Melanotaenia fluviatilis
Poisson Arc-en-ciel fluviatile
Le Poisson arc-en-ciel de la rivière Murray est le seul "mélano." à accepter des température fraiche. Il demande un bac tempéré et sa maintenance et son élevage sont suffisamment compliqués pour être réservés aux aquariophiles expérimenté(e)s*.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Castelnau, 1878
Classe: Actinopterygii
Ordre: Atheriniformes
Famille:  Melanotaeniidae
Genre:  Melanotaenia
Synonymes
Aristeus fluviatilis Castelnau, 1878
Melanotaenia splendida subsp. fluviatilis (Castelnau, 1878)
Nematocentris fluviatilis (Castelnau, 1878)
Noms Communs
Poisson Arc-en-ciel fluviatile
Poisson arc-en-ciel de la rivière Murray
Mélanoténie de la rivière Murray
Australian rainbowfish (en)
Crimson-spotted jewelfish (en)
Murray river rainbowfish (en)
Membres du genre Melanotaenia
Melanotaenia mairasi (Allen & Hadiaty, 2011)
Melanotaenia ogilbyi (Weber, 1910)
Melanotaenia goldiei (Macleay, 1883)
Melanotaenia caerulea (Allen, 1996)
Melanotaenia vanheurni (Weber et de Beaufort, 1922)
Melanotaenia australis (Castelnau, 1875)
Melanotaenia boesemani (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia eachamensis (Allen & Cross, 1982)
Melanotaenia exquisita (Allen, 1978)
Melanotaenia fluviatilis (Castelnau, 1878)
Melanotaenia gracilis (Allen, 1978)
Melanotaenia lacustris (Munro, 1964)
Melanotaenia maccullochi (Ogilby, 1915)
Melanotaenia nigrans (Richardson, 1843)
Melanotaenia oktediensis (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia parva (Allen, 1990)
Melanotaenia pierucciae (Allen & Renyaan, 1996)
Melanotaenia praecox (Weber & de Beaufort, 1922)
Melanotaenia pygmaea (Allen, 1978)
Melanotaenia rubrostriata (Ramsay & Ogilby, 1886)
Melanotaenia splendida (Peters, 1866)
Melanotaenia trifasciata (Rendahl, 1922)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Océanie
Australie
Australie (Nouvelle-Galles du Sud, Queensland, Australie-Méridionale, Victoria)

Le Poisson arc-en-ciel de la rivière Murray se trouve dans le Darling River System et Roma dans le Queensland, au sud de la rivière Murray et de ses affluents en Nouvelle-Galles du Sud, à Victoria et en Australie-Méridionale. Cette espèce devient de plus en plus rare dans ses populations du sud à Victoria. Elle est encore considérée comme abondante dans les régions du nord de son aire de répartition dans le système de la rivière Darling et raisonnablement commune dans la rivière Murray (Allen et al. 2002). Cependant, Elle est extrêmement rare dans le bassin versant de Lachlan (D. Gilligan comm. pers. 2019).

Cependant, des spécimens prélevés dans les rivières Warrego, Paroo et Darling supérieure (et d'autres cours d'eau entre ces affluents) ont été identifiés comme Melanotaenia classicala subsp. tateibasé sur des données génétiques non publiées (Unmack, comm. pers.).
Melanotaenia fluviatilis ont été trouvés dans les sections médiane et inférieure des rivières Murray, Murrumbidgee et Macquarie, et dans plusieurs affluents de la rivière Darling. Ils sont considérés comme communs et abondants dans la rivière Broken et près de Mildura à Victoria, autour du confluent Murray-Darling et dans certaines parties de la rivière Goulburn à Victoria. Cette espèce est également présente dans les parties médiane et supérieure de la rivière Gwydir près de Bingara, de la rivière Namoi autour de la rivière Peel, de Caroll Gap-Somerton sur la rivière Dumaresq et de la rivière Bogan près de Bogan Gate. Il a également été récemment signalé en faible nombre près de Gin Gin sur la rivière Macquarie et de Gongologon sur la rivière Bogan. Il est modérément commun dans certaines zones de son aire de répartition. Cependant, les populations victoriennes et sud-australiennes semblent diminuer en nombre.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
10 à 28 °C
pH
7 à 8
Melanotaenia fluviatilis préfère généralement les rivières à débit lent, les zones humides et les billabongs dans le sud du bassin Murray-Darling, mais dans le bassin nord, l'espèce peut également être trouvée dans des tronçons plus élevés (par exemple, au-dessus de Warwick sur la Condamine; et Mingoola sur le Dumeresq). Dans le Lower Murray, l'espèce était plus abondante dans les zones humides permanentes plutôt qu'éphémères, et moins abondante dans les petites zones humides peu profondes.
Pendant les périodes d'étiage dans le cours inférieur du Murray, la présence d'espèces dans le chenal principal a été associée à des débris ligneux fins et à des macrophytes submergés (Potamogeton).
C'est une espèce qui vit en bancs de trente individus ou plus, nageant juste sous la surface de l'eau.

