Melanotaenia lacustris
Poisson Arc-en-ciel turquoise
Le Poisson Arc-en-ciel turquoise reste rare dans le commerce des aquariums, mais ce beau poisson à toute sa place dans les bacs des passionné(e)s de mélanotaenies. Assez facile à maintenir et à élever, il demandera néanmoins d'être gardé en banc important dans un équipement de grand volume pour développer ses magnifiques couleurs. Son statut d'espèce étant inquiétant, il est préférable de le maintenir dans un bac biotope spécifique propre à en assurer l'élevage.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Melanotaenia lacustris
Taxinomie
Descripteur : Munro, 1964
Classe: Actinopterygii
Ordre: Atheriniformes
Famille:  Melanotaeniidae
Genre:  Melanotaenia
Synonymes
Aucun
Noms Communs
Poisson Arc-en-ciel turquoise
Poisson Arc-en-ciel du Lac Kutubu
Lake Kutubu Rainbowfish (en)
Membres du genre Melanotaenia
Melanotaenia mairasi (Allen & Hadiaty, 2011)
Melanotaenia ogilbyi (Weber, 1910)
Melanotaenia goldiei (Macleay, 1883)
Melanotaenia caerulea (Allen, 1996)
Melanotaenia vanheurni (Weber et de Beaufort, 1922)
Melanotaenia australis (Castelnau, 1875)
Melanotaenia boesemani (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia eachamensis (Allen & Cross, 1982)
Melanotaenia exquisita (Allen, 1978)
Melanotaenia fluviatilis (Castelnau, 1878)
Melanotaenia gracilis (Allen, 1978)
Melanotaenia lacustris (Munro, 1964)
Melanotaenia maccullochi (Ogilby, 1915)
Melanotaenia nigrans (Richardson, 1843)
Melanotaenia oktediensis (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia parva (Allen, 1990)
Melanotaenia pierucciae (Allen & Renyaan, 1996)
Melanotaenia praecox (Weber & de Beaufort, 1922)
Melanotaenia pygmaea (Allen, 1978)
Melanotaenia rubrostriata (Ramsay & Ogilby, 1886)
Melanotaenia splendida (Peters, 1866)
Melanotaenia trifasciata (Rendahl, 1922)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Océanie
Papouasie-Nouvelle-Guinée
L'aire de répartition de Melanotaenia lacustris est limitée au lac Kutubu et à son principal cours d'eau, la rivière Soro, dans le système de la rivière Kikori dans les hautes terres du sud de la Papouasie-Nouvelle-Guinée à environ 220 km en amont du golfe de Papouasie. (Munro 1964, GR Allen comm. pers. 2019). Il pourrait cependant être présent dans les affluents et les zones humides reliés au lac.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
22 à 27 °C
pH
7,6 à 8,1
GH
10 à 12 °GH
Conductivité
166 à 203 µS/cm
Cette espèce est connue du lac d'eau douce Kutubu, long d'environ dix-neuf kilomètres et large de deux à quatre, et de son exutoire la rivière Soro, qui est le principal exutoire du lac. La rivière Soro est située au nord-ouest et est connue sous le nom de rivière Soro sur quelques kilomètres seulement, mais est essentiellement le début de la rivière Digimu, qui est un affluent de la rivière Mubi.

Il est commun le long des bords peu profonds et à végétation dense du lac et du ruisseau. Au moins seize espèces végétales ont été enregistrées dans le lac. (Munro 1964, GR Allen comm. pers. 2019).

le lac Kutubu est l'un des plus grands lacs de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, en mesurant une soixantaine de km2 de superficie. Il a été formé lorsque des débris d'un volcan en éruption s'est trouvé bloqué une vallée. Le lac est très éloigné d'autres biotopes et dix des quatorze espèces de poissons jusque-là enregistrées dans ce lac en sont endémiques.
L'eau est très claire et les poissons arc-en-ciel ont tendance à se rassembler autour des zones couvertes de végétation aquatique, ou entre les entrelacs des racines submergées.

