Descripteur : Woltereck, 1937
Famille : Atyidae

Noms Communs :
Caridine lancéolée
Genre : Caridina
Caridina serratirostris (De Man, 1892)
Caridina caerulea (von Rintelen & Cai, 2009)
Caridina breviata (N.K.Ng & Cai, 2000)
Caridina simoni (Bouvier, 1904)
Caridina trifasciata (Yam & Cai, 2003)
Caridina woltereckae (Cai, Wowor & Choy, 2009)
Caridina acutirostris (Schenkel, 1902)
Caridina brevicarpalis (De Man, 1892)
Caridina propinqua (De Man, 1908)
Caridina cf. babaulti (Bouvier (1918))
Caridina logemanni (Klotz & von Rintelen, 2014)
Caridina dennerli (von Rintelen & Cai, 2009)
Caridina ensifera (Schenkel, 1902)
Caridina fernandoi (Arudpragasam & Costa, 1962)
Caridina glaubrechti (von Rintelen & Cai, 2009)
Caridina gracilirostris (De Man, 1892)
Caridina holthuisi (von Rintelen & Cai, 2009)
Caridina lanceolata (Woltereck, 1937)
Caridina lingkonae (Woltereck, 1937)
Caridina loehae (Woltereck, 1937)
Caridina longidigita (Cai & Wowor, 2007)
Caridina multidentata (Stimpson, 1860)
Caridina sarasinorum (Schenkel, 1902)
Caridina mariae (Klotz & T.von Rintelen, 2014)
Caridina spinata (Woltereck, 1937)

25 premiers résultats seulement

Caridina lanceolata   
Caridine lancéolée
Origines géographiques
Aire d'origine :
Asie
Pays :
Indonésie
 
Connue uniquement du lac Towuti, du lac Mahalona et du lac Matano, Sulawesi central, Indonésie.

Dans le lac Matano, aucun spécimen de cette espèce n'a été trouvé en 2017 ou 2018 sur deux sites où elle était abondante en 2013 (T.Von Rintelen, obs.pers. 2018), et elle est maintenant considérée comme peut-être éteinte dans ce lac.
Ce déclin était probablement dû à l'impact des chiclidés envahissants (Colossoma sp.), Car les espèces de Caridina constituent une partie importante de leur alimentation (Herder et al. 2012).
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
Température :
27 à 29 °C
pH :
8 à 8,4
GH :
5 à 7 °GH
Conductivité :
150 à 230 µS/cm
 
On trouve généralement Caridina lanceolata accrochée aux branches tombées, aux galets et aux rochers.
Bien que cette espèce soit présente dans les rivières reliant les trois lacs, von Rintelen et Cai (2009) la considèrent comme une espèce lacustre.

En effet C. lanceolata se trouve principalement dans les trois grands lacs Towuti, Matano et Mahalona mais fréquente aussi leurs rivières de liaison telles que le Tominanga ou Petea.

