Melanotaenia nigrans
Poisson arc-en-ciel à bandes noires
Le Poisson arc-en-ciel à bandes noires a été la première espèce décrite dans le genre Melanotaenia. C'est un poisson réputé facile à maintenir grace à ses grandes facultés d'adaptation supposées. Il préférera cependant un eau douce et acide et une température modérée.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Richardson, 1843
Classe: Actinopterygii
Ordre: Atheriniformes
Famille:  Melanotaeniidae
Genre:  Melanotaenia
Synonymes
Atherina nigrans Richardson, 1843
Melanotaenia nigra (Richardson, 1843)
Noms Communs
Poisson arc-en-ciel à bandes noires
Yalgurnda (gunwinyguan ?)
Blackbanded rainbowfish (en)
Black striped rainbowfish (en)
Australian redtailed rainbowfish (en)
Dark Australian Rainbowfish (en)
Membres du genre Melanotaenia
Melanotaenia mairasi (Allen & Hadiaty, 2011)
Melanotaenia ogilbyi (Weber, 1910)
Melanotaenia goldiei (Macleay, 1883)
Melanotaenia caerulea (Allen, 1996)
Melanotaenia vanheurni (Weber et de Beaufort, 1922)
Melanotaenia australis (Castelnau, 1875)
Melanotaenia boesemani (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia eachamensis (Allen & Cross, 1982)
Melanotaenia exquisita (Allen, 1978)
Melanotaenia fluviatilis (Castelnau, 1878)
Melanotaenia gracilis (Allen, 1978)
Melanotaenia lacustris (Munro, 1964)
Melanotaenia maccullochi (Ogilby, 1915)
Melanotaenia nigrans (Richardson, 1843)
Melanotaenia oktediensis (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia parva (Allen, 1990)
Melanotaenia pierucciae (Allen & Renyaan, 1996)
Melanotaenia praecox (Weber & de Beaufort, 1922)
Melanotaenia pygmaea (Allen, 1978)
Melanotaenia rubrostriata (Ramsay & Ogilby, 1886)
Melanotaenia splendida (Peters, 1866)
Melanotaenia trifasciata (Rendahl, 1922)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Océanie
Australie
Endémique du nord de l'Australie et connue de trois populations isolées
Melanotaenia nigrans est connu dans les environs de Napier Broome Bay dans l'est de Kimberly (Australie occidentale), la partie la plus septentrionale du Territoire du Nord, y compris Groote Eylandt et la pointe nord de la péninsule du Cap York (Queensland), y compris l'île du Prince de Galles, (détroit de Torres) en Australie.
Cette espèce se trouve généralement à moins de 40 km de l'océan, mais a été trouvée jusqu'à 130 km à l'intérieur des terres.

La distribution discontinue des espèces de poissons semble être une caractéristique d'une grande partie de la faune piscicole du nord de l'Australie. Une espèce trouvée dans un système fluvial peut ne pas nécessairement exister dans un système adjacent. La plupart des spécimens ont été collectés dans le cours inférieur des cours d'eau à environ 50 km de la côte; cependant, ils ont été collectés dans la partie supérieure de la rivière South Alligator à environ 130 km en amont.
En Australie occidentale,Melanotaenia nigrans n'a jusqu'à présent été collecté que dans les ruisseaux Dominic et Pago ; cependant, ils se produisent probablement ailleurs. Les ruisseaux Dominic et Pago sont de petits cours d'eau isolés entre les rivières Drysdale et King Edward. Pago Creek dans le prochain ruisseau au nord de Dominic Creek, mais ce n'est probablement pas le nom correct et il s'agit très probablement d'un ruisseau sans nom. Il s'appelait simplement Pago Creek car il se trouve près du site de Pago Mission (Drysdale River Mission) qui a été abandonné en 1939.
Note : Contrairement aux autres variétés de M. nigrans, les spécimens d'Australie occidentale ont une rangée de points rouge-orange sous la bande noire et peuvent encore s'avérer génétiquement différents. (Tappin, 2013)
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
19 à 35 °C
pH
5 à 8,1
Conductivité
4 à 180 µS/cm
Melanotaenia nigrans fréquente une grande variété d'habitats d'eau douce, y compris les ruisseaux de la forêt tropicale, les lagunes et les petites criques marécageuses. Il peut également être trouvé dans les grands ruisseaux et rivières dans les zones à faible débit telles que les marigots ou le long du rivage.

