Melanotaenia pierucciae
Poisson Arc-en-ciel de Pierucci
Le Poisson Arc-en-ciel de Pierucci est encore très rare dans le commerce et son acquisition devra précéder une tentative d'élevage afin de diffuser l'espèce auprès des passionnés du genre.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Allen & Renyaan, 1996
Classe: Actinopterygii
Ordre: Atheriniformes
Famille:  Melanotaeniidae
Genre:  Melanotaenia
Synonymes
Aucun
Noms Communs
Poisson Arc-en-ciel de Pierucci
Pierucci's rainbowfish (en)
Membres du genre Melanotaenia
Melanotaenia mairasi (Allen & Hadiaty, 2011)
Melanotaenia ogilbyi (Weber, 1910)
Melanotaenia goldiei (Macleay, 1883)
Melanotaenia caerulea (Allen, 1996)
Melanotaenia vanheurni (Weber et de Beaufort, 1922)
Melanotaenia australis (Castelnau, 1875)
Melanotaenia boesemani (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia eachamensis (Allen & Cross, 1982)
Melanotaenia exquisita (Allen, 1978)
Melanotaenia fluviatilis (Castelnau, 1878)
Melanotaenia gracilis (Allen, 1978)
Melanotaenia lacustris (Munro, 1964)
Melanotaenia maccullochi (Ogilby, 1915)
Melanotaenia nigrans (Richardson, 1843)
Melanotaenia oktediensis (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia parva (Allen, 1990)
Melanotaenia pierucciae (Allen & Renyaan, 1996)
Melanotaenia praecox (Weber & de Beaufort, 1922)
Melanotaenia pygmaea (Allen, 1978)
Melanotaenia rubrostriata (Ramsay & Ogilby, 1886)
Melanotaenia splendida (Peters, 1866)
Melanotaenia trifasciata (Rendahl, 1922)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Indonésie, Nouvelle-Guinée
L'aire de répartition de Melanotaenia pierucciae est limitée au ruisseau Werfyang, qui se jette dans l'extrémité nord-ouest du lac Kamakawaiar (lac Kamaka) près de Triton Bay sur la côte sud de la région de Birds Neck de la province de Papouasie occidentale, en Indonésie (Allen et Renyaan 1996, GR Allen pers. comm. 2019).

Cette espèce était commune dans la localité type en 2014 et la tendance de la population est considérée comme stable (Kadarusman, comm. pers. 2019).
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
La localité type de cette espèce se trouve à environ un à deux kilomètres en amont du lac Kamakawaiar et en est séparée par une cascade de vingt mètres de haut.
Cette espèce est commune dans le ruisseau principal qui mesure environ quatre à cinq mètres de large et un à deux mètres de profondeur, ainsi que dans un petit affluent de un à deux mètre de large, tous deux traversant une forêt tropicale dense. (Allen et Renyaan 1996, GR Allen comm. pers. 2019).

L'eau y est limpide et coule rapidement dans le ruisseau Werfyang, mais lentement dans le petit affluent.

Les lacs Triton sont situés sur la côte sud de la Papouasie occidentale, immédiatement à l'est de la péninsule de Bomberai et à environ cinquante kilomètres à l'est du port maritime de Kaimana.
Les lacs sont entourés de hautes collines calcaires et se trouvent juste à l'intérieur de Triton Bay. Il y a trois lacs principaux : Kamakawaiar, Lakamora et Aiwaso. Kamakawaiar (généralement appelé Kamaka) qui se trouve à moins de cinq kilomètres de la côte et est séparé du deuxième lac, Lakamora, par une distance d'environ sept kilomètres. Le troisième lac, Aiwaso, se trouve à seulement quelques centaines de mètres de Lakamora.
Les lacs ne semblent pas avoir de cours d'eau de sortie et le drainage est vraisemblablement souterrain.
Cette espèce est limitée à un seul ruisseau qui se jette dans le lac Kamaka, en Papouasie. La région est éloignée des zones urbaines et il n'y a donc pas de menaces anthropiques majeures connues. Par conséquent, Son statut est donc évalué comme "Préoccupation mineure".

Aucune action de conservation n'est en place pour cette espèce.
Des recherches sur la population et la répartition sont cependant recommandées. De plus, il est recommandé que les lacs Triton, y compris le lac Kamaka, soient protégés sur la base des endémies du lac et de la beauté des paysages.
Description
Taille
: 7 à 8 cm SL  
: 6 à 7 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
6 à 8 ans
Régime
Omnivore
Melanotaenia pierucciae a une couleur de corps mauve ou violacée sur le haut du dos avec un éclat bronze, blanc ou mauve très pâle sur la moitié inférieure (sauf qu'une grande tache violette peut être évidente juste derrière la nageoire pectorale).
Les écailles du corps ont un contour sombre et étroit, qui est plus intense sur la moitié ventrale, en particulier celles au-dessus de la nageoire anale où les écailles ont souvent des marges noires considérablement élargies.
Il y a une large bande mi-latérale, noirâtre à bleu foncé, entre l'œil et la base de la nageoire caudale, occupant environ deux rangées d'écailles horizontales, mais interrompue au milieu du côté pendant environ six à sept rangées d'écailles verticales (les écailles dans cette zone ont un éclat bronze).
La première nageoire dorsale est blanche, la deuxième nageoire dorsale bleuâtre, la nageoire anale gris sombre à blanchâtre et les nageoires caudale et pectorale translucides. Le bord dorsal et ventral de la nageoire caudale est étroitement noir sur la moitié basale.