Ils occupent une grande variété d'habitats, présents dans presque tous les types d'habitats d'eau douce, des cours d'eau lents, des marécages, des lacs et des rivières au débit limpide. Cependant, ils préfèrent les eaux à écoulement lent ou encore claires avec une végétation aquatique dense, à des températures de l'eau comprises entre 18 et 28 °C. On les trouve généralement le long des berges herbeuses ou autour de la végétation souterraine, des rondins submergés et des branches.

Leur environnement naturel est soumis à des variations saisonnières avec des niveaux de température, de pH et de dureté de l'eau variant considérablement.
Melanotaenia fluviatilis est le poisson arc-en-ciel le plus méridional d'Australie et la seule espèce adaptée aux basses températures hivernales (normalement autour de 10 à 15°C). Cependant, il existe des preuves que les nombres sont sérieusement réduits pendant les périodes hivernales, lorsque la température de l'eau descend en dessous de 10°C. Les populations du Sud peuvent survivre quelques jours à 7°C, mais sont sensibles aux infections bactériennes et protozoaires à ces températures.

Note : Jusqu'à récemment, l'espèce était considérée comme non migratrice, mais des individus aussi petits que deux centimètres ont été enregistrés se déplaçant dans une passe à poissons sur la rivière Murrumbidgee, le plus souvent dans l'après-midi et au crépuscule. L'espèce a également été enregistrée en petit nombre entreprenant des déplacements latéraux entre le chenal principal et les terres humides pérennes au printemps dans le cours inférieur de la rivière Murray. En tant que tels, les mouvements longitudinaux et latéraux sont probablement importants pour cette espèce, mais le but précis de ces mouvements reste inconnu. (Lintermans 2007).
Cette espèce est classée "Préoccupation mineure". Elle est abondante dans la partie nord de son aire de répartition, et les populations du sud sont maintenant stables ou même en augmentation à Victoria, malgré les déclins historiques.(T. Raadik, comm. pers. 2019).

Les populations du sud ont connu des déclins, en particulier pendant les sécheresses hivernales lorsque la température de l'eau descend en dessous de dix degrés Celsius. La pollution des eaux froides est une menace potentielle pour cette espèce.
En plus de cela, cette espèce peut être menacée par la prédation de "Redfin Perch", Perca fluviatilis (prédation sur les adultes) et "Eastern Gambusia", Gambusia holbrooki(prédation sur les larves). La perte de végétation aquatique et de couverture, causée par exemple par la carpe commune (Cyprinus carpio) peut également menacer cette espèce en réduisant les sites de frai et la couverture végétale.
Description
Taille
: 8 à 10 cm SL  
: 6 à 9 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
5 à 8 ans
Régime
Carnivore
La couleur varie selon le sexe, l'âge et l'habitat. Généralement argenté avec une irisation verdâtre et blanchâtre sur le bas de la tête et le ventre. La plupart des écailles ont une marge brunâtre. Une tache rose à rougeâtre est visible sur l'opercule brachiale. Les mâles peuvent avoir des marges noirâtres sur la marge dorsale, anale et antérieure des nageoires pelviennes, surtout pendant la parade nuptiale et le frai. Avant le frai, la couleur du mâle s'intensifie et devient vert émeraude, la gorge orange et la nageoire caudale rouge. Les femelles et les immatures ont des nageoires claires.