Le lac Kutubu est un site Ramsar et la zone environnante est une zone de gestion de la faune. Cependant, il n'y a pas de protection active de l'habitat sur le terrain, bien qu'une réglementation sur le maillage et des zones interdites à la pêche aient été mises en place dans le lac (A. Jenkins, comm. pers. 2007). Le gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée devrait être encouragé à informer le bureau Ramsar d'un changement significatif dans les caractéristiques écologiques de ce site et il est recommandé que l'Autorité de protection de l'environnement de conservation (CEPA) respecte scrupuleusement l'Environment Act 2000 (A. Mungkaje, A. Storey et U. Kolkolo, communication personnelle 2019). Il y a un besoin immédiat pour une enquête ichtyologique indépendante et une surveillance trimestrielle continue (y compris des tests pathologiques à des fins de santé humaine et de biodiversité) dans le lac et ses environs pour confirmer la présence de cette espèce et de toutes les autres espèces endémiques, y compris dans la pêche de subsistance.

Note : Le lac Kutubu est un lac de haute altitude situé au centre de la province des Hautes Terres du Sud à une altitude de huit cents mètres au-dessus du niveau de la mer, à environ 35 km au sud-ouest de la capitale provinciale, Mendi. C'est le plus grand lac perché de PNG et le deuxième plus grand lac du pays après le lac Murray dans la province de l'Ouest. Le lac a un bassin versant total d'environ 70 km² dont l'eau libre comprend environ 50 km² et les roselières et la forêt marécageuse 20 km² supplémentaires. Il mesure environ 19 km de long et 4 km de large à son point le plus large, avec une profondeur maximale d'environ soixante-dix mètres et une profondeur moyenne de trente-six mètres.

La délimitation précise du bassin versant du lac est compliquée en raison de l'étendue du terrain karstique. Le lac est alimenté par une série de petites criques et de rivières souterraines qui coulent sous les chaînes calcaires et karstiques environnantes. Les forêts marécageuses se trouvent aux extrémités sud-est et nord-ouest du lac Kutubu. Les principaux apports de surface proviennent de la rivière Tugibu et du ruisseau Kaimari dans le bassin versant nord-ouest. Ils traversent les forêts marécageuses avant d'entrer dans le lac Kutubu. Les ruisseaux Sama'a, Sumi et Gesege sont d'importance secondaire. De nombreux cours d'eau mineurs se déversent également dans le lac, mais la plupart d'entre eux ont de très petits bassins versants et ne coulent qu'à la suite d'événements de pluie locaux. Les cours d'eau entrants ont des températures d'eau d'environ 8°C inférieures à l'eau de surface du lac.
Le climat dans le bassin versant du lac Kutubu est chaud et humide, avec peu de variation tout au long de l'année. La température moyenne annuelle est de 23°C. Les températures mensuelles moyennes varient entre 21,5 et 24°C, juillet et août étant la période la plus fraîche de l'année. La température quotidienne moyenne varie de 17,3 °C (minimum) à 28,6 °C (maximum). La température minimale enregistrée était de 5°C et la maximale de 39°C. Les précipitations moyennes annuelles sont de 4500 mm (généralement uniformément réparties sur l'année, août-octobre étant les plus humides).
La qualité de l'eau du lac est particulièrement élevée. L'eau du lac Kutubu est alcaline avec un pH de 7,6 à 8,1 et sa conductivité varie de 166 à 203 µS/cm, ce qui reflète la dominance des minéraux dissous, tels que le calcium et les bicarbonates, dérivés de la dissolution du calcaire du terrain karstique du bassin versant.
Critère : B1ab(iii)
Cette espèce n'est connue que du lac Kutubu et de son exutoire, le Soro, dans les hautes terres du sud de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et des régions immédiatement environnantes. Il a une zone d'occurrence maximale de 1383 km2 et l'ensemble de la population est considérablement menacée par le forage pétrolier et gazier autour du lac, ce qui a entraîné une pollution, une mortalité massive de poissons, une augmentation des taux de maladies et de parasites et potentiellement des changements dans les régimes hydrologiques. D'autres menaces supplémentaires incluent les espèces envahissantes. Cette espèce est donc évaluée comme "En danger" B1ab(iii).

Note : La population de toutes les espèces indigènes du lac Kutubu a considérablement diminué en raison des impacts du forage pétrolier et gazier autour du lac (Imbun et Smith 2018), mais l'ampleur exacte de ce déclin est inconnue. Le nombre de poissons par mètre carré dans le lac est passé de 1,38 en 1997 à 0,96 en 2007 (A. Jenkins, données non publiées 2007), et il a été recueilli lors de la mortalité de poissons survenue en 2013 (U. Kokolo, comm. pers. 2019).

