Melanotaenia parkinsoni
Poisson Arc-en-ciel de Parkinson
Le Poisson Arc-en-ciel de Parkinson est un gros poisson vivant en banc, réclamant une zone de nage de grande longueur. On le réservera donc aux grands bacs "biotope" très plantés et une eau assez dure, basique et relativement chaude. C'est un poissons dont l'habitat est soumis à d'importantes variations saisonnières et qui devrait cependant être élevé en conséquence.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Melanotaenia parkinsoni
Taxinomie
Descripteur : Allen, 1980
Classe: Actinopterygii
Ordre: Atheriniformes
Famille:  Melanotaeniidae
Genre:  Melanotaenia
Synonymes
Aucun
Noms Communs
Poisson Arc-en-ciel de Parkinson
Parkinson's rainbowfish (en)
Membres du genre Melanotaenia
Melanotaenia mairasi (Allen & Hadiaty, 2011)
Melanotaenia ogilbyi (Weber, 1910)
Melanotaenia goldiei (Macleay, 1883)
Melanotaenia caerulea (Allen, 1996)
Melanotaenia vanheurni (Weber et de Beaufort, 1922)
Melanotaenia australis (Castelnau, 1875)
Melanotaenia boesemani (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia eachamensis (Allen & Cross, 1982)
Melanotaenia exquisita (Allen, 1978)
Melanotaenia fluviatilis (Castelnau, 1878)
Melanotaenia gracilis (Allen, 1978)
Melanotaenia lacustris (Munro, 1964)
Melanotaenia maccullochi (Ogilby, 1915)
Melanotaenia nigrans (Richardson, 1843)
Melanotaenia oktediensis (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia parva (Allen, 1990)
Melanotaenia pierucciae (Allen & Renyaan, 1996)
Melanotaenia praecox (Weber & de Beaufort, 1922)
Melanotaenia pygmaea (Allen, 1978)
Melanotaenia rubrostriata (Ramsay & Ogilby, 1886)
Melanotaenia splendida (Peters, 1866)
Melanotaenia trifasciata (Rendahl, 1922)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Océanie
Papouasie-Nouvelle-Guinée
Melanotaenia parkinsoni est présent le long de la côte sud de l'est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et n'est connue que de la rivière Kemp Welch et de la baie de Milne, mais on suppose qu'elle est présente dans les rivières intermédiaires (Allen 1980, GR Allen comm. pers. 2019).
Il semble plutôt commun près de Port Moresby.

La localité type est : Petit affluent de la rivière Kemp Welsh près de Matairuka, Province centrale, Papouasie-Nouvelle-Guinée, environ 9°53'S, 147°48'E.

Melanotaenia parkinsoni a été collecté pour la première fois en octobre 1978 par Gerry Allen et a été trouvé le long de la côte sud de l'est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, entre la rivière Kemp et la baie de Milne.
Ils n'ont été collectés que dans quelques endroits dispersés, mais selon toute probabilité, ils pourraient être répandus dans cette région.
Gerry Allen a collecté des spécimens de deux petits affluents de la rivière Kemp Welsh à une courte distance à l'intérieur des terres de la côte et à environ soixante-quinze kilomètres au sud-est de Port Moresby, et d'un petit ruisseau à environ trois kilomètres à l'ouest d'Alotau à l'extrême pointe orientale de la Papouasie-Nouvelle-Guinée continentale.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
27 à 30 °C
pH
7,6 à 7,8
Melanotaenia parkinsoni fréquente les cours d'eau relativement lents traversant les forêts secondaires et primaires et les bassins des basses terres côtières de Port Moresby à Milne Bay.

Ces cours d'eau sont entourés de forêt tropicale ou de plaines herbeuses avec une forêt tropicale inégale. L'espèce a par exemple été trouvée dans des mares troubles dans des cours d'eau très asséchés remplis d'arbres et de branches tombés.
L'espèce est donc visiblement soumise aux variations saisonnières de températures, mais aussi de la chimie de l'eau.
La plage de température et de pH enregistrée dans cet habitat était de 27 à 30 ° C et de 7,6 à 7,8.
Critère : B1b(iii)
La principale menace pour cette espèce est l'exploitation forestière (U. Kolkolo, comm. pers. 2019).

