Melanotaenia goldiei
Poisson Arc-en-ciel de la rivière Goldie
Le Poisson Arc-en-ciel de la rivière Goldie fréquente une large gamme d'habitats, mais son habitat typique consiste en de petits ruisseaux clairs et lents dans une forêt à canopée fermée. Leur environnement naturel est soumis à des variations saisonnières, la température, le pH et la dureté de l'eau variant considérablement, et ils s'adaptent aux conditions particulières de l'eau et aux changements saisonniers lorsqu'ils se produisent ce qui en fait une espèce aisément adaptable pour les uns, mais compliquée à satisfaire pour les autres*.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Melanotaenia goldiei
Taxinomie
Descripteur : Macleay, 1883
Classe: Actinopterygii
Ordre: Atheriniformes
Famille:  Melanotaeniidae
Genre:  Melanotaenia
Synonymes
Aristeus goldiei Macleay, 1883
Rhombatractus goldiei (Macley, 1883)
Noms Communs
Poisson Arc-en-ciel de la rivière Goldie
Goldie River Rainbowfish (en)
Gold-line rainbowfish (en)
Membres du genre Melanotaenia
Melanotaenia mairasi (Allen & Hadiaty, 2011)
Melanotaenia ogilbyi (Weber, 1910)
Melanotaenia goldiei (Macleay, 1883)
Melanotaenia caerulea (Allen, 1996)
Melanotaenia vanheurni (Weber et de Beaufort, 1922)
Melanotaenia australis (Castelnau, 1875)
Melanotaenia boesemani (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia eachamensis (Allen & Cross, 1982)
Melanotaenia exquisita (Allen, 1978)
Melanotaenia fluviatilis (Castelnau, 1878)
Melanotaenia gracilis (Allen, 1978)
Melanotaenia lacustris (Munro, 1964)
Melanotaenia maccullochi (Ogilby, 1915)
Melanotaenia nigrans (Richardson, 1843)
Melanotaenia oktediensis (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia parva (Allen, 1990)
Melanotaenia pierucciae (Allen & Renyaan, 1996)
Melanotaenia praecox (Weber & de Beaufort, 1922)
Melanotaenia pygmaea (Allen, 1978)
Melanotaenia rubrostriata (Ramsay & Ogilby, 1886)
Melanotaenia splendida (Peters, 1866)
Melanotaenia trifasciata (Rendahl, 1922)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Indonésie, Papouasie-Nouvelle-Guinée
On considère actuellement que cette espèce est répandue de Timika en Papouasie indonésienne jusqu'à la rivière Kemp Welch, près de Port Moresby, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Toutefois, on pense que la véritable répartition de cette espèce est centrée sur la rivière Goldie, près de Port Moresby, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, et qu'elle s'étend vers l'est au moins jusqu'à la rivière Kemp Welch, à environ 70 km au sud-est de Port Moresby, et vers l'ouest jusqu'au système de la rivière Kubuna, à environ 60 km au nord-ouest de Port Moresby.

Melanotaenia goldiei est l'un des poissons arc-en-ciel les plus répandus dans le sud de la Nouvelle-Guinée, allant du lac Yamur (Papouasie occidentale) à l'est jusqu'à la région de Port Moresby. Ils sont très abondants et font partie des poissons arc-en-ciel les plus répandus dans toute la région.
Ce poisson a été initialement collecté dans la rivière Goldie (localité type), un affluent majeur de la rivière Laloki dans le sud de la Nouvelle-Guinée, près de Port Moresby dans les années 1880. La rivière Laloki et ses principaux affluents, les rivières Brown et Goldie, prennent naissance dans les contreforts luxuriants des chaînes Owen Stanley dans le district central de Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Les autres systèmes fluviaux où M. goldiei a été collecté comprennent les rivières Fly, Kemp Welsh, Lakekamu, Lorentz, Ok Tedi, Oriomo et Sapoi ainsi que la région de Timika en Papouasie occidentale.
En 2005, M. goldiei a été collecté dans dix-sept sites du système de captage de la rivière Fly, notamment la rivière Elevala, Ok Tedi, la partie supérieure de la rivière Fly, Ok Mart et Ok Menga.
En 2008, ils ont été collectés dans la rivière Baia, un affluent de la rivière Strickland.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
24 à 33 °C
pH
7 à 7,8
Les Melanotaenia goldiei se trouvent dans une large gamme d'habitats, y compris les marécages, les bras-morts, les petits ruisseaux et les grandes rivières. Ils sont plus abondants dans les bassins profonds derrière les troncs tombés, les racines immergées de grands arbres ou autours de la végétation immergée où ils forment des bancs lâches.
L'habitat typique consiste néanmoins en de petits ruisseaux clairs et lents dans une forêt à canopée fermée sur un terrain relativement plat. Ces ruisseaux ont généralement un fond de boue ou de gravier et sont jonchés de feuilles et de débris de bois.
Leur environnement naturel est soumis à des variations saisonnières, la température, le pH et la dureté de l'eau variant considérablement, et ils s'adaptent aux conditions particulières de l'eau et aux changements saisonniers lorsqu'ils se produisent.

