevisses dans un aquarium spécifique de grand volume.

Les procambarus sp. peuvent se noyer si elles sont maintenues dans l'eau sans oxygénation ajouté. Cela rend les barboteurs d'air obligatoires. Certains éleveurs, au lieu du barboteur, place une pierre dans l'aquarium pour que les écrevisses puissent sortir de l'eau.

L'aquarium doit être à l'épreuve des évasions, car les écrevisses aiment se promener et passent facilement à travers de très petites fissures.

Comme pour tous les arthropodes, l'acclimatation douce est cruciale.
Avant d'ajouter les écrevisses, l'eau du réservoir doit être exempte de chlore et de tout autre produit chimique, et l'acclimation devra se faire goutte à goutte sur deux ou trois heures.

Disponibilité commerciale : Très rare

L'espèce ne semble pas disponible en Europe dans le commerce dédié, mais sans doute est-il possible de s'en procurer auprès d'amateurs spécialisés.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Paramètres
Température
10 à 18 °C
pH
7
GH
8 à 12 °GH
La maintenance et l'élevage de Procambarus pictus est rare en aquarium et l'on ne dispose pas de retours d'expérience pour cette espèce.

En milieu naturel, les mâles peuvent être trouvés dans une forme apte à la reproduction (Forme I) de janvier à septembre tandis que les femelles peuvent être trouvées dans un état reproducteur entre les mois de juin et août. La taille moyenne de la "couvée" varie de 47 à 146 œufs sur la face inférieure de leur abdomen.
Les œufs restent attachés à la femelle pendant deux à trois semaines. L'éclosion commence en juillet et les jeunes sont libérés dans la population en août (Franz 1994).

Ainsi les écrevisses de Black Creek éclosent à la fin de l'été et vivent probablement un maximum de seize mois en milieu naturel (Franz 1994), limitant une femelle à une seule reproduction dans sa vie.
Commentaires
Étymologie : Procambarus du latin Cambarus, altération du latin cammarus "homard" (du grec ancien κάμμαρος (kámmaros )) et pictus "peint" (peinte)
Références
GBIF, IUCN, NRI Texas A&M
Nature serve
Florida Natural Areas Inventory.
- Black Creek Crayfish (Procambarus pictus) Species Status Assessment U.S. Fish and Wildlife Service South Atlantic, Gulf & Mississippi Basin Regions Atlanta, GA (2020)
- Brody, R. W. 1990. Status of habitat and populations of Procambarus pictus in the North Fork of Black Creek, Clay County, Florida. Revised final draft. St. Johns River Water Management District, Palatka, Florida.
- Burgess, G.H. and Franz, R. 1978. Zoogeography of the Aquatic Fauna of the St. Johns River System with Comments on Adjacent Peninsular Faunas. American Midland Naturalist 100(1): 160-170.
- Crandall, K. A., and S. De Grave. 2017. An updated classification of the freshwater crayfishes (Decapoda: Astacidea) of the world, with a complete species list. Journal of Crustacean Biology 37(5):615-653.
- Deyrup, M. and R. Franz. 1994. Rare and Endangered Biota of Florida, Volume IV. Invertebrates. University Press of Florida: Gainesville, Florida. 798 pp.
- Franz, R and Franz, L.M. 1979. Distribution, Habitat Preference and Status of Populations of the Black Creek Crayfish Procambarus (Ortmannicus) Pictus (Decapoda: Cambaridae). Florida Science 42(1): 13-17.
- Franz, R. (ed.) 1982. Rare and Endangered Biota of Florida: Volume Six: Invertebrates. University Press of Florida: Gainesville, Florida.
- Franz, R. and S.E. Franz. 1990. A review of the Florida crayfish fauna, with comments on nomenclature, distribution, and conservation. Florida Scientist, 53: 286-296.
- Franz, R. 1994. Rare: Black Creek crayfish. Pp. 211-214 in Deyrup, M. and R. Franz (eds.). Rare and endangered biota of Florida. Volume IV. Invertebrates. University Press of Florida.
- Hobbs, H.H.Jr. 1942. The Crayfishes of Florida. Biological Science Series 3(2): 1-179.
- Hobbs, H.H., Jr. 1989. An illustrated checklist of the American crayfishes (Decapoda: Astacidae, Cambaridae, and Parastacidae). Smithsonian Contributions to Zoology 480:1-236.
- McLaughlin, P.A., D.K. Camp, M.V. Angel, E.L. Bousfield, P. Brunel, R.C. Brusca, D. Cadien, A.C. Cohen, K. Conlan, L.G. Eldredge, D.L. Felder, J.W. Goy, T. Haney, B. Hann, R.W. Heard, E.A. Hendrycks, H.H. Hobbs III, J.R. Holsinger, B. Kensley, D.R. Laubitz, S.E. LeCroy, R. Lemaitre, R.F. Maddocks, J.W. Martin, P. Mikkelsen, E. Nelson, W.A. Newman, R.M. Overstreet, W.J. Poly, W.W. Price, J.W. Reid, A. Robertson, D.C. Rogers, A. Ross, M. Schotte, F. Schram, C. Shih, L. Watling, G.D.F. Wilson, and D.D. Turgeon. 2005. Common and scientific names of aquatic invertebrates from the United States and Canada: Crustaceans. American Fisheries Society Special Publication 31
- Moler, P. & Crandall, K.A. 2010. Procambarus pictus. The IUCN Red List of Threatened Species 2010
- Moler, Paul. Florida Fish and Wildlife Conservation Commission, Wildlife Research Laboratory, Gainesville, FL
- Taylor, C.A., Schuster, G.A., Cooper, J.E., DiStefano, R.J., Eversole, A.G., Hobbs III, H.H., Robison, H.W., Skelton, C.W. and Thoma, R.F. 2007. A Reassessment of the Conservation Status of Crayfishes of the United States and Canada after 10+ Years of Increased Awareness. Fisheries, American Fisheries Society 32(8): 372-389.
- U.S. Fish and Wildlife Service (USFWS). 2021. Endangered and Threatened Wildlife and Plants; Two Species Not Warranted for Listing as Endangered or Threatened Species. Federal Register 86(186): 53933-53937.
- U.S. Fish and Wildlife Service. 2020. Species status assessment report for Procambarus pictus
(Black Creek crayfish), Version 1.0. July 2020. Atlanta, Georgia.

Pour citer cette fiche : "Procambarus pictus Hobbs, 1940" in B-Aqua / GP (2022)