Melanotaenia nigrans a été trouvé dans une variété d'environnements d'eau douce, mais semble préférer les ruisseaux d'eau claire à débit lent, les billabongs et les marécages avec une végétation aquatique abondante.
Une plage de température de 19 à 35°C a été enregistrée dans leur environnement naturel, le pH entre 5,0 à 8,1, les niveaux de dureté et d'alcalinité sont généralement inférieurs à 50 mg/L de CaCO3 et la conductivité de 4 à 180 µS/cm.
M. nigrans se trouve le plus souvent dans les eaux claires avec des substrats sableux, suivis des roches, des feuilles et de la boue. On les trouve généralement autour de la végétation souterraine, des bûches submergées ou des branches. On le trouve souvent dans les cours d'eau avec M. trifasciata, M. australis et/ou M. splendidainornata
Cette espèce est présente dans des populations disjointes, mais est généralement considérée comme localement commune.
Elle est donc classée "Préoccupation mineure" car elle est répandue, commune et qu'il n'y a pas de menaces majeures.
Description
Taille
: 7 à 12 cm SL  
: 6 à 10 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
6 à 8 ans
Régime
Omnivore
Melanotaenia nigrans peut être reconnu par un corps plutôt élancé que la plupart des autres poissons arc-en-ciel.
C'est un poisson arc-en-ciel mince bleu-lavande avec une bande médiane foncée distinctive, une étroite bande rouge sur le ventre jusqu'à la partie avant de la queue, une tache rougeâtre brillante sur la couverture branchiale et des nageoires pectorales orange pâle.
Sa taille est assez variable et si la plupart des poissons restent à une taille modeste de six à sept centimètres, certains spécimens atteignent une dizaine de  centimètres après quelques années, douze d'après A.R. Tappin. Il pourrait s'agir ici de variations géographiques à préciser.

La coloration comprend une bande mi-latérale très sombre allant du museau au pédoncule caudal, d'environ deux écailles de largeur. Au-dessus de la bande mi-latérale, le corps est argenté avec une irisation lavande. Au-dessous de la bande mi-latérale, il y a une fine bande rouge. Le long du ventre, il y a une étroite bande rouge de l'isthme à un tiers le long de la nageoire caudale. La nuque est orange pâle lumineux et une tache operculaire rouge vif est apparente. Les nageoires pectorales sont d'un orange pâle lumineux. La couleur du corps des femelles est similaire à celle des mâles mais pas aussi intense.
Cependant, des variations de couleur peuvent être trouvées dans les différentes populations géographiquement localisées. Les spécimens de la région de Kimberley ont plusieurs lignes de points sous la ligne latérale et du rouge dans les nageoires. La coloration bleue du corps et des nageoires se retrouve également dans certaines populations. (Tappin, 2013)
 
Régime Alimentaire
Dans son milieu naturel Melanotaenia nigrans est un omnivore opportuniste qui se nourrit essentiellement dans les eaux de surface.
Les principaux aliments sont les insectes aquatiques, les algues et les insectes terrestres.
Le régime alimentaire varie en fonction de l'habitat qu'ils occupent. Dans les plans d'eau du chenal principal, ils se nourrissent principalement d'insectes aquatiques, avec de petites quantités d'insectes terrestres, de matériel végétal et d'algues. Dans les cours d'eau pérennes, les algues et le matériel végétal terrestre sont moins importants, tandis que les insectes aquatiques et, dans une moindre mesure, les oligochètes et les microcrustacés, sont consommés. Le régime alimentaire dans les lits de ruisseaux sablonneux des basses terres comportait des composants d'algues et d'insectes terrestres beaucoup plus importants. Les spécimens examinés dans les plaines inondables se nourrissent principalement d'arachnides aquatiques et d'insectes aquatiques, et d'une petite quantité d'algues.

En captivité, les poissons arc-en-ciel accepteront la plupart des aliments préparés fournis. Il est préférable de leur proposer au moins un tiers à la moitié de matière végétale et une nourriture vivante variée.
Dimorphisme
Pendant la période de reproduction, les mâles peuvent avoir une nageoire caudale jaune vif, orange à mauve et le dessus de la tête et la tache sur l'opercule s'intensifie. Les mâles matures ont généralement une deuxième nageoire dorsale rougeâtre et des marges noires sur la nageoire anale.