Avec une profondeur maximale de 203 m, le lac Towuti est considérablement moins profond que le lac Matano. Malgré cela, le lac Towuti a le plus grand volume de tous les lacs Malili. Cela est dû à sa grande superficie de 561,1 km². Les paramètres moyens du lac Towuti sont : 28,7 - 29,2 °C, GH 6-7, KH 4-5, pH 8,4-8,5 TDS 146 - 175 µS/cm, O2 7,15 mg/l
Le lac Matano (le lac le plus au nord) est relié par la rivière Petea au lac Mahalona, ​​qui à son tour est relié au lac Towuti par la rivière Tominanga. Lontoa et Masapi sont considérés comme des lacs satellites car ils ne sont pas directement connectés aux trois grands lacs, mais font néanmoins partie du système Malili.
Il a une profondeur maximale de 590 m, ce qui en fait le dixième lac le plus profond du monde. Avec 164,1 km², sa superficie est cependant inférieure à celle du lac Towuti.
Les paramètres moyens du lac Matano sont : 28,7 - 29 °C, GH 7, KH 5, pH 8,4-8,5 TDS 146 - 175 µS/cm, O2 6,9 mg/l
Le lac Mahalona est au sud-est du lac Matano et au nord du lac Towuti. Il est bien plus petit que les deux, avec une profondeur de 73 m. Ce lac est relié respectivement au lac Matano et au lac Towuti par la rivière Petea et la rivière Tominanga.
La rivière Larona est à l'ouest du lac Towuti et draine le système du lac Malili via Towuti Outlet Bay.
Les crevettes qui se trouvent dans la rivière ne sont donc pas nécessairement considérées comme riveraines, car elles peuvent être considérées comme une extension du lac Towuti.
La rivière Tominanga relie le lac Mahalona au lac Towuti. Les crevettes qui se trouvent dans la rivière ne sont donc pas considérées comme riveraines, car elles sont considérées comme une extension de l'un ou l'autre lac plutôt que comme une vraie rivière.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
CR : En danger critique (A3e)
Les menaces actuelles pour l'espèce sont l'extraction du nickel et les installations hydroélectriques à la sortie de Danau Matano, qui ont un impact sur le débit sortant et les fluctuations naturelles du niveau d'eau dans tout le système lacustre. L'envasement dû à l'érosion et aux effluents organiques de la population humaine en expansion rapide autour des lacs est également problématique. L'espèce est collectée pour le commerce des aquariums.
Plus important encore, les espèces envahissantes (en particulier les cichlidés Flowerhorn, Colossoma sp.) Ont été introduites dans le lac Matano et les espèces Caridina constituent une partie importante de leur régime alimentaire (Herder et al. 2012). En plus de leur impact direct sur le lac Matano, où cette espèce serait éteinte, les cichlidés Flowerhorn ont maintenant été confirmés dans le lac Mahalona (W. Darwall, obs. Pers. 2018). On suppose donc qu'ils se produisent également dans la rivière Petea, qui relie le lac Matano et Mahalona. S'ils ne sont pas déjà présents dans le lac Towuti, les cichlidés Flowerhorn se répandront bientôt en aval du lac, car la rivière Tominanga reliant ces deux lacs est beaucoup moins une barrière que la rivière entre les lacs Matano et Mahalona. On prévoit qu'ils entraîneront un déclin global de la population de plus de 90% chez cette espèce au cours des dix prochaines années. Cette espèce est particulièrement vulnérable aux cichlidés Flowerhorn car elle vit dans le bois et se produit principalement en eau libre.

Une épaisse couverture algale a été observée sur les six sites du lac Matano visités en 2017/2018 sur des roches, des racines submergées et également des substrats mous. Bien qu'une certaine couverture algale ait été observée auparavant, celle-ci semble s'être étendue de façon spectaculaire également à des sites où aucun n'a été observé auparavant sur les roches et les racines en particulier (T. von Rintelen, obs.pers. 2018). Reste à déterminer si cette eutrophisation apparente est liée à l'éradication des crevettes indigènes par les cichlidés Flowerhorn ou à la régulation du niveau d'eau par la société minière PT Vale.
Description
Taille :
: 2 cm SL
Respiration :
Branchiale
Longévité :
1 à 2 ans
 
Caridina lanceolata ressemble à une Caridina propinqua peu colorée.