Les mâles ont un motif de couleur plus intense, en particulier pendant le frai et affichent une bande frontale vert blanchâtre. L'espèce présente des différences de forme des nageoires, typiques du genre, dans lequel les mâles ont une première nageoire dorsale plus longue et les profils postérieurs des deuxièmes nageoires dorsale et anale sont quelque peu allongés et pointus.
Les mâles ont également un corps plus profond et peuvent atteindre une taille maximale de huit centimètres, mais généralement moins de six.
 
Régime Alimentaire
On ne connait pas précisément les habitudes alimentaires de Melanotaenia pierucciae à l'état sauvage, mais on peut supposer qu'elles ne diffèrent pas de celles des autres membres du genre.

Melanotaenia pierucciae est donc vraisemblablement un omnivore opportuniste. Les principaux aliments sont les insectes aquatiques, les algues et les insectes terrestres. son régime alimentaire varie cependant en fonction de l'habitat qu'il occupe.

En aquarium, il acceptera sans doute la plupart des aliments secs, congelés et vivants. Un apport régulier en nourriture vivante permettra cependant aux poissons de montrer de plus belles couleurs et stimulera la reproduction.

Les Melanotaenia sont principalement carnivores, se nourrissant surtout de petits invertébrés prélevés au milieu ou à la surface de l'eau.
Leur régime alimentaire naturel semble similaire aux observations faites sur d'autres espèces de poissons arc-en-ciel et ils présentent peu de spécialisation alimentaire. Les larves d'insectes aquatiques comprennent principalement des diptères et des coléoptères et les insectes provenant de sources terrestres sont principalement des fourmis, des diptères et des coléoptères.
Les autres aliments sont les arachnides, les petits gastéropodes planospiraux et les algues filamenteuses.
Les comparaisons entre les saisons humides et sèches de la composition en pourcentage du contenu stomacaux sont significativement différentes pour chaque catégorie de nourriture.
Le pourcentage de larves d'insectes et d'insectes d'origine terrestre augmentent légèrement pendant la saison des pluies, tandis que les pourcentages de ces derniers diminuent et que les pourcentages de crustacés et "d'autres matières" augmentent légèrement pendant la saison sèche.
Dimorphisme
Les mâles ont un motif de couleur plus intense, en particulier pendant le frai et affichent une bande frontale vert blanchâtre. L'espèce présente des différences de forme des nageoires, typiques du genre, dans lequel les mâles ont une première nageoire dorsale plus longue et les profils postérieurs des deuxièmes nageoires dorsale et anale sont quelque peu allongés et pointus.
Les mâles ont également un corps plus profond et peuvent atteindre une taille maximale de huit centimètres, mais généralement moins de six.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
6 minimum (15 recommandé)
Zone
Centrale, Supérieure
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
        23      24              26      28
pH
              7                       8
GH
         5       8              10       12
Brassage
Aquarium
Volume
250 l minimum (350 l recommandé)
Longueur
120 cm minimum (150 cm recommandé)
La localité type de cette espèce se trouve à environ un à deux kilomètres en amont du lac Kamakawaiar et en est séparée par une cascade de vingt mètres de haut.
Cette espèce est commune dans le ruisseau principal qui mesure environ 4 à 5 m de large et 1 à 2 m de profondeur, ainsi que dans un petit affluent de 1 à 2 m de large, tous deux traversant une forêt tropicale dense. (Allen et Renyaan 1996, GR Allen comm. pers. 2019).

L'eau y est limpide et coule rapidement dans le ruisseau Werfyang, mais lentement dans le petit affluent.

Les lacs Triton sont situés sur la côte sud de la Papouasie occidentale, immédiatement à l'est de la péninsule de Bomberai et à environ cinquante kilomètres à l'est du port maritime de Kaimana.
Les lacs sont entourés de hautes collines calcaires et se trouvent juste à l'intérieur de Triton Bay. Il y a trois lacs principaux : Kamakawaiar, Lakamora et Aiwaso. Kamakawaiar (généralement appelé Kamaka) qui se trouve à moins de cinq kilomètres de la côte et est séparé du deuxième lac, Lakamora, par une distance d'environ sept kilomètres. Le troisième lac, Aiwaso, se trouve à seulement quelques centaines de mètres de Lakamora.
Les lacs ne semblent pas avoir de cours d'eau de sortie et le drainage est vraisemblablement souterrain.