Melanotaenia parkinsoni est présent dans le sud-est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Sa zone d'occurrence restreinte (EOO) est de 13 200 km2. L'exploitation forestière se produit dans toute l'aire de répartition et on en déduit qu'elle entraîne un déclin continu de l'habitat.
Par conséquent, l'espèce est évaluée comme "Quasi menacée".
Description
Taille
: 13 à 15 cm SL  
: 10 à 12 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
8 à 10 ans
Régime
Omnivore
Melanotaenia parkinsoni a une couleur de corps globalement argentée avec une poitrine rose et des rayures orange étroites entre les rangées d'écailles.
Les nageoires des mâles adultes sont orange vif avec des bords foncés. Les mâles matures ont généralement une coloration orange tachetée sur la partie postérieure du corps, donnant une apparence générale inégale. Les femelles sont plutôt simples en comparaison. Certains mâles développent également de grandes nageoires dorsales et anales allongées avec une apparence déchiquetée.
Une autre variété de couleur existe avec des rayures ou des taches jaune vif au lieu d'orange. Parfois, les rayures ou les taches fusionnent pour former une coloration globale, qui couvre toute la moitié postérieure du corps.

D'après Adrian R. Tappin (2015), ce poisson peut atteindre une taille maximale de quinze centimètres, mais celle-ci reste généralement inférieure à douze. En revanche, il atteint une taille maximale d'environ onze centimètres chez les mâles et d'environ neuf centimètre chez les femelles selon Allen (2019).

Melanotaenia parkinsoni est le plus étroitement apparenté à M. rubrostriata du sud de la Nouvelle-Guinée. Melanotaenia parkinsoni diffère de M. rubrostriata principalement en ce qui concerne le motif de couleur et en possédant généralement une rangée d'échelle horizontale supplémentaire (généralement dix rangées contre onze chez M. rubrostriata). De plus, M. parkinsoni a généralement plus d'écailles couvrant la région des joues (moyenne 11, N = 20 ; par rapport à la moyenne 15, N = 26 pour M. rubrostriata). Les deux espèces font partie des membres les plus grands de la famille avec des adultes dépassant 10 cm de LS; La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres. La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres. cependant, les mâles adultes de M. parkinsoni ne développent pas le corps extrêmement profond caractéristique des mâles de mâle M. rubrostriata.
 
Régime Alimentaire
Dans son milieu naturel Melanotaenia parkinsoni est un omnivore opportuniste qui se nourrit essentiellement dans les eaux de surface.
Les principaux aliments sont les insectes aquatiques, les algues et les insectes terrestres.

En aquarium, il acceptera sans doute la plupart des aliments secs, congelés et vivants. Un apport régulier en nourriture vivante permettra cependant aux poissons de montrer de plus belles couleurs et stimulera la reproduction.
Ces poissons adorent, semble t-il, brouter les lentilles d'eau (Lemna minor).

Les Melanotaenia sont principalement carnivores, se nourrissant surtout de petits invertébrés prélevés au milieu ou à la surface de l'eau.
Leur régime alimentaire naturel semble similaire aux observations faites sur d'autres espèces de poissons arc-en-ciel et ils présentent peu de spécialisation alimentaire. Les larves d'insectes aquatiques comprennent principalement des diptères et des coléoptères et les insectes provenant de sources terrestres sont principalement des fourmis, des diptères et des coléoptères.
Les autres aliments sont les arachnides, les petits gastéropodes planospiraux et les algues filamenteuses.
Les comparaisons entre les saisons humides et sèches de la composition en pourcentage du contenu stomacaux sont significativement différentes pour chaque catégorie de nourriture.
Le pourcentage de larves d'insectes et d'insectes d'origine terrestre augmentent légèrement pendant la saison des pluies, tandis que les pourcentages de ces derniers diminuent et que les pourcentages de crustacés et "d'autres matières" augmentent légèrement pendant la saison sèche.
Dimorphisme
Le poisson arc-en-ciel Melanotaenia parkinsoni atteint une longueur d'environ onze à treize centimètres (jusqu'à quinze) pour les mâles; les femelles restent deux à trois  centimètres plus petites, offrant ainsi un dimorphisme sexuel évident dans un groupe d'adulte.
La couleur des femelles est aussi plus terne en comparaison de celle des mâles.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
6 minimum (15 recommandé)
Zone
Centrale, Supérieure
Ratio M/F
1 / 3
Paramètres
Température
        25      26              28      30
pH
         7      7,5            7,8      8
GH
         8       10              15       18
Brassage
Aquarium
Volume
300 l minimum (500 l recommandé)
Longueur
150 cm minimum (200 cm recommandé)
La plupart des spécimens collectés à l'origine ont été prélevés dans un petit ruisseau qui était principalement à sec, à l'exception de mares isolées. Le ruisseau était situé dans un habitat de plaines herbeuses avec une forêt tropicale inégale immédiatement adjacente au ruisseau.
Melanotaenia parkinsoni a été collecté dans ces mares d'eau trouble remplies de racines et de branches, le reste du ruisseaux étant asséché.
La plage de température et de pH enregistrée dans cet habitat était de 27 à 30 °C et de 7,6 à 7,8.
L'espèce supporte donc bien la chaleur, et demande même une eau assez chaude.