Le forage pétrolier et gazier est une menace importante pour cette espèce. Des mortalités de poissons se sont produites dans le lac Kutubu et ses affluents environnants à cause de la pollution industrielle, des opérations de forage et des accidents de 1996 à nos jours. Les activités liées au forage pétrolier et gazier telles que la pose des pipelines ont causé de grandes quantités de pollution dans le lac et les zones humides environnantes, notamment par les métaux lourds et la sédimentation. Cette pollution a provoqué une augmentation des maladies et des parasites chez les espèces de poissons du lac. La dernière mortalité de poissons de décembre 2012 à septembre 2013 a eu des effets dévastateurs sur les stocks de poissons dans le lac (Imbun et al. 2015). Le forage peut également avoir causé des problèmes pour le régime hydrologique de la région, car il existe des preuves d'une baisse significative du niveau d'eau du lac, de l'assèchement des marécages et de la réduction du débit des rivières (U. Kolkolo pers. comm. 2019). Introduction récente d'espèces de poissons envahissantes pour l'aquaculture, telles que la carpe commune (Cyprinus carpio) et le tilapia (Oreochromis niloticus), menacent cette espèce aux côtés de la jacinthe d'eau envahissante (Eichhornia crassipes) par un risque accru de maladie et de dégradation de l'habitat (Imbun et Smith 2018). La surexploitation pour la pêche de subsistance peut constituer une menace supplémentaire, mais son impact est inconnu.
De plus, de fortes pluies de 2010 à 2012 ont relâché des poissons d'élevage dans le lac et, en mai 2015, les pêcheurs signalent que les prises de poissons sont désormais dominées par le tilapia (Smith et al . 2016).
Description
Taille
: 11 à 12 cm SL  
: 9 à 10 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
8 à 10 ans
Régime
Omnivore
Melanotaenia lacustris est bleu clair pour le dos et argenté en dessous de la ligne latérale .
La ligne latérale est couverte par une bande bleue plus foncée. La coloration varie cependant selon l'environnement et selon les sexes, et les mâles présentent aussi une variation de couleur au niveau de la bosse nucale.
Selon les paramètres de l'eau, l'environnement et le régime alimentaire, M. lacustris peut afficher une gamme de couleurs et de motifs différents allant du bleu cobalt, du bleu acier, de l'aigue-marine aux nuances plus claires et plus foncées de turquoise. Lors du frai, la zone de la nuque prend une coloration orange vif ou dorée.
Les mâles sont plus colorés, plus grands et avec une profondeur de corps de 4 à 5 cm, un corps beaucoup plus profond que les femelles. Ils peuvent atteindre une taille maximale de douze centimètres, mais sont généralement inférieurs à dix.

Melanotaenia lacustris est étroitement apparenté à Melanotaenia mubiensis. Les grands adultes des deux espèces ont une coloration très similaire. Cependant, ils diffèrent par plusieurs caractéristiques, notamment la profondeur du corps, la taille des yeux et le nombre de rayons modaux des nageoires. Les adultes de Melanotaenia mubiensis sont beaucoup plus élancés que ceux de Melanotaenia lacustris ; M. mubiensis avait une profondeur moyenne en pourcentage de la SL de 38,4 par rapport à une moyenne de 47,2 pour M. lacustris. Le diamètre des yeux de M. lacustris est plus grand que la longueur du museau, mais chez M. mubiensisil est plus court ou égal à la longueur du museau. Bien que les deux espèces aient des comptages qui se chevauchent pour les rayons des nageoires dorsale, anale et pectorale, il existe des différences modales significatives. M. mubiensis a le plus souvent 14 ou 15 rayons dorsaux, 21 ou 22 rayons anaux et 14 rayons pectoraux par rapport aux nombres habituels de 12 ou 13, 18 ou 19 et 15 respectivement pour M. lacustris .

Melanotaenia lacustris appartient à un groupe d'espèces de poissons arc-en-ciel, qui habite les systèmes de drainage des hautes terres des rivières Kikori et Purari. Ce groupe contient deux autres espèces, M. monticola et M. herbertaxelrodi. Gerald Allen pense que les trois espèces sont probablement des dérivés du même stock ancestral de M. goldiei, qui s'étend largement dans les basses terres et les contreforts du sud de la Nouvelle-Guinée.