- Chez les mâles, les épines de la première dorsale sont généralement étendues et peuvent se situer bien au-delà de l'origine de la deuxième dorsale lorsqu'elles ne sont pas dressées. Les rayons postérieurs des deuxièmes nageoires dorsale et anale s'étendent vers la caudale et peuvent s'étendre au-delà de l'origine de la nageoire caudale.
Avec l'âge et la longueur, les mâles peuvent développer un corps très profond avec une bosse nucale distincte et une poitrine angulée qui augmente la profondeur corporelle proportionnelle chez certaines espèces de poissons arc-en-ciel. Cependant, cette caractéristique n'est pas très marquée chez M. nigrans.
- Chez les femelles, les premières épines dorsales sont courtes, n'atteignant pas l'origine de la seconde dorsale. Les rayons postérieurs de la nageoire anale et de la deuxième nageoire dorsale ne sont pas étendus. Les épines et les rayons externes des nageoires ventrales de certains mâles sont également étendus et peuvent dépasser l'évent et l'origine de la nageoire anale.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
8 minimum (15 recommandé)
Zone
Centrale, Supérieure
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
        18      22              26      30
pH
         5      5,5            6,5      8
GH
         1       4              8       12
Brassage
Aquarium
Volume
200 l minimum (300 l recommandé)
Longueur
120 cm minimum (150 cm recommandé)
Melanotaenia nigrans a été trouvé dans une grande variété d'environnements d'eau douce, mais semble préférer les ruisseaux d'eau claire à débit lent, les billabongs et les marécages avec une végétation aquatique abondante. Une plage de température de 19 à 35 °C a été enregistrée dans leur environnement naturel, un pH 5,0 à 8,1 et conductivité 4 à 180 µS/cm.
Attention ! : Les températures moyennes souvent citées dans la littérature sont de 26 °C et le pH moyen 6,9. Il s'agit là de moyennes et il faut rappeler que la plupart des collectes se font en saison sèche lorsque les conditions sont différentes de la saison des pluies.
M. nigrans se trouve le plus souvent sur des substrats sableux et boueux, parsemés de roches et jonché de feuilles. On les trouve généralement autour de la végétation souterraine, des troncs submergés ou des branches.

L'habitat de Melanotaenia nigrans est très variable, mais la plupart de ces biotopes sont soumis à des changements saisonniers de température, de niveau d'eau et de sédiments dissous, avec une température de l'eau (19-35°C), un pH (5-8,1) et des niveaux de dureté variant considérablement géographiquement et entre les saisons sèches et humides.

Attention ! : C'est un poisson réputé facile à maintenir grace à ses grandes facultés d'adaptation supposées, mais l'aire de distribution discontinue et les variétés locales pourrait faire penser à des formes distinctes. Il est peut-être important de connaitre l'origine précise de la variété accueillie.

Comme souvent, on tâchera de reproduire au mieux l'habitat naturel en lui proposant un aquarium planté avec des zones de végétation dense, ainsi que des zones ouvertes pour la nage. Le mouvement de l'eau peut être lent à modéré dans cette partie libre grace au rejet du filtre, par exemple.
C’est un poisson particulièrement actif, qui passe son temps à nager en pleine eau. Il a donc besoin de beaucoup d’espace.
Comme ce poisson se comporte bien mieux lorsqu'il est maintenu en banc d'au moins six individus, mais de préférence plus encore. Une douzaine d'individus, voire une quinzaine, avec plus de femelles que de mâle formera un groupe idéal. Les mâles seront alors encouragés à afficher leurs plus belles couleurs en compagnie de congénères.
Bien évidemment, un aquarium de taille appropriée serait nécessaire pour un très grand groupe et trois cents litres ne seront pas de trop pour cette espèce remuante.

Melanotaenia nigrans évoluant principalement dans la zone supérieure et la zone intermédiaire, la composition du sol ne sera pas d'une grande importance. On veillera juste qu'il soit adapté à la plantation choisie. De la même façon, on choisira des plantes appréciant l'eau acide et douce.
Le sol sera composé d'une zone fertile pour la partie plantée et d'une zone de nage pourvue de cailloux par exemple. Une litière de feuilles favorisant l'acidité du milieu sera un ajout appréciable.
Le décor n'est pas particulièrement important, mais on pourra ajouter des branchages à la lisière de ces deux zones.

La filtration doit pouvoir assurer une eau claire sans pour cela créer un courant excessif.
On peut cependant, pour imiter les variations saisonnières, modifier le rejet du filtre lors d'un "saison des pluie" augmentant ainsi le courant dans la zone de nage.
En effet, idéalement, on reproduira les variations saisonnières de son habitat et simulant une saison sèche et une saison des pluies. En plus de favoriser le frai, ces changements sont nécessaires à la santé des poissons et prolongent leur espérance de vie en intercalant une période de repos entre les périodes d'activités reproductives.

