Melanotaenia caerulea
Poisson arc-en-ciel bleu
Le Poisson arc-en-ciel bleu, ne semble pas disponible dans le commerce, et encore très rarement chez les passionnés du genre. C'est un poisson mal connu dans son milieu et, par conséquent, en captivité.
On se contentera donc ici d'ébaucher des pistes de maintenance et d'élevage en attendant de pouvoir étayer nos propos par l'expérience.


Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Allen, 1996
Classe: Actinopterygii
Ordre: Atheriniformes
Famille:  Melanotaeniidae
Genre:  Melanotaenia
Synonymes
Aucun
Noms Communs
Poisson arc-en-ciel bleu
Blue rainbowfish (en)
Membres du genre Melanotaenia
Melanotaenia mairasi (Allen & Hadiaty, 2011)
Melanotaenia ogilbyi (Weber, 1910)
Melanotaenia goldiei (Macleay, 1883)
Melanotaenia caerulea (Allen, 1996)
Melanotaenia vanheurni (Weber et de Beaufort, 1922)
Melanotaenia australis (Castelnau, 1875)
Melanotaenia boesemani (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia eachamensis (Allen & Cross, 1982)
Melanotaenia exquisita (Allen, 1978)
Melanotaenia fluviatilis (Castelnau, 1878)
Melanotaenia gracilis (Allen, 1978)
Melanotaenia lacustris (Munro, 1964)
Melanotaenia maccullochi (Ogilby, 1915)
Melanotaenia nigrans (Richardson, 1843)
Melanotaenia oktediensis (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia parva (Allen, 1990)
Melanotaenia pierucciae (Allen & Renyaan, 1996)
Melanotaenia praecox (Weber & de Beaufort, 1922)
Melanotaenia pygmaea (Allen, 1978)
Melanotaenia rubrostriata (Ramsay & Ogilby, 1886)
Melanotaenia splendida (Peters, 1866)
Melanotaenia trifasciata (Rendahl, 1922)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Océanie
Papouasie-Nouvelle-Guinée
Melanotaenia caerulea est connu du système moyen et inférieur de la rivière Kikori du centre-sud de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, couvrant une distance d'environ 125 km entre des altitudes d'environ 20 et 400 m.
La rivière Kikori prend sa source dans les montagnes centrales du sud-ouest de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et coule vers le sud sur près de 250 km avant de former un delta majeur à la tête du golfe de Papouasie.

Le bassin de la rivière Kikori est l'une des régions les plus reculées de Papouasie-Nouvelle-Guinée et s'étend du nord-ouest au sud-est depuis la chaîne de montagnes centrale. Il a un bassin versant d'environ 23 309 km² et s'étend des zones humides de mangroves de la province du Golfe aux prairies alpines des pics de Doma dans la province des hautes terres du sud. Le bassin versant de la rivière Kikori est étroitement interconnecté avec le bassin versant de la rivière Purari à l'est et le bassin versant de la rivière Omati à l'ouest, dont les régions du delta d'eau douce s'interconnectent pendant les saisons sèches et humides.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Melanotaenia caerulea est présent dans les étangs des plaines inondables et les petites criques du bas Kikori, ainsi que dans les petits ruisseaux de l'habitat forestier à canopée fermée traversant les collines calcaires du moyen Kikori.
Il est apparemment absent du cours principal de la rivière Kikori. Les spécimens ont été trouvés dans de petits ruisseaux affluents traversant la forêt tropicale, sauf à un endroit où ils ont été collectés dans un petit étang alimenté par un ruisseau de marée en plein soleil. (Allen 1996, GR Allen, communication personnelle 2019 ).
Critère : B1ab(v)
Melanotaenia caerulea était commun dans les années 1990 (GR Allen comm. pers. 2019) mais il n'existe aucune information actuelle sur la taille ou l'abondance de la population. La population est cependant notoirement en déclin. Cette espèce est donc classée "Vulnérable".

Sa zone d'occurrence (EOO) est de 5 100 km2. La principale menace pour cette espèce est l'introduction récente d'espèces de poissons envahissantes pour l'aquaculture, telles que la carpe commune ( Cyprinus carpio ) et le tilapia ( Oreochromis ), menace cette espèce aux côtés de la jacinthe d'eau envahissante ( Eichhornia crassipes ) par un risque accru de maladie et de dégradation de l'habitat (Imbun et Smith 2018), ce qui entraîne un déclin continu de la taille de la population en raison de la prédation et de la concurrence.
Description
Taille
: 7 à 8 cm SL  
: 6 à 7 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
5 à 6 ans
Régime
Omnivore
Les M. caerulea ont une couleur de corps bleu irisé brillant sur les côtés et le dos, devenant blanchâtre ou rosâtre ventralement. Il y a une légère bande médiane bleu foncé sur la moitié postérieure du corps, large d'environ une rangée d'écailles. Chaque rangée d'écailles horizontales sur la partie bleue du corps est séparée par une étroite bande rose-orange. Il y a une courte bande brune sur la largeur de la pupille de l'arrière de l'œil jusqu'à la zone juste au-dessus de la nageoire pectorale, se poursuivant fréquemment sous la forme d'une paire de bandes brunes étroites sur les bords supérieur et inférieur de la bande médio-latérale, et se reliant postérieurement à l'obscurité bande médiane bleue mentionnée ci-dessus.
Les nageoires sont bleuâtres à translucides, le bord antérieur de la première nageoire dorsale et les parties externes des deuxièmes nageoires dorsale et anale parfois rougeâtres ou noirâtres chez les mâles. Nageoires pelviennes principalement grises à rougeâtres, mais parfois légèrement gris sombre à rougeâtres. Nageoires pectorales translucides. Les mâles peuvent atteindre une taille maximale de 8 cm, mais les femelles mesurent généralement moins de 6 cm.