Son habitat est donc soumis à d'importantes variations saisonnières. C'est une preuve d'adaptabilité pour les uns, mais une gageure pour ceux qui tiennent à respecter l'intégralité d'un biotope.

Les collectes ont été réalisées durant la saisons sèche, mais lors de la saison des pluies, le niveau de l'eau remonte, la température chute et le courant augmente. On trouve alors dans les ruisseaux un niveau élevé en oxygène.

M. parkinsoni s'acclimatera donc à un large éventail de conditions, c'est vrai, mais préférera une eau vive un peu dure et alcaline avec une température modérée en dehors de la saison sèche.

Pour son bien-être, on veillera à lui fournir des conditions similaires à celles qu'il rencontre dans la nature.

L'aquarium devra donc être modérément planté avec un décor riche de pierres, racines et bois flotté, mais relativement peu éclairé.
Prévoyez donc une zone de branchages, ainsi que une zone ouvertes pour la nage de pleine eau.
Les plantes seront choisies en fonction du milieu forestier, peu lumineux, et des eaux vives, et assez chaude.
L'ajout d'un tapis de feuilles peut être une bonne option, tout comme l'ajout de plantes flottantes pour assurer une ombre relative.

Vivant en groupe dans son milieu naturel, il est fortement recommandé de le maintenir en groupe d'au moins six individus et si possible plus afin de diluer l'agressivité des mâles en période de reproduction. Il est d'ailleurs préférables d'avoir plus de femelles que de mâles dans le groupe.
Il conviendrait à un grand aquarium communautaire, mais les conditions très particulières de son habitat le prédestine plutôt au bac spécifique où le poisson pourra être facilement conditionné pour le frai et permettant la sauvegarde naturelle d'alevins.

Attention ! : Tous les Melanotaenia, insectivores de surface, peuvent sauter, un couvercle est donc fortement recommandé.

Disponibilité commerciale : Disponible

Des spécimens vivants ont été ramenés en Australie en 1978 par Gerald Allen et distribués dans l'aquariophilie.

Cette espèce se trouve facilement aujourd'hui dans le commerce des aquariums, mais les individus sont issus de populations élevées en captivité (P. Unmack comm. pers. 2019).

Attention ! : Si vous voulez acheter des Poissons arcs-en-ciel, ne cherchez pas les beaux poissons colorés des photos promotionnelles !
Les spécimens adultes sont rarement disponibles dans le commerce, et ce sont les poissons juvéniles beaucoup plus ternes qui sont presque toujours proposés à la vente. Vous devrez faire preuve de patience, même avec une bonne alimentation, le développement complet des couleurs peut prendre plus d'un an.
Il s'ensuit de nombreuses erreurs d'identification et vous devrez être très vigilant quant à vos acquisitions.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Courante
Paramètres
Température
26 à 28 °C
pH
7,5
GH
8 à 12 °GH
Les mélanoténies sont des diffuseurs d'oeufs ovipares. Ils déposent leurs oeufs dans les zones herbeuses (ou vadrouille de frai) , mousse de Java). Les oeufs éclosent huit à dix jours plus tard. Les alevins peuvent être nourris d'infusoires au début, puis de nauplies d'artémies et de fine poudre alimentaire destinée aux alevins.
Pour obtenir plus d'alevins, les oeufs peuvent être récoltés pour éclore dans des aquariums spécifiques de reproduction pour éviter la prédation.