S'ils sont correctement maintenus, avec des variations saisonnières de températures notamment, les Melanotaenia nigrans peuvent atteindre un âge de huit ans, peut-être plus.

Comme tous les Melanotaenia spp., M. nigrans est très pacifique. Il ne s’attaque absolument pas aux autres poissons, même les plus petits et peut donc être maintenu en aquarium communautaire, sous réserve de paramètres concordants.
On le trouve souvent dans les cours d'eau avec M. trifasciata , M. australis et/ou M. splendidea inornata et il pourrait être intéressante de constituer un grand bac biotope (450 l ou plus) accueillant plusieurs espèces.

Un bac spécifique de grande taille reste malgré tout une option permettant une meilleure gestion des variations saisonnières et du frai.
Poisson très actif, il passe le plus clair de son temps à nager en pleine eau, il aura donc besoin de beaucoup d’espace de nage et comme ce poisson vit en banc, on préférera un aquarium "rivière" (le plus long possible) d'assez grande taille.
On le maintiendra en banc d'au moins huit individus, mais de préférence plus encore. Une quinzaine d'individus, voire une vingtaine, avec plus de femelles que de mâle formera un groupe idéal. Les mâles seront alors encouragés à afficher leurs plus belles couleurs en compagnie de congénères et un groupe important diluera l'agressivité des mâles en période de reproduction.
Bien évidemment, un aquarium de taille appropriée serait nécessaire pour un très grand groupe et plus de deux cents litres ne seront pas de trop pour cette espèce remuante.

Attention ! : Tous les Melanotaenia, insectivores de surface, peuvent sauter, un couvercle est donc fortement recommandé.

Disponibilité commerciale : Disponible

Cette espèce est un poisson d'aquarium populaire parfois vendue sous le nom de Dark Australian Rainbowfish.

La forme la plus commune de ce poisson arc-en-ciel à bandes noires a été collectée à George Creek à environ 100 km au sud de Darwin, cette forme a été sélectionnée pour le commerce car c'est l'une des plus belles formes autour de Darwin.

Attention ! : Depuis le tout début de son introduction au loisir aquariophile, jusque vers le milieu des années 1960, Melanotaenia duboulayi a été identifiée par erreur dans les publications australiennes et internationales de loisir comme Melanotaenia nigrans. Le vrai M. nigrans n'est entré dans le passe-temps international qu'autour de 1976, lorsque des spécimens ont été envoyés en Europe.
Même aujourd'hui, il est encore mal identifié sur certains sites Web. Certains sites renvoient également à tort le nom M. nigrans à M. australis. (Adrian R. Tappin, 2013)

Note : Si vous voulez acheter des Poissons arcs-en-ciel, ne cherchez pas les beaux poissons colorés des photos promotionnelles !
Les spécimens adultes sont rarement disponibles dans le commerce, et ce sont les poissons juvéniles beaucoup plus ternes qui sont presque toujours proposés à la vente. Vous devrez faire preuve de patience, même avec une bonne alimentation, le développement complet des couleurs peut prendre plus d'un an.
Il s'ensuit de nombreuses erreurs d'identification et vous devrez être très vigilant quant à vos acquisitions.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Courante
Paramètres
Température
22 à 24 °C
pH
6 à 7
GH
4 à 8 °GH
Le frai de Melanotaenia nigrans est potentiellement continu avec quelques œufs pondus à la fois et se reproduisant de manière opportuniste lorsque les conditions sont favorables.
Des poissons juvéniles de petite taille (moins de 20 mm) ont été capturés en toutes saisons, il est donc difficile de définir leur saison de reproduction. Cependant, un pic d'activité reproductive a été enregistré au début de la saison des pluies (décembre-mars).

Melanotaenia nigrans semble se reproduire dans de petits cours d'eau qui contiennent de profondes mares ombragées avec des racines et de la végétation submergée sur les bords.

Si les alevins peuvent survivre en bac d'ensemble, l'augmentation du rendement de reproduction passera par un ou deux bacs dédiés au frai et/ou à l'élevage des jeunes.
Un aquarium d'élevage séparé de bonne taille doit être mis en place avec un substrat de gravier. Un petit filtre éponge à air (avec une éponge mature) doit être ajouté pour assurer une circulation et une filtration douces.
Un groupe conditionné par l'apport de nourriture vivante et par un ou deux petits changements d'eau simulant la saison des pluies sera constitué de trois femelles et deux mâles sélectionnés. On les placera dans le bac de frai qui doit contenir beaucoup de plantes à feuilles fines / touffes de mousse de Java (ou vadrouilles).
Au bout d'un moment, un mâle nagera face à une femelle, exhibant ses couleurs. Il commencera alors à conduire la femelle vers les plantes, en utilisant toute la longueur du réservoir.