Ils ont été trouvés en compagnie de Melanotaenia ogilbyi, Melanotaenia papuae, Melanotaenia rubrostriata et Melanotaenia sylvatica.

Température et pH enregistrés 24,6 - 33,0°C ; pH 7,0 - 7,8.
Cette espèce est actuellement considérée comme répandue dans le sud de la Nouvelle-Guinée. Il existe des menaces localisées, mais aucune menace majeure n'affecte l'ensemble de la population.
Melanotaenia goldiei est donc évalué comme "Préoccupation mineure".

Note : On pense cependant que cette espèce représente un complexe d'espèces et une révision taxonomique est nécessaire. Une fois terminés, les taxons résultants seront probablement plus restreints géographiquement et potentiellement menacés.
Description
Taille
: 8 à 12 cm SL  
: 7 à 10 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
5 à 8 ans
Régime
Carnivore
Les Melanotaenia goldiei ont un éclat distinctif de couleur cuivrée sur la moitié supérieure du corps, avec une couleur blanc crème sur la moitié inférieure. La bande médio-latérale est discontinue, bleu foncé ou noirâtre, et large d'environ deux rangées d'écailles. Une étroite bande cuivrée ou orangée sépare chaque rangée d'écailles sur la moitié supérieure du corps.
Cette espèce peut atteindre une taille maximale d'environ 11,5 cm de LS La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres. La longueur standard (SL, LS La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres.en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres.chez les mâles et de 10 cm de LS La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres. La longueur standard (SL, LS La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres.en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres.chez les femelles (Macleay 1883, GR Allen comm. pers. 2019).

Des études génétiques récentes (Unmack et al. 2013) indiquent que M. goldiei, tel que reconnu actuellement, est divisible en plusieurs espèces. Les différents membres de ce complexe sont très similaires et difficiles à séparer à l'aide des caractères taxonomiques traditionnels, car presque toutes les espèces incluses présentent des morphologiques très proches et des méristiques qui se chevauchent largement. En dehors des différences génétiques, le motif des couleurs et leur répartition géographique sont les meilleurs moyens de séparer les différentes espèces.

Note : Il y a plus de quatre-vingt espèces de Melanotaenia décrites, dont plus de la moitié se trouvent dans la partie occidentale de la Nouvelle-Guinée, en Indonésie.
Melanotaenia goldiei a été l'un des premiers poissons arc-en-ciel de Nouvelle-Guinée à entrer en aquariophilie (1958). Trois souches semblaient exister au début des années 1970, mais semblent perdues.
Une collection bien documentée a été faite par Gerald Allen en 1978. Une autre collection a été réalisée dans la rivière Loloipa (affluent supérieur de la rivière Angabanga qui se jette dans la mer près de Bereina, en Papouasie-Nouvelle-Guinée), par Heiko Bleher vers la fin des années 1980, et ces poissons ont été introduits dans le passe-temps européen. Ils sont connus sous le nom de variété "Tapini".
 