Un aquarium d'élevage séparé de bonne taille doit être mis en place avec 75% d'eau de réservoir mature et 25% d'eau douce déchlorée, ainsi qu'un substrat grossier. Un petit filtre éponge à air (avec une éponge mature) doit être ajouté pour assurer une circulation et une filtration douces. La température doit être réglée à 28°C.
Un couple conditionné (changements d'eau, apport de nourriture vivante) doit ensuite être acclimaté dans l'aquarium d'élevage, qui doit être fourni avec de nombreuses plantes à feuilles fines / touffes de mousse de Java. Après un certain temps, le mâle nagera devant la femelle, affichant la bande d'accouplement sur son front. Il commencera alors à conduire la femelle sur les plantes, en utilisant toute la longueur du réservoir.
Les œufs seront dispersés sur les plantes quelques-uns à la fois. Ces poissons sont appelés "reproducteurs continus", ce qui signifie que l'activité de ponte se déroule sur plusieurs jours/semaines, voire des mois dans certains cas. Cela peut poser des problèmes à l'aquariophile dans la mesure où certains poissons adultes peuvent consommer les œufs au fur et à mesure qu'ils sont dispersés.
De nombreux éleveurs évitent le problème en siphonnant les oeufs dans un autre aquarium (contenant l'eau correspondante du réservoir de frai) ou en utilisant des vadrouilles de frai qui, après avoir accueilli un certain nombre d'œufs, peuvent être déplacées vers un réservoir séparé et remplacées par de nouvelles vadrouilles, au fur et à mesure de la dépose des oeufs.

On peut néanmoins susciter le frai dans un bac d'ensemble spécifique s'il est correctement agencé en simulant les variations saisonnières de températures et de chimie de l'eau.
Le rendement de reproduction sera beaucoup plus faible, mais évitera la multiplication des réservoirs nécessaires.
Commentaires
Étymologie : Melanotaenia, melano- du grec ancien μέλας, μέλανος, mélas, mélanos "noir " et taenia, du latin tænia "bandelette", du grec ταινία, (tainía) "bandelette" (ici bande, rayure), et parkinsoni, "de Parkinson" en l'honneur de Brian Parkinson, un compagnon régulier d'Allen lors de nombreux voyages de collection en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
... ou de Sydney Parkinson, (1745-1771) illustrateur et naturaliste écossais qui fut le premier artiste européen à s'être rendu en Australie, en Nouvelle-Zélande et à Tahiti, comme on le dit parfois ?
Peut-être un peu les deux et un clin d'oeil de la part de l'auteur ?
Références
GBIF, IUCN,
Rainbow Fish (https://rainbowfish.angfaqld.org.au/Parkinsn.htm)
- Allen, G.R. "Two new species of freshwater rainbowfishes (Melanotaeniidae) from Papua New Guinea". in Revue française d'Aquariologie Herpétologie 7(2): 43-50 (1980)
- Allen, G.R. "Field guide to the freshwater fishes of New Guinea". Christensen Research Institute, Madang, Papua New Guinea. (1991)
- Allen, G.R., Hadiaty, R.K., Unmack, P.J. & Erdmann, M.V. "Rainbowfishes (Melanotaenia: Melanotaeniidae) of the Aru Islands, Indonesia with descriptions of five new species and redescription of M. patoti Weber and M. senckenbergianus Weber." in aqua, International Journal of Ichthyology, 21 (2): 66-108 (2015)
- Allen, G.R. "Melanotaenia parkinsoni". The IUCN Red List of Threatened Species 2020
- Fricke, R., Eschmeyer, W.N. and Van der Laan, R. (eds). 2019. Eschmeyer's Catalog of Fishes: genera, species, references. Updated 07 October 2019.
- Nugraha, M.F.I., Kadarusman, Hubert, N., Avarre, J.C., Hadiaty, R.K., Slembrouck, J., Carman, O., Sudarto, Ogistira, R. & Pouyaud L. "Eight new species of Rainbowfishes (Melanotaeniidae) from the Birds Head Region, West Papua, Indonesia." in Cybium, 39 (2): 99-130 (2015)
- Tappin Adrian R. "Melanotaenia parkinsoni, Allen, 1980" in Rainbow Fish (2015)

Pour citer cette fiche :"Melanotaenia parkinsoni, Allen, 1980" B-Aqua / TE, GP (2022)