Il n'y a pas de rapport de maintenance et d'élevage pour cette espèce et on ne pourra ici qu'énoncer des pistes d'accueil qui demanderont à être confirmées par l'expérience.

On tâchera de reproduire au mieux l'habitat naturel en lui proposant un aquarium "rivière" au courant modéré sur fond rocheux. L'eau sera moyennement dure et légèrement basique.

En effet, l'eau des ruisseaux devrait être plutôt dure, mais aucune donnée géologique n'ayant été trouvée sur le cours du ruisseau Werfyang, cette information demande confirmation.
Ce qui est certain, c'est que cette dureté doit être moindre durant la saison des pluies.

Un bac "rivière", de forme longue sera préférable et le courant issu de la filtration sera variable.
Les plantes ne seront pas indispensables mais des rhéophiles peuvent néanmoins être ajoutées. Dans ce cas, l'éclairage sera choisi en fonction de leurs préférences.
Il faut garder à l'esprit que le ruisseau coule sous le couvert forestier et que la lumière est tamisée par les frondaisons.

Attention ! : Tous les Melanotaenia, insectivores de surface, peuvent sauter, un couvercle est donc fortement recommandé.

Disponibilité commerciale : Très rare

Heiko Bleher a collecté des spécimens vivants de Melanotaenia pierucciae en juin 1995 avec Paola Pierucci et Patrick de Rham.
Cette espèce ne se trouve cependant encore qu'assez rarement dans le commerce des aquariums, et les individus sont issus de populations élevées en captivité (P. Unmack comm. pers. 2019).

Attention ! : Si vous voulez acheter des Poissons arcs-en-ciel, ne cherchez pas les beaux poissons colorés des photos promotionnelles !
Les spécimens adultes sont rarement disponibles dans le commerce, et ce sont les poissons juvéniles beaucoup plus ternes qui sont presque toujours proposés à la vente.
Il s'ensuit de nombreuses erreurs d'identification et vous devrez être très vigilant quant à vos acquisitions.
Vous devrez faire preuve de patience, même avec une bonne alimentation, le développement complet des couleurs peut prendre plus d'un an.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
On ne sait pas grand-chose sur le cycle biologique de Melanotaenia pierucciae à l'état sauvage et aucune donnée de reproduction en captivité ne semble disponible. On peut supposer cependant qu'elles ne diffèrent pas de celles des autres membres du genre.

On se reportera à la fois aux conditions de maintenance décrites plus haut et à l'élevage des autres espèces de mélanoténies de Nouvelle-Guinée en respectant les variations saisonnières du milieu.
Commentaires
Étymologie : Melanotaenia, melano- du grec ancien μέλας, μέλανος, mélas, mélanos "noir " et taenia, du latin tænia "bandelette", du grec ταινία, (tainía) "bandelette" (ici bande, rayure), et perucciae "de Pierucci" en l'honneur de Paola Pierucci, avec qui Heiko Bleher a collecté des spécimens vivants de cette espèce en juin 1995.
Références
GBIF, IUCN,
Rainbow Fish (https://rainbowfish.angfaqld.org.au/Pierucciae.htm)
- Allen, G.R. and S.J. Renyaan "Three new species of rainbowfishes (Melanotaeniidae) from the Triton Lakes, Irian Jaya, New Guinea". in Aqua 2(2):13-24 (1996).
- Allen, G.R., Hadiaty, R.K., Unmack, P.J. & Erdmann, M.V. "Rainbowfishes (Melanotaenia: Melanotaeniidae) of the Aru Islands, Indonesia with descriptions of five new species and redescription of M. patoti Weber and M. senckenbergianus Weber." in aqua, International Journal of Ichthyology, 21 (2): 66-108 (2015)
- Allen, G.R. & Kadarusman. 2020. Melanotaenia pierucciae. The IUCN Red List of Threatened Species 2020
- Fricke, R., Eschmeyer, W.N. and Van der Laan, R. (eds). 2019. Eschmeyer's Catalog of Fishes: genera, species, references. Updated 07 October 2019.
- Nugraha, M.F.I., Kadarusman, Hubert, N., Avarre, J.C., Hadiaty, R.K., Slembrouck, J., Carman, O., Sudarto, Ogistira, R. & Pouyaud L. "Eight new species of Rainbowfishes (Melanotaeniidae) from the Birds Head Region, West Papua, Indonesia." in Cybium, 39 (2): 99-130 (2015)
- Tappin Adrian R. "Melanotaenia pierucciae Allen & Renyaan, 1996" in Rainbow Fish (2015)

Pour citer cette fiche :"Melanotaenia pierucciae Allen & Renyaan, 1996" B-Aqua / TE, GP (2022)