Régime Alimentaire
Les Melanotaenia goldiei sont principalement carnivores, se nourrissant surtout de petits invertébrés prélevés au milieu ou à la surface de l'eau.
Leur régime alimentaire naturel semble similaire aux observations faites sur d'autres espèces de poissons arc-en-ciel et ils présentent peu de spécialisation alimentaire. Les larves d'insectes aquatiques comprennent principalement des diptères et des coléoptères et les insectes provenant de sources terrestres sont principalement des fourmis, des diptères et des coléoptères. Les autres aliments sont les arachnides, les petits gastéropodes planospiraux et les algues filamenteuses. Les comparaisons entre les saisons humides et sèches de la composition en pourcentage du contenu stomacaux sont significativement différentes pour chaque catégorie de nourriture.
Le pourcentage de larves d'insectes et d'insectes d'origine terrestre augmentent légèrement pendant la saison des pluies, tandis que les pourcentages de ces derniers diminuent et que les pourcentages de crustacés et "d'autres matières" augmentent légèrement pendant la saison sèche.

En aquarium, ce poisson accepte la plupart des aliments secs, congelés et vivants. Un apport régulier en nourriture vivante permettra cependant aux poissons de montrer de plus belles couleurs et stimulera la reproduction.
Dimorphisme
Les femelles sont généralement plus petites.
Les mâles matures affichent des couleurs beaucoup plus vives que celles ses femelles. Leur première nageoire dorsale chevauche également la seconde, alors qu'il n'y a pas de chevauchement chez les femelles.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
6 minimum (12 recommandé)
Zone
Centrale
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
              24                       28
pH
              7                       8
GH
              6                        12
Brassage
Aquarium
Volume
250 l minimum (300 l recommandé)
Longueur
120 cm minimum (150 cm recommandé)
Malgré une association depuis plus de soixante ans avec le passe-temps aquariophile, peu d'informations à leur sujet ont été publiées dans la littérature aquariophile.

*Bon nombre de ces habitats sont soumis à des changements saisonniers en termes de température et de chimie de l'eau, ce qui en fait une espèce adaptable pour les uns, mais compliquée à satisfaire pour les autres.
En effet, on peut considérer que l'espèce pourra s'adapter à des conditions de captivité "limites" ou au contraire qu'il faudra adapter son environnement artificiel aux changements saisonniers trouvés dans son milieu naturel.

L'habitat typique consiste en de petits ruisseaux clairs et lents dans une forêt à canopée fermée sur un terrain relativement plat. Ces ruisseaux ont généralement un fond de boue ou de gravier et sont jonchés de feuilles et de débris de bois. Leur environnement naturel est soumis à des variations saisonnières, la température, le pH et la dureté de l'eau variant considérablement, et ils s'adaptent aux conditions particulières de l'eau et aux changements saisonniers lorsqu'ils se produisent.

Note : À partir des collections autour du district de Port Moresby, Gerry Allen a découvert que Melanotaenia goldiei préfère les cours d'eau plus intérieurs qui coulent plus rapidement, moins troubles et légèrement plus frais tandis que M. papuae avec qui ol partage le milieu, se trouve plus souvent près de la côte dans des conditions plus calmes. Cependant, dans certains endroits comme le plateau de Sogeri, on les trouve ensemble, bien qu'à cet endroit M. goldiei soit beaucoup plus abondant. (Tappin, 2008)

Si l'agencement de l'aquarium importe assez peu, il se plaira dans un aquarium comportant de grosses racines et des zones plantées. Bon nageur, il aura besoin aussi d'une grande zone libre. L'ajout d'un tapis de feuilles peut être une bonne option, tout comme l'ajout de plantes flottantes.

Vivant en groupe dans son milieu naturel, il est fortement recommandé de le maintenir en groupe d'au moins six individus et si possible plus afin de diluer l'agressivité des mâles en période de reproduction. Il est d'ailleurs préférables d'avoir plus de femelles que de mâles dans le groupe.
Il convient très bien à un aquarium communautaire, mais reste un poisson vif qui pourrait avoir tendance à importuner des poissons plus craintifs.

Attention ! : Tous les Melanotaenia, insectivores de surface, peuvent sauter, un couvercle est donc fortement recommandé.

Disponibilité commerciale : Rare

Le Melanotaenia goldiei a été l'un des premiers poissons arc-en-ciel de Nouvelle-Guinée à être maintenu en aquarium par des aquariophiles australiens dès 1958 et peut-être même avant. Il est aujourd'hui assez rare dans le commerce et les spécimens disponibles sont majoritairement issus d'élevages.