Caridina lanceolata possède un rostre élancé, atteignant bien au-delà de l'extrémité de la scaphocérite, plus de 1,5 fois plus long que la carapace, sigmoïde, antérieur 1/3 fortement retourné; formule rostrale: 1-4 + 10-15 + 1-2 / 4-10, ouverture non armée sur la marge dorsale 0,33 à 0,5 fois la longueur de la carapace. Épine antennaire placée sous l'angle orbitaire inférieur. Angle ptérygostomien largement arrondi.
Sixième somite abdominal 0,9 à 1,0 fois la carapace, 2,1 fois plus long que le cinquième somite, 1,2 fois plus long que le telson. Telson 3,9 fois plus long que large, ne se terminant pas en saillie, avec 3 paires de spinules dorsales et une paire de spinules dorsolatérales; extrémité distale avec environ 4 paires d'épines, paire latérale nettement plus longue que les paires intermédiaires, paire médiane la plus courte. Carène préanale avec une colonne vertébrale.
Yeux bien développés, extrémité antérieure atteignant 0,7 fois la longueur du segment basal du pédoncule antennulaire. Pédoncule antennulaire légèrement plus long que la carapace; segment basal du pédoncule antennulaire plus long que la somme des longueurs du deuxième et du troisième segment, angle antérolatéral atteignant 0,25 fois la longueur du deuxième segment, deuxième segment deux fois plus long que le troisième segment. Stylocérite atteignant 0,8 fois la longueur du segment basal du pédoncule antennulaire. Scaphocérite mince, 5,9 fois plus longue que large.
Processus incisif de la mandibule se terminant par des dents irrégulières, processus molaire tronqué. Lacinia inférieure des maxillules largement arrondie, lacinia supérieure allongée, avec un certain nombre de dents distinctes sur la marge interne, palpe élancée. Endites supérieurs du maxillaire subdivisés, palpe allongée, scaphognathite se rétrécissant vers l'arrière avec de nombreuses soies longues et courbes à l'extrémité postérieure. Palpe du premier maxillipède arrondie, se terminant par une projection. Podobranche du deuxième maxillipède réduit à une petite lame. Troisième maxillipède dépassant la fin du segment basal du pédoncule antennulaire, le segment ultime étant nettement plus court que l'avant-dernier segment.
Épipodes présents sur les deux premiers péréiopodes. Premier péréiopode atteignant l'extrémité distale de la tige de l'œil; merus 3,5 fois plus long que large, plus court que le carpe; carpe légèrement creusé en avant, plus long que le chela, 2,0 à 4,7 fois plus long que haut; chela 2,9 fois plus long que large; doigts 1,4 fois plus longs que la paume. Second péréiopode dépassant la fin du segment basal du pédoncule antennulaire; merus nettement plus court que le carpe, 6,6 fois plus long que large; carpe 1,9 fois plus long que chela, 11 fois plus long que haut; chela 3,6 fois plus long que large; doigts 1,7 fois plus longs que la paume. Troisième péréiopode atteignant l'extrémité du pédoncule antennulaire, propodus 18 fois plus long que large, 4,8 fois plus long que dactylus; dactylus 4,2 fois plus long que large (épines incluses), se terminant par 1 griffe, avec 5 épines accessoires sur le bord fléchisseur. Cinquième péréiopode atteignant légèrement au-delà de l'extrémité du segment basal du pédoncule antennulaire, propodus 20 fois plus long que large, 4,2 fois plus long que dactylus, dactylus 5,2 fois plus long que large (spinules incluses), se terminant par 1 griffe, avec 40 spinules sur fléchisseur marge. Endopode du premier pléopode mâle subriangulaire, sans appendice interne, 0,2 fois la longueur de l'exopode. Appendice masculina du deuxième pléopode masculin environ 0,33 fois la longueur de l'endopode, l'appendice interne atteignant la fin de l'appendice masculin.
 
Alimentation :
Régime : 
Omnivore
Leurs composés alimentaires détaillés restent inconnus, mais dans l'intestin de certains spécimens, plusieurs diatomées ont été trouvées, bien qu'elles puissent également consommer des détritus et des algues.

Les crevettes sont omnivores, détritivores et volontiers charognardes. Elles mangeront à peu près tous les aliments qu'elles parviendront à trouver sur le sol
Elles apprécieront néanmoins une alimentation variée composée de comprimé d'algues, d'ortie, de courgettes blanchies, de concombre, de laitue, de carottes et d'épinards.

Attention, s'il est facile de nourrir les crevettes, il l'est encore plus de les suralimenter.
Vous pouvez les nourrir une seule fois par jour ou même une fois tous les deux ou trois jours si vous avez un aquarium riche en matière organique.
Elles seront en meilleurs santé, et consacreront plus de temps et de motivation à nettoyer votre aquarium.
 
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
              26                       29
pH :
         7,5      8            8,4      8,5

GH :
(°GH)
         2       4              4       6
Conductivité :
(µS/cm)
         150     175          230     350
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
20 l minimum (40 l recommandé)
Brassage :
Population :
6 minimum (12 recommandé)
Ratio M/F :
1 / 1
 
 Très rarement importées et élevée, (sinon par erreur) cette crevette du Sulawesi est extrêmement difficile à maintenir à cause de ses paramètres particuliers. Il n'est pas facile pour le débutant d'obtenir une eau douce dans un pH élevé.