Deux différences méristiques significatives ont été notées entre les populations en aval (Kopi) et en amont (Kantobo).
Les poissons de la zone de Kantobo ont le plus souvent six épines dans la première nageoire dorsale et onze rayons pectoraux, contre cinq épines et deux rayons pectoraux pour les poissons Kopi. L'échange génétique entre les zones ne semble pas probable en raison d'une série de grandes chutes d'eau spectaculaires et de rapides immédiatement en aval de Kantobo. (Tappin, 2015)

Melanotaenia caerulea appartient à un complexe d'espèces connu sous le nom de "groupe maccullochi" (Allen 1981), qui comprend Melanotaenia sylvatica (Kikori River, Nouvelle-Guinée), M. maccullochi (nord de l'Australie et Fly River, Nouvelle-Guinée), M. ogilbyi ( rivière Lorentz, Nouvelle-Guinée), M. papuae (aux alentours de Port Moresby, Papouasie-Nouvelle-Guinée) et M. sexlineata (Fly River, Nouvelle-Guinée). Le groupe est caractérisé par une taille maximale relativement petite, une forme similaire et un nombre relativement faible de rayons dorsaux, anaux et pectoraux (respectivement 7-11, 14-19 et 11-14), ainsi qu'un faible nombre de écailles des joues et prédorsales (respectivement 10-16 et 13-17). Bien que les membres du groupe aient des motifs de couleurs vives similaires, chacun est clairement distinct (Allen, 1995). Les couleurs font penser à Melanotaenia sylvatica, mais avec le bleu néon prononcé qui couvre une grande partie du corps. Il existe également des différences dans le nombre de rayons modaux des nageoires entre ces deux espèces. (Tappin, 2013)
 
Régime Alimentaire
Les Melanotaenia sont principalement carnivores, se nourrissant surtout de petits invertébrés prélevés au milieu ou à la surface de l'eau.
Leur régime alimentaire naturel semble similaire aux observations faites sur d'autres espèces de poissons arc-en-ciel et ils présentent peu de spécialisation alimentaire. Les larves d'insectes aquatiques comprennent principalement des diptères et des coléoptères et les insectes provenant de sources terrestres sont principalement des fourmis, des diptères et des coléoptères.
Les autres aliments sont les arachnides, les petits gastéropodes planospiraux et les algues filamenteuses.
Les comparaisons entre les saisons humides et sèches de la composition en pourcentage du contenu stomacaux sont significativement différentes pour chaque catégorie de nourriture.
Le pourcentage de larves d'insectes et d'insectes d'origine terrestre augmentent légèrement pendant la saison des pluies, tandis que les pourcentages de ces derniers diminuent et que les pourcentages de crustacés et "d'autres matières" augmentent légèrement pendant la saison sèche.

Melanotaenia caerulea est essentiellement carnivore, se nourrissant à la fois d'invertébrés aquatiques associés à son habitat de herbeux, d'arthropodes terrestres qui peuvent tomber ou se poser à la surface de l'eau
Cependant, il semble également consommer des algues.

En aquarium, il accepte toutes les nourritures du commerce : flocons, granulés, mais aussi la nourriture vivante, artémies, lombrics aquatiques, etc. et congelée à l'occasion.
Il est essentiel de lui fournir une base végétale régulière (spiruline).
L'apport régulier de nourriture vivante assurera cependant au poisson une meilleure santé, et une coloration plus intense.
Dimorphisme
Les mâles ont généralement un corps plus profond et ont une forme plus allongée et quelque peu pointue à l'arrière sur les rayons mous des nageoires dorsale et anale.
Les femelles ont des nageoires dorsale et anale plus petites et arrondies.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
6 minimum (15 recommandé)
Zone
Centrale, Supérieure
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
        21      22              26      28
pH
              7                       8,5
GH
         4       9              12       25
Brassage
Aquarium
Volume
250 l minimum (300 l recommandé)
Longueur
120 cm minimum (150 cm recommandé)
Melanotaenia caerulea est présent dans les étangs des plaines inondables et les petites criques du bas Kikori, ainsi que dans les petits ruisseaux de l'habitat forestier à canopée fermée traversant les collines calcaires du moyen Kikori. Son habitat est soumis à de fortes variations saisonnières de débit et de chimie de l'eau.