Attention ! : Si vous voulez acheter des Poissons arcs-en-ciel, ne cherchez pas les beaux poissons colorés des photos promotionnelles !
Les spécimens adultes sont rarement disponibles dans le commerce, et ce sont les poissons juvéniles beaucoup plus ternes qui sont presque toujours proposés à la vente. Vous devrez faire preuve de patience, même avec une bonne alimentation, le développement complet des couleurs peut prendre plus d'un an.
Il s'ensuit de nombreuses erreurs d'identification et vous devrez être très vigilant quant à vos acquisitions.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Paramètres
Température
26 à 28 °C
pH
7 à 8
Même si des reproductions spontanées en aquarium communautaire peuvent aboutir, il est préférable d'utiliser un aquarium de reproduction dans lequel on introduira de la mousse de java ou des mops de frai.
Lorsque les femelles seront prêtes, elles disperseront leurs œufs autour de la mousse ou des mops. Une fois que tous les œufs ont été pondus, les parents doivent être retirés. Les œufs devraient éclore au bout d'une semaine et les alevins nageant librement doivent être nourris avec des infusoires dans un premier temps.

Note : Il y a de fortes chances que les variations saisonnières soient importantes au déclenchement du frai et à la survie des alevins.
Commentaires
Étymologie : Melanotaenia, melano- du grec ancien μέλας, μέλανος, mélas, mélanos "noir " et taenia, du latin tænia "bandelette", du grec ταινία, (tainía) "bandelette" (ici bande, rayure), et goldiei, de la rivière Goldie.
Références
GBIF, IUCN,
Fishbase,
- Allen, G.R. "Field guide to the freshwater fishes of New Guinea." Publication, no. 9. 268 p. Christensen Research Institute, Madang, Papua New Guinea. (1991)
- Allen, G.R., Hadiaty, R.K., Unmack, P.J. & Erdmann, M.V. "Rainbowfishes (Melanotaenia: Melanotaeniidae) of the Aru Islands, Indonesia with descriptions of five new species and redescription of M. patoti Weber and M. senckenbergianus Weber." in aqua, International Journal of Ichthyology, 21 (2): 66-108 (2015)
- Allen, GR & Hammer, M. "Melanotaenia goldiei". The IUCN Red List of Threatened Species 2020
- Baensch, H.A. and R. Riehl, "Aquarien atlas." Band 2. Mergus, Verlag für Natur-und Heimtierkunde GmbH, Melle, Germany. (1985)
- Breder, C.M. and D.E. Rosen, "Modes of reproduction in fishes." T.F.H. Publications, Neptune City, New Jersey. (1966)
- Fricke, R., Eschmeyer, W.N. and Van der Laan, R. (eds). Eschmeyer's Catalog of Fishes: genera, species, references. (2019)
- Kailola P.J. (1987) The fishes of Papua New Guinea. A revised and annotated checklist. Vol. 1. Myxinidae to Synbranchidae. Research Bulletin No. 41. Department of Fisheries and Marine Resources, Port Moresby, Papua New Guinea.
- Macleay, W. "Contribution to the knowledge of the fishes of New Guinea, No. 4." Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 8(2): 252-280. (1883)
- Nichols J.T. & H.C. Raven (1934) Two new fresh-water fishes (Percesoces) from New Guinea. American Museum Novitates, No. 755: 1-4.
- Nugraha, M.F.I., Kadarusman, Hubert, N., Avarre, J.C., Hadiaty, R.K., Slembrouck, J., Carman, O., Sudarto, Ogistira, R. & Pouyaud L. "Eight new species of Rainbowfishes (Melanotaeniidae) from the Birds Head Region, West Papua, Indonesia." in Cybium, 39 (2): 99-130 (2015)
- Ohee, H.L. "Freshwater fish diversity in an oil palm concession area in Mimika, Papua." in Biodiversitas 17(2): 665-672 (2016)
- Peter J.Unmack, Gerald R.Allen, Jerald B.Johnsona, "Phylogeny and biogeography of rainbowfishes (Melanotaeniidae) from Australia and New Guinea" in Molecular Phylogenetics and Evolution. Vol. 67, 1, April 2013
- Unmack P.J., G.R. Allen and J.B. Johnson "Phylogeny and biogeography of rainbowfishes (Melanotaeniidae) from Australia and New Guinea". in Molecular Phylogenetics and Evolution 67 (1): 15-27 (2013)

Pour citer cette fiche :"Melanotaenia goldiei, Macleay, 1883" B-Aqua / TE, GP (2022)