Corps fortement comprimé latéralement, élancé mais devenant plus profond avec l'âge ; plus grande profondeur corporelle (adultes env; 50 mm LS) : mâles 30,5-37,2, femelles 28,3-29,8 ; tête de taille moyenne, longueur de la tête 25,9-29,4 ; concavités antérieures dans les profils dorsaux et ventraux ; museau largement arrondi, longueur en SL 6,5-7,8 ; œil grand, positionné dorsolatéralement, diamètre dans SL 9,2-10,8 ; bouche moyennement grande, oblique et retroussée ; mâchoire à plusieurs rangées de petites dents coniques ; dents présentes sur le vomer, les palatins et la base de la langue.
Écailles relativement grandes, minces, rangées d'écailles horizontales 10 à 13 ; lignes d'échelle verticale 33 à 36 ; écailles prédorsales 14 à 18 ; écailles préoperculaires-sous-orbitales 8 à 14.
Deux nageoires dorsales séparées par un petit espace, origine de la première plus proche du museau que de la queue ; 1ère nageoire dorsale à base courte, 2ème à base longue ; nageoire anale à longue base; nageoire caudale modérément fourchue.

Note : Melanotaenia fluviatilis a été initialement collecté dans les années 1870 dans la rivière Murrumbidgee en Nouvelle-Galles du Sud et scientifiquement décrit comme Aristeus fluviatilis par Castelnau en 1878. Jusqu'en 1986, cette espèce était considérée comme la même que Melanotaenia duboulayi (les deux étaient connues sous le nom de Melanotaenia fluviatilis ). Suite à un examen de la famille des poissons arc-en-ciel en 1980, ils ont été renommés Melanotaenia classica fluviatilis. Cependant, une étude de ses premiers stades biologiques a abouti à la séparation de Melanotaenia splendida fluviatilis en deux espèces, Melanotaenia duboulayi des systèmes de drainage côtiers de l'est du nord de la Nouvelle-Galles du Sud et du sud du Queensland, et Melanotaenia fluviatilis du système intérieur de la rivière Murray-Darling. Ils ne se distinguent pas facilement de Melanotaenia duboulayi . Les principales variations sont la profondeur du corps, le nombre de nageoires et le motif de couleur. De plus, il existe de nettes différences dans les caractéristiques des œufs et le développement larvaire. Les populations du sud ont souvent une tête plus large et un museau plus émoussé que les poissons de la partie nord de l'aire de répartition.
 
Régime Alimentaire
Melanotaenia fluviatilis est essentiellement carnivore, se nourrissant à la fois d'invertébrés aquatiques associés à son habitat de herbeux, d'arthropodes terrestres qui peuvent tomber ou se poser à la surface de l'eau
Cependant, il est également connu pour consommer des algues et des pollens de plantes tombés. (Lintermans 2007).

En aquarium, il accepte toutes les nourritures du commerce : flocons, granulés, mais aussi la nourriture vivante, artémies, lombrics aquatiques, etc. et congelée à l'occasion.
Il est essentiel de lui fournir une base végétale régulière (spiruline).
L'apport régulier de nourriture vivante assurera cependant au poisson une meilleure santé, et une coloration plus intense.

Les Melanotaenia sont principalement carnivores, se nourrissant surtout de petits invertébrés prélevés au milieu ou à la surface de l'eau.
Leur régime alimentaire naturel semble similaire aux observations faites sur d'autres espèces de poissons arc-en-ciel et ils présentent peu de spécialisation alimentaire. Les larves d'insectes aquatiques comprennent principalement des diptères et des coléoptères et les insectes provenant de sources terrestres sont principalement des fourmis, des diptères et des coléoptères.
Les autres aliments sont les arachnides, les petits gastéropodes planospiraux et les algues filamenteuses.
Les comparaisons entre les saisons humides et sèches de la composition en pourcentage du contenu stomacaux sont significativement différentes pour chaque catégorie de nourriture.
Le pourcentage de larves d'insectes et d'insectes d'origine terrestre augmentent légèrement pendant la saison des pluies, tandis que les pourcentages de ces derniers diminuent et que les pourcentages de crustacés et "d'autres matières" augmentent légèrement pendant la saison sèche.
Dimorphisme
Un fort dimorphisme sexuel est présent chez l'espèce, les mâles étant généralement plus grands et plus brillants.