Notes : Un officier de patrouille australien, CET Terrell, a d'abord collecté cette espèce dans le lac Kutubu en 1955. Il a envoyé des spécimens conservés à l'ichtyologiste australien Ian Munro, qui en 1964 les a décrits comme Melanotaenia lacustris . Ian Munro (1919-1994) a travaillé avec la Division de la recherche halieutique du CSIRO et a été l'un des premiers pionniers dans l'identification des poissons arc-en-ciel d'Australie et de Nouvelle-Guinée. Il a ensuite publié "The Fishes of New Guinea" en 1967.
 
Régime Alimentaire
Les Melanotaenia sont principalement carnivores, se nourrissant surtout de petits invertébrés prélevés au milieu ou à la surface de l'eau.
Leur régime alimentaire naturel semble similaire aux observations faites sur d'autres espèces de poissons arc-en-ciel et ils présentent peu de spécialisation alimentaire. Les larves d'insectes aquatiques comprennent principalement des diptères et des coléoptères et les insectes provenant de sources terrestres sont principalement des fourmis, des diptères et des coléoptères.
Les autres aliments sont les arachnides, les petits gastéropodes planospiraux et les algues filamenteuses.
Les comparaisons entre les saisons humides et sèches de la composition en pourcentage du contenu stomacaux sont significativement différentes pour chaque catégorie de nourriture.
Le pourcentage de larves d'insectes et d'insectes d'origine terrestre augmentent légèrement pendant la saison des pluies, tandis que les pourcentages de ces derniers diminuent et que les pourcentages de crustacés et "d'autres matières" augmentent légèrement pendant la saison sèche.

En aquarium, Melanotaenia lacustris acceptera la plupart des aliments secs, congelés et vivants. Un apport régulier en nourriture vivante permettra cependant aux poissons de montrer de plus belles couleurs et stimulera la reproduction.
Dimorphisme
Les mâles matures sont plus grands et présentent une coloration plus brillante que les femelles. Ils développent également un corps beaucoup plus profond que les femelles à mesure qu'ils grandissent.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
8 minimum (15 recommandé)
Zone
Centrale, Supérieure
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
        15      20              24      30
pH
              7                       8
GH
              8                        15
Brassage
Aquarium
Volume
300 l minimum (400 l recommandé)
Longueur
150 cm minimum (200 cm recommandé)
Les principaux apports de surface du lac Kutubu proviennent de la rivière Tugibu et du ruisseau Kaimari dans le bassin versant nord-ouest. Ils traversent les forêts marécageuses avant d'entrer dans le lac Kutubu. De nombreux cours d'eau mineurs se déversent également dans le lac, mais la plupart d'entre eux ont de très petits bassins versants et ne coulent qu'à la suite d'événements de pluie locaux. Les cours d'eau entrants ont des températures d'eau d'environ 8°C inférieures à l'eau de surface du lac.
La qualité de l'eau du lac est particulièrement élevée. L'eau du lac Kutubu est alcaline avec un pH de 7,6 à 8,1 et sa conductivité varie de 166 à 203 µS/cm, ce qui reflète la dominance des minéraux dissous, tels que le calcium et les bicarbonates, dérivés de la dissolution du calcaire du terrain karstique du bassin versant.
La dureté est variable selon les saisons et les endroits du lac ainsi que la température.
Melanotaenia lacustris semble néanmoins fréquenter les eaux dures ( GH=12), et préfère les températures de l'eau assez chaude (24°C), sur fond rocheux mais abondamment planté souvent avec un couvert de bois flotté.

Du fait de son environnement changeant, la tolérance de Melanotaenia lacustris en aquarium admet des paramètres étendus, pH basique entre 7,0 à 8,5 car il supporte mal les eaux acides , une dureté totale entre 8 à 20 et il est vraiment peu difficile sur la température.
La filtration, forte avec un bon débit dont le rejet sera dirigé vers la surface de l'eau, doit proposer une eau claire, limpide et sans nitrate.