On le trouve généralement Caridina lanceolata accroché aux branches tombées, aux galets et aux rochers.
Bien que cette espèce soit présente dans les rivières reliant les trois lacs, von Rintelen et Cai (2009) la considèrent comme une espèce lacustre.
En captivité, on lui proposera donc un environnement de rochers et un entrelacs de branchages posés sur le sable fin et une couche de feuilles et de détritus.

Le soin des crevettes du système des lacs Malili dans le sud de l'île impose des exigences relativement élevées à l'aquariophile. D'une part, l'eau de ces lacs est douce, mais le pH est toujours alcalin, c'est-à-dire au-dessus de pH 7 (idéalement entre 7,8 et 8,5). La cause en est les fragments de roche corallienne qui remontent à l'origine marine de ces très vieux lacs. La meilleure façon de simuler de telles conditions d'eau dans l'aquarium est d'utiliser la roche de corail et l'ajout bien dosé de sels de durcisseur.
La règle selon laquelle plus l'aquarium est grand, plus il est facile de maintenir les conditions de l'eau stables est ici justifiée.
Une deuxième difficulté est que ces lacs sont presque complètement stériles. Normalement, l'eau d'aquarium peut être maintenue pauvre en bactéries en filtrant à travers des additifs de tourbe. La libération de substances humiques et d'acides tanniques inhibe la croissance bactérienne. Mais cela abaisse la valeur du pH bien en dessous du point neutre, ce n'est donc pas une option pour un aquarium avec ces crevettes Sulawesi. Les options suivantes sont disponibles pour garder l'eau de l'aquarium aussi stérile que possible: un système de filtration efficace et ajusté de manière optimale qui élimine toutes les matières en suspension et les particules de saleté de l'eau, le changement d'eau avec de l'eau stérile provenant de la filtration sur membrane ou de l'osmose inverse.
Certaines marques proposent des sels spécialisés pour les crevettes "Sulawesi" à pH 8,5.

Les crevettes des lacs Malili sont habituées à des températures d'eau constamment élevées de 26 à 30 degrés Celsius et sont sensibles aux sauts soudains de température dans l'aquarium.

Afin de ne pas polluer inutilement l'eau de l'aquarium avec des produits de dégradation organiques, les crevettes doivent être nourri avec parcimonie.

Vous devez vous abstenir de la maintenir avec des crabes, d'autres crevettes naines et des poissons d'ornement. Les exigences sur les conditions de l'eau sont rarement en accord avec ces groupes d'animaux.

La lumière n'est pas importante pour les crevettes. L'éclairage doit être adapté aux besoins des plantes de votre aquarium, mais les crevettes doivent pouvoir bénéficier de l'ombrage des plantes si besoin.
Les crevettes, comme tous les crustacés, muent régulièrement. Fragiles durant cette période, elles devront pouvoir se mettre à l'abri dans des cachettes sûres, même si, en bac spécifique, le danger est moindre.
Elles apprécieront tous les types de feuilles, roches, bois, tuyaux naturel ou en PVC, etc. dans votre aquarium. Le "mobilier" fournit de surcroît une grande surface pour le développement des algues et du biofilm qu'elles viendront brouter.
Les crevettes sont sensibles à la qualité de l'eau et ne tolèrent pas les déséquilibres. Un filtre éponge ou Matten offrent beaucoup de surface sur laquelle paître et sont absolument sans danger pour les bébés crevettes.

Note : Il faut garder à l'esprit que toutes les crevettes doivent profiter d'un cycle d'azote stable. Elles sont sensibles à l'ammoniaque et aux nitrates, et redoutent la présence de cuivre.
Comme pour tous les crustacés, il faudra veiller à une acclimatation très pointilleuse en utilisant un goutte à goutte
très lent.

D'autre part, il est logique d'enrichir le bassin de Sulawesi avec les escargots endémiques du genre Tylomelania des lacs Malili, par ex. Tyloemlania patriarchalis du lac Matano. Ils sont également de bons utilisateurs des restes de nourriture qui coulent au fond et maintiennent l'aquarium propre.