Les mâles sont généralement beaucoup plus gros et plus profonds que les femelles. Les mâles matures peuvent généralement être identifiés à partir de l'allongement des rayons postérieurs des deuxièmes nageoires dorsale et anale et sont plus colorés. Les femelles ont des nageoires dorsale et anale plus petites et arrondies.
Les mâles peuvent avoir des marges noirâtres sur la marge dorsale, anale et antérieure des nageoires pelviennes, surtout pendant la parade nuptiale et le frai. Avant le frai, la couleur du mâle s'intensifie et devient vert émeraude, la gorge orange et la nageoire caudale rouge.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
8 minimum (15 recommandé)
Zone
Centrale, Supérieure
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
        15      18              25      28
pH
         6,5      7            7,5      8
GH
         5       8              15       20
Brassage
Aquarium
Volume
250 l minimum (300 l recommandé)
Longueur
120 cm minimum (150 cm recommandé)
Les populations méridionales de cette espèce sont les poissons arc-en-ciel les plus au sud et sont adaptées aux basses températures hivernales.
Il habite les parties lentes des rivières et des eaux calmes telles que les étangs, les fossés et les lacs. Ses habitats sont généralement caractérisés par une eau claire, épaisse de végétation aquatique .
*Bon nombre de ces habitats sont soumis à des changements saisonniers en termes de température et de chimie de l'eau, ce qui en fait une espèce adaptable pour les uns, mais compliquée à satisfaire pour les autres.
En effet, on peut considérer que l'espèce pourra s'adapter à des conditions de captivité "limites" ou au contraire qu'il faudra adapter son environnement artificiel aux changements saisonniers trouvés dans son milieu naturel.

Rappel sommaire des conditions à respecter.
Melanotaenia fluviatilis préfère généralement les rivières à débit lent et sont adaptées aux basses températures hivernales.
Pendant les périodes d'étiage on note sa présence d'espèces dans le chenal principal a été associée à des débris ligneux fins et à des macrophytes submergés (Potamogeton).
C'est une espèce en bancs - des bancs de trente ou plus sont généralement vus nager juste sous la surface de l'eau. Des individus ont été enregistrés se déplaçant entre le chenal principal et les terres humides pérennes au printemps. Ces "migrations" sont probablement importantes pour cette espèce (Lintermans 2007).

Il est prouvé que la longévité des espèces soumises aux changements saisonniers est fortement réduite si on ne respecte pas leur biologie, évidemment liée à leur environnement. Ainsi on privilégiera donc ici une maintenance reproduisant au mieux le biotope de l'espèce.

On le maintiendra en banc important, dans un bac rivière au débit modéré avec une végétation riveraine abondante. On agrémentera le décor de bois et de branches.

Pour les variations saisonnières on se reportera au chapitre biotope.

Attention ! : Tous les Melanotaenia, insectivores de surface, peuvent sauter, un couvercle est donc fortement recommandé.

Disponibilité commerciale : Rare

Cette espèce n'est qu'une partie mineure des mélanoténies disponibles du commerce des aquariums. Les poissons présents sont élevés en captivité.

Attention ! : Si vous voulez acheter des Poissons arcs-en-ciel, ne cherchez pas les beaux poissons colorés des photos promotionnelles !
Les spécimens adultes sont rarement disponibles dans le commerce, et ce sont les poissons juvéniles beaucoup plus ternes qui sont presque toujours proposés à la vente. Vous devrez faire preuve de patience, même avec une bonne alimentation, le développement complet des couleurs peut prendre plus d'un an.
Il s'ensuit de nombreuses erreurs d'identification et vous devrez être très vigilant quant à vos acquisitions.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Courante
Paramètres
Température
24 à 29 °C
pH
7,5 à 8
GH
10 à 12 °GH
On sait peu de choses sur la biologie de Melanotaenia fluviatilis dans son habitat naturel. La plupart des informations sont principalement basées sur des observations en aquarium.

La reproduction est saisonnière, généralement printemps-été lorsque la température de l'eau dépasse 20°C, et les mâles effectuent une parade nuptiale élaborée. En captivité, le frai aura lieu tout au long de l'année si la température est maintenue au-dessus de 20°C. On veillera donc à ne pas épuiser les poissons en respectant les variations saisonnières.