On veillera malgré tout à lui fournir des conditions proches de celles qu'il rencontre dans la nature.
Prévoyez des zones de végétation dense, ainsi que des zones ouvertes pour la nage de pleine eau.
Le choix des plantes doit être en accord avec les conditions alcalines et dures préférées par les poissons.
Le sol sera composé d'une zone fertile très planté et d'une zone de nage pourvue de cailloux par exemple.
Le décor n'est pas particulièrement important, mais on pourra ajouter des branchages à la lisière de ces deux zones.
Un tel décor prend beaucoup de place et comme ce poisson grégaire peut devenir assez grand dans de bonnes condition de maintenance, on choisira un bac de grande taille, avec un volume supérieur à deux cents litres trois cents si on accueille un banc d'une douzaine d'individus.
Vivant en groupe dans son milieu naturel, il est d'ailleurs fortement recommandé de le maintenir en groupe important afin de diluer l'agressivité des mâles en période de reproduction. Il est d'ailleurs préférables d'avoir plus de femelles que de mâles dans le groupe.

S'ils sont correctement maintenus, avec des variations saisonnières de températures notamment, les Melanotaenia lacustris peuvent atteindre un âge de plus de dix ans et une longueur de douze centimètres.

Il pourrait être accueilli avec des espèces qui bénéficient d'une chimie de l'eau et d'un biotope similaire cependant, son statut d'espèce étant inquiétant, on préférera le maintenir en bac spécifique propre à en assurer l'élevage.

Attention ! : Tous les Melanotaenia, insectivores de surface, peuvent sauter, un couvercle est donc fortement recommandé.

Disponibilité commerciale : Disponible

Cette espèce est populaire dans le commerce des aquariums.
Malheureusement, l'environnement vierge où ce poisson vit est menacé par la surpêche et en grande partie pour le commerce des aquariums.
On veillera donc à n'acheter que des spécimens issus d'élevages.

Attention ! : Si vous voulez acheter des Poissons arcs-en-ciel, ne cherchez pas les beaux poissons colorés des photos promotionnelles !
Les spécimens adultes sont rarement disponibles dans le commerce, et ce sont les poissons juvéniles beaucoup plus ternes qui sont presque toujours proposés à la vente. Vous devrez faire preuve de patience, même avec une bonne alimentation, le développement complet des couleurs peut prendre plus d'un an.
Il s'ensuit de nombreuses erreurs d'identification et vous devrez être très vigilant quant à vos acquisitions.

Note : À la fin de 1983, Gerald Allen, John Paska et Barry Crockford ont collecté environ Quarante spécimens vivants. Seuls quatre poissons (un mâle et trois femelles) ont survécu au voyage de retour en Australie et une semaine après leur arrivée à Melbourne, le seul mâle a été infecté par l'ankylostome et est décédé par la suite. Le passe-temps aquariophile a dû attendre encore trois ans avant que Heiko Bleher ne puisse collecter d'autres spécimens vivants. Il est revenu en 1988 avec Gerald Allen et a une fois de plus pu ramener des spécimens vivants pour l'aquariophilie.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Courante
Paramètres
Température
22 à 24 °C
pH
7,5
GH
10 à 12 °GH
Comme pour les autres membres du genre, Melanotaenia lacustris n'est pas une espèce difficile à élever, étant un disperseur d'œufs . Les alevins , cependant, peuvent s'avérer quelque peu délicats à élever.
En bac spécifique, il est possible que des alevins réussissent à éclore, grandir et s'émanciper, si le bac est abondamment planté.

On peut, si on veut augmenter ses chances, utiliser un bac spécial d'élevage.
L' aquarium d' élevage doit mesurer au moins quatre-vingt de long et contenir de l'eau alcaline légèrement dure avec un pH d'environ 7,5 et une température de 22 à 24°C. Un petit filtre pneumatique fournira une oxygénation et un débit suffisants. Le réservoir doit être rempli de plantes à feuilles fines telles que la mousse de Java ou des vadrouilles de frai en nylon. Aucun substrat n'est nécessaire.

Les poissons adultes seront conditionnés en groupe dans un aquarium séparé avec beaucoup de proies vivantes. Au fur et à mesure que les poissons entrent en condition, les femelles apparaîtront sensiblement plus dodues et les mâles plus colorés et insistants auprès des femelles.
Sélectionnez le couple le plus gros et le plus coloré pour la reproduction et introduisez-le dans le bassin de ponte . Une petite augmentation de la température peut souvent provoquer le frai. Le couple pondra pendant plusieurs semaines, pondant des lots d'œufs chaque jour.
Ceux-ci sont attachés aux surfaces par un petit fil. Bien que les adultes n'aient pas tendance à manger le frai, il est plus facile d'élever les alevins dans un endroit séparé. Il est recommandé de vérifier régulièrement les plantes ou les vadrouilles et de retirer tous les œufs que vous trouvez dans un bac de culture contenant de l'eau du bac de ponte .