Le poisson n'étant pas encore disponible dans la commerce, on ne pourra ici qu'ébaucher des pistes de maintenance.

On veillera à lui fournir des conditions proches de celles qu'il rencontre dans la nature.
L'habitat comprenant généralement une couverture dense avec une végétation submergée ou émergente en eau peu profonde avec une faible turbidité et souvent tachée de tanin.
Prévoyez donc des zones de végétation dense, ainsi que des zones ouvertes pour la nage de pleine eau.
Le choix des plantes doit être en accord avec les conditions plutôt dure et le choix de l'éclairage en accord avec les plantes choisies.
Le sol sera composé d'une zone fertile pour la partie plantée et d'une zone de nage pourvue de cailloux par exemple.
Le décor n'est pas particulièrement important, mais on pourra ajouter des branchages à la lisière de ces deux zones.
La filtration doit pouvoir assurer une eau claire sans pour cela créer un courant excessif.
On peut cependant, pour imiter les variations saisonnières, modifier le rejet du filtre lors d'un "saison des pluie" augmentant ainsi le courant dans la zone de nage.

Poissons très actifs, les Mélanoténies passent le plus clair de leur temps à nager en pleine eau, ils auront donc besoin de beaucoup d’espace de nage et comme ils vivent en banc, on préférera un aquarium "rivière" (le plus long possible) d'assez grande taille, comparé à la petitesse du poisson.
On le maintiendra en banc d'au moins dix individus, mais de préférence plus encore. Une quinzaine d'individus, voire une vingtaine, avec plus de femelles que de mâle formera un groupe idéal. Les mâles seront alors encouragés à afficher leurs plus belles couleurs en compagnie de congénères et un groupe important diluera l'agressivité des mâles en période de reproduction.
Bien évidemment, un aquarium de taille appropriée serait nécessaire pour un très grand groupe et plus de deux cents litres ne seront pas de trop pour cette espèce remuante.

Il pourrait être accueilli avec des espèces qui bénéficient d'une chimie de l'eau et d'un biotope similaire.
Dans la nature, il coexiste couramment avec d'autres Melanotaenia mais si vous avez la chance de le maintenir, il sera plus raisonnable de le maintenir seul.

Attention ! : Tous les Melanotaenia, insectivores de surface, peuvent sauter, un couvercle est d

Disponibilité commerciale : Non disponible

Melanotaenia caerulea est un hôte potentiel en aquariophilie, mais n'est pas actuellement commercialisé.

Attention ! : Si vous voulez acheter des Poissons arcs-en-ciel, ne cherchez pas les beaux poissons colorés des photos promotionnelles !
Les spécimens adultes sont rarement disponibles dans le commerce, et ce sont les poissons juvéniles beaucoup plus ternes qui sont presque toujours proposés à la vente.
Il s'ensuit de nombreuses erreurs d'identification et vous devrez être très vigilant quant à vos acquisitions.
Vous devrez faire preuve de patience, même avec une bonne alimentation, le développement complet des couleurs peut prendre plus d'un an.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
On ne sait pas grand-chose sur le cycle biologique de Melanotaenia caerulea à l'état sauvage et aucune donnée de reproduction en captivité ne semble disponible (à vérifier). On peut supposer cependant qu'elles ne diffèrent pas de celles des autres membres du genre.

On se reportera à la fois aux conditions de maintenance supposées décrites plus haut et à l'élevage des autres espèces de mélanoténies de Nouvelle-Guinée en respectant les variations saisonnières du milieu, notament celles qu'il côtoie dans certains milieux.
Commentaires
Étymologie : Melanotaenia, melano- du grec ancien μέλας, μέλανος, mélas, mélanos "noir " et du grec ταινία, (tainía) "bandelette" (ici bande, rayure), et caerulea "bleu" se référant a la couleur caractéristique du poisson.
Références
GBIF, IUCN
Rainbow Fish (https://rainbowfish.angfaqld.org.au/caerulea.htm)
- Allen, GR "Two new species of rainbowfishes (Melanotaenia: Melanotaeniidae), from the Kikori River system, Papua New Guinea". Revue française d'Aquariologie. 23(1-2): 9-16 (1996)
- Allen, GR & Unmack, P. 2020. Melanotaenia caerulea . Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2020
- Imbun, BY and Smith, PT "Recent Developments at Lake Kutubu: impacts on the fishand the Foe". (2018)
- Tappin Adrian R. "Melanotaenia caerulea, Allen, 1996" in Rainbow Fish (2016)

Pour citer cette fiche :"Melanotaenia caerulea, Allen, 1996" B-Aqua / GP (2022)