L'élevage, dans un bac d'au moins un mètre de long , doit se réaliser en eau un peu dure, alcaline avec un pH d'environ 7,5 et une température de 23–25 °C. Un petit filtre exhausteur alimenté par une pompe à aire fournira une oxygénation suffisamment intense et une bonne circulation d'eau. L'aquarium doit être rempli avec de belles plantes à feuilles tels que la mousse de Java, ou du nylon en mop.

La fécondité est faible (moyenne de 130 œufs, plage de 35 à 333) avec des femelles pondant cinq à vingt œufs par lot, en trois à quatre lots par jour pendant plusieurs jours. Ils sont immédiatement fécondés par le mâle.
Le frai a lieu tôt le matin ou le soir juste avant la tombée de la nuit.

Les œufs sont sphériques et incolores. Ils coulent et adhèrent aux plantes à feuillage fin ou parmi les racines de la végétation flottante par plusieurs filaments longs et minces prenant naissance en un point sur la membrane de l'œuf.
Les œufs sont ronds, de 1,3 à 1,8 mm de diamètre (0,98 à 1,08 mm selon certains auteurs) et éclosent après environ une semaine.
Ils éclosent en cinq à neuf jours après la fécondation à des températures de l'eau comprises entre 24 et 29 °C.
Le taux de développement des œufs dépend de la température, le temps d'éclosion diminuant avec l'augmentation de la température : 9 à 14 jours à 20°C ; 7 jours à 24-25°C ; 6 jours à 26-27°C ; 4-5 jours au dessus de 28°C. À une température d'incubation inférieure à 20 °C, de nombreux œufs fertiles n'écloront pas.

A l'éclosion, les larves mesurent de 2 à 4,2 mm de long ont un sac vitellin réduit mais toujours présent.
Les larves s'accrochent aux plantes pendant environ deux jours avant de nager librement. La vessie natatoire se gonfle dans les dix heures suivant l'éclosion. Le sac vitellin est lui, entièrement absorbé dans les trois à cinq jours suivant l'éclosion.
Les larves nouvellement écloses restent dans la couche d'eau supérieure à moins de un centimètre de la surface. Elles commencent à se nourrir dès le deuxième jour.

Au cours des douze jours suivants, il y a peu de changements dans la morphologie larvaire. La vessie natatoire s'allonge progressivement pour devenir cylindrique. Un mois après l'éclosion, la longueur de la larve est d'environ un centimètre et demi et à deux mois de deux à deux centimètres et demi.
En fait, la rapidité de la croissance varie considérablement en fonction des températures, de l'alimentation et de densité de population.
Les juvéniles grandissent rapidement et atteignent leur maturité dans l'année qui suit l'éclosion. La maturité sexuelle survient à environ quatre à cinq centimètres pour les deux sexes, soit à l'âge de dix à douze mois (Lintermans 2007).