Les œufs éclosent en sept à douze jours, selon la température, et les minuscules alevins ont d'abord besoin d'infusoires, avant de passer à des aliments de nage libre, tels que des nauplii d'artémies, après environ une semaine. Les aliments qui coulent ne conviennent pas car les alevins ont tendance à rester très près de la surface de l'eau.
Commentaires
Étymologie : Melanotaenia, melano- du grec ancien μέλας, μέλανος, mélas, mélanos "noir " et taenia, du latin tænia "bandelette", du grec ταινία, (tainía) "bandelette" (ici bande, rayure), et lacustris, "lacustre".
Références
GBIF, IUCN,
Seriously Fish, Fishbase, Rainbowfish
- Allen, G.R. "Field guide to the freshwater fishes of New Guinea." Publication, no. 9. 268 p. Christensen Research Institute, Madang, Papua New Guinea. (1991)
- Allen, G.R., Hadiaty, R.K., Unmack, P.J. & Erdmann, M.V. "Rainbowfishes (Melanotaenia: Melanotaeniidae) of the Aru Islands, Indonesia with descriptions of five new species and redescription of M. patoti Weber and M. senckenbergianus Weber." in aqua, International Journal of Ichthyology, 21 (2): 66-108 (2015)
- Allen, G.R., Larson, H., Kolkolo, U., Hoese, D. & Mungkaje, A. 2020. Melanotaenia lacustris. The IUCN Red List of Threatened Species 2020
- Axelrod, H.R., W.E. Burgess, N. Pronek and J.G. Walls, "Dr. Axelrod's Atlas of freshwater aquarium fishes". Sixth edition. T.F.H. Publications, Neptune City, New Jersey. (1991)
- Breder, C.M. and D.E. Rosen, "Modes of reproduction in fishes". T.F.H. Publications, Neptune City, New Jersey. (1966)
- D'Cruz R. "Lake Kutubu Catchment Management Plan", Aonyx Environmental, Malaysia. (2008)
- Esso Highlands Limited (2005) PNG Gas Project Environmental Impact Statement.
- Fricke, R., Eschmeyer, W.N. and Van der Laan, R. (eds). 2020. Eschmeyer's Catalog of Fishes: genera, species, references. Updated 02 March 2020.
- Groombridge, B. (ed.). 1994. IUCN Red List of Threatened Animals. IUCN, Gland, Switzerland and Cambridge, UK.
- Imbun, B.Y. and Smith, P.T. "Recent Developments at Lake Kutubu: impacts on the fishand the Foe". Fishes of Sahul 32(1): 1224-1238 (2018)
- Imbun, B.Y., Duarte, F.P. and Smith, P.T. "You are not our only child”: Neoliberalism, food security issues and CSR discourse in the Kutubu oilfields of Papua New Guinea. Resour. Policy 43: 40-49 (2015)
- Jenkins A. & P. Buston "Distribution and abundance of the fishes of Lake Kutubu". in Consultancy report to the WWF Kikori ICDP. (1997)
- Munro ISR. "Additions to the fish fauna of New Guinea". Papua New Guinea Agric. J. 10(4): 141-186 (1964)
- Nugraha, M.F.I., Kadarusman, Hubert, N., Avarre, J.C., Hadiaty, R.K., Slembrouck, J., Carman, O., Sudarto, Ogistira, R. & Pouyaud L. "Eight new species of Rainbowfishes (Melanotaeniidae) from the Birds Head Region, West Papua, Indonesia." in Cybium, 39 (2): 99-130 (2015)
- Osborne P.L. & R.G. Totome "Influences of oligomixis on the water and sediment chemistry of Lake Kutubu, Papua New Guinea". in Archive Für Hydrobiologie, 124: 427-449 (1992)
- Smith P.T., B.Y. Imbun and F.P. Duarte "Impacts of a Fish Kill at Lake Kutubu, Papua New Guinea". in Pacific Science, 70(1): 21-33 (2016)
- Tappin Adrian R. " Lake Kutubu Rainbowfish" in Rainbowfish (2016) consultable sur https://rainbowfish.angfaqld.org.au/Lacust.htm

Pour citer cette fiche :"Melanotaenia lacustris, Munro, 1964" B-Aqua / TE, GP (2022)