Les crevettes sont sensibles à la qualité de l'eau et ne tolèrent pas les déséquilibres. Un filtre éponge ou Matten offrent beaucoup de surface sur laquelle paître et sont absolument sans danger pour les bébés crevettes.
 
Dispo vente :
Très rare
Caridina lanceolata est donc évaluée comme étant en danger critique d'extinction.
Elle est néanmoins présente dans le commerce des aquariums à partir d'individus prélevés dans la nature et d'individus élevés en captivité.
Mais Caridina lanceolata est souvent mal identifiée et prélevée par erreur avec des espèces commerciales, Caridina propinqua notamment.

Il conviendra donc de s'assurer que les individus que l'on envisage d'accueillir ne sont pas d'origine sauvage et sont correctement identifiés.
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Difficile
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
27 à 29 °C
pH :
7,8 à 8,2
GH :
4 °GH
Dimorphisme :
Le sexage de Caridina lanceolata est difficile car il existe peu d'indicateurs facilement utilisables.

Néanmoins, les plus grosses crevettes adultes sont des femelles. Les mâles sont plus petits.
En raison du fait que les femelles portent des œufs, l'abdomen des femelles est plus large, il descend pour protéger les œufs. Les crevettes mâles sont plus minces.
Les femelles ont des pléopodes plus longs puisqu'elles doivent pouvoir porter les œufs.
Et enfin, une évidence, la présence de la selle ou des œufs indique clairement le sexe.
Processus de reproduction :
Les données concernant l'élevage de Caridina lanceolata sont partielles et parfois douteuses.

Pour autant que l'on sache, les crevettes naines de Sulawesi appartiennent au type de reproduction spécialisé et avancé, c'est-à-dire que leurs larves se développent dans l'œuf puis éclosent en crevettes juvéniles pleinement développées.
Cela signifie que l'élevage dans les aquariums d'eau douce devrait en principe être possible, même si ce n'est pas facile pour la plupart des espèces. Bien sûr, cela est particulièrement vrai pour les animaux importés et les crevettes provenant des premières générations d'animaux capturés dans la nature.
Si vous voulez réussir ici, les conditions de l'eau dans l'aquarium doivent correspondre aussi étroitement que possible aux conditions locales.
Certaines espèces sont cependant reproduites avec succès dans des conditions d'aquarium, dont la progéniture n'est plus aussi délicate en matière de soins et de reproduction que celles capturées dans la nature. Étant donné que les crevettes de Sulawesi sont généralement élevées à des températures d'eau élevées de 28 degrés Celsius et plus, le temps de développement des larves dans l'œuf est réduit à environ trois semaines. Les jeunes crevettes poussent également plus vite que les autres crevettes d'eau douce. Malheureusement, cela raccourcit également leur durée de vie.

Œufs de 0,70–0,75 x 0,40–0,48 mm de diamètre.
Commentaires
Étymologie : Caridina vient du grec καρίς (karís) "crevette", et Lanceolata “lancéolée” (en forme de fer de lance)
Sources
GBIF, IUCN,
- Cai, Yixiong, Wowor, Daisy, Choy, Satish "Révision partielle des crevettes d'eau douce du centre de Sulawesi, Indonésie, avec des descriptions de deux nouvelles espèces (Crustacea: Decapoda: Atyidae)"
In Zootaxa 2045: 15-32 (2009)
- von Rintelen, K., Wowor, D. & Klotz, W. 2019. Caridina lanceolata. The IUCN Red List of Threatened Species (2019)
- Herder, F., Schliewen, U.K., Geiger, M.F., Hadiaty, R.K., Gray, S.M., McKinnon, J.S., Walter, R.P. and Pfaender, J. "Alien invasion in Wallace's Dreamponds: records of the hybridogenic" flowerhorn" cichlid in Lake Matano, with an annotated checklist of fish species introduced to the Malili Lakes system in Sulawesi". in Aquatic Invasions 7 (2012)
- Chris Lukhaup "Crevettes d'eau douce de Sulawesi" in Practical Fishkeeping (2008)