.
Commentaires
Étymologie : Melanotaenia, melano- du grec ancien μέλας, μέλανος, mélas, mélanos "noir " et taenia, du latin tænia "bandelette", du grec ταινία, (tainía) "bandelette" (ici bande, rayure), et fluviatilis "fluviatile".
Références
GBIF, IUCN,
Fishbase, Seriously Fish
Rainbowfish (https://rainbowfish.angfaqld.org.au)
- Allen G.R. "A Generic Classification of the Rainbowfishes (Family Melanotaeniidae)."in Records of the Western Australian Museum 8 (3): 449-490 (1980)
- Allen, G.R., Midgley, S.H. and Allen, M. "Field guide to the Freshwater Fishes of Australia." Western Australian Museum, Perth. (2002)
- Backhouse, G.N.& D.J. Frusher. "The crimson-spotted rainbowfish, Melanotaenia fluviatilis (Castelnau 1878)". in Vict. Nat. 97: 144-148 (1980)
- Bice, C., Gilligan, D., Tonkin, Z. & Unmack, P. 2019. Melanotaenia fluviatilis. The IUCN Red List of Threatened Species 2019
- Cadwallader, P.L. & Backhouse, G.N."A Guide to the Freshwater Fish of Victoria". Melbourne : F.D. Atkinson Government Printer (1983)
- Castelnau, F.L. de "On some new Australian (chiefly) freshwater fishes". in Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 1 3(2): 140-144 (1878)
- Crowley L.E.L.M., W. Ivantsoff and G.R. Allen "Taxonomic position of two crimson-spotted rainbowfish, Melanotaenia duboulayi and Melanotaenia fluviatilis (Pisces: Melanotaeniidae), from eastern Australia, with special reference to their early life-history stages". in Australian Journal of Marine and Freshwater Research 37(3): 385-98 (1986)
- Eschmeyer, W.N., Fricke, R., and Ven der Laan, R. (eds.). "Catalog of Fishes: genera, species, references". Updated 01 November 2017.
- Gomon Martin F. Dianne J. Brray, "Melanotaenia fluviatilis" in Fishes of Australia, consulté le 1er septembre 2022, https://fishesofaustralia.net.au/home/species/2107
- Grant, E.M. "Guide to Fishes". Brisbane : Queensland Government, Co-ordinator General’s Department (1975)
- Grant, E.M. "Guide to Fishes". Redcliffe : EM Grant Pty Ltd (2002)
- Growns, I. "A numerical classification of reproductive guilds of the freshwater fishes of south-eastern Australia and their application to river management". in Fisheries Management and Ecology 11(6): 369-377 (2004)
- Humphries, P., A.J. King & J.D. Koehn. "Fish, flows and flood plains: links between freshwater fishes and their Environment in the Murray-Darling River System, Australia". in Environmental Biology of Fishes 56(1-2): 129-151 (1999)
- Ivantsoff W., L.E.L.M. Crowley, E. Howe and G. Semple "Biology and early development of eight fish species from the Alligator rivers region". in Supervising Scientist for the Alligator Rivers Region. Technical Memorandum No.22 (1988)
- King, A.J. "Ontogenetic patterns of habitat use by fishes within the main channel of an Australian floodplain river." in Journal of Fish Biology 65(6): 1582–1603 (2004)
- Koehn, J.D. & O'Connor, W.G. "Biological information for management of native freshwater fish in Victoria." Department of Conservation and Environment, Victoria (1990)
- Lintermans, M. "Fishes of the Murray-Darling Basin: An introductory guide." Murray-Darling Basin Authority, Canberra, ACT. (2007)
- Lloyd, L.N. & K.F. Walker. "Distribution and conservation status of small freshwater fishes in the River Murray, South Australia." in Transactions of the Royal Society of South Australia 110: 40-57 (1986.)
- McDowall, R.M."Freshwater Fishes of South-eastern Australia". Sydney : Reed Books 2nd Edn (1996).
- McGuigan, K.L., D. Zhu, G.R. Allen & C. Moritz. "Phylogenetic relationships and historical biogeography of melanotaeniid fishes in Australia and New Guinea". in Marine and Freshwater Research 51: 713-723 (2000)
- Milton, D.A. & A.H. Arthington. "Reproductive strategy and growth of the crimson-spotted rainbowfish, Melanotaenia splendida fluviatilis (Castelnau) (Pisces : Melanotaeniidae) in south-eastern Queensland." in Australian Journal of Marine and Freshwater Research 35(1): 75-83 ( 1984)
- Reid, H.P. & D.A. Holdway. "Early development of the Australian crimson-spotted rainbowfish, Melanotaenia fluviatilis (Pisces: Melanotaeniidae)". in Marine and Freshwater Research 46(2): 475 - 480 (1995)
- Smith, B.B., Conallin, A. & Vilizzi, L. "Regional Patterns in the Distribution, Diversity and Relative Abundance of Wetland Fishes of the River Murray, South Australia." in Transactions of the Royal Society of South Australia 133(2): 339-360 (2009)
- Wedderburn, S. & Hammer, M. "The Lower Lakes fish inventory: distribution and conservation of freshwater fishes of the Ramsar Convention wetland at the terminus of the Murray-Darling Basin, South Australia." in Native fish Australia (SA) Inc., Adelaide. (2003)

Pour citer cette fiche :"Melanotaenia fluviatilis, Castelnau, 1878" B-Aqua / TE, GP (2022)