Les œufs pondus sont adhésifs, flottent négativement en eau douce et mesurent en moyenne 1,00 à 1,08 mm de diamètre, sont généralement de couleur claire à ambre clair et pendent par un fil fin. Habituellement, un à trois œufs sont déposés à la fois, période pendant laquelle cinquante à soixante-dix œufs peuvent être produits (environ vingt à trente par jour).
Note : Dans une étude des ovaires de M. nigrans, le nombre d'œufs variait de deux cent vingt à cinq cents (moyenne = 344). Ces poissons n'étaient pas matures, de sorte que les chiffres indiquent uniquement le développement d'œufs dans l'ovaire, et non le nombre d'œufs susceptibles d'être excrétés pendant le frai.

L'activité de ponte se déroule sur plusieurs jours/semaines et certains adultes peuvent consommer les œufs au fur et à mesure qu'ils sont dispersés, bien que cela puisse ne pas être un problème si les adultes sont bien nourris.
La survie des œufs est cependant réduite par l'activité de prédation des parents et de nombreux œufs seront consommés avant et après leur fixation sur les plantes ou d'autres objets.
Pour éviter cette prédation, de nombreux éleveurs prélèvent les oeufs en les siphonnant dans un autre aquarium (deuxième bac contenant l'eau correspondante du réservoir de frai) ou en utilisant des vadrouilles de frai qui, après avoir accueilli un certain nombre d'œufs, peuvent être déplacées vers un réservoir séparé et remplacé par de nouvelles vadrouilles.

Les larves éclosent après environ 6-7 jours et sont bien développées avec un sac vitellin réduit et une bouche et des nageoires pectorales complètement formées. L'alimentation commence dans les vingt-quatre heures suivant l'éclosion.
Les alevins peuvent être alors élevés facilement en utilisant des aliments pour alevins et des cultures de plancton disponibles dans le commerce.
Rapidement, ils seront en mesure de consommer des proies plus grosses, des nauplies d'artémies par exemple.
Commentaires
Étymologie : Melanotaenia, melano- du grec ancien μέλας, μέλανος, mélas, mélanos "noir " et taenia, du latin tænia "bandelette", du grec ταινία, (tainía) "bandelette" (ici bande, rayure), et nigrans du latin nigro "noirci, être noir", en référence à la bande médiane noire de cette espèce.

Yalgurnda était le nom indigène ((langue gunwinyguan ?) de cette espèce dans la région de Port Essington lorsque les spécimens types ont été collectés (Richardson 1843).

Note : Melanotaenia nigrans est l'espèce type du genre Melanotaenia. Les premiers spécimens ont été collectés par John Gilbert en 1840, de la rivière King, près de Victoria Settlement dans le Territoire du Nord. Un seul spécimen s'est retrouvé au British Museum of Natural History de Londres où John Richardson l'a décrit en 1843 comme une nouvelle espèce de "hardyhead" (Atherinidae endémique des régions intérieures du sud-est de l'Australie) nommée Atherina nigrans. Les différences entre Atherina nigrans et les vrais hardyheads étaient suffisantes pour que l'américain Thomas Gill crée le genre Melanotaeniapour cette espèce isolée en 1862, toujours dans la famille des Atherinidae. Le nom du genre s'inspire de la bande mi-latérale noire typique. L'étape suivante fut la création d'une sous-famille Melanotaeniinae par Gill en 1894 pour souligner encore plus les différences avec les hardyheads. Cependant, il a fallu encore soixante-dix ans avant que Ian Munro ne les élève au statut de famille à part entière des Melanotaeniidae en 1964. Une classification générique complète des poissons arc-en-ciel a été suivie en 1980 par Gerald Allen du Western Australian Museum. (Tappin, 2013)
Références
GBIF, IUCN, Fish base,
Rainbow Fish (https://rainbowfish.angfaqld.org.au)
Fish of Australia (https://fishesofaustralia.net.au)
- Allen, G.R. & Cross, N.J. " Rainbowfishes of Australia and Papua-New Guinea". New Jersey : T.F.H. Publications. (1982)
- Allen G.R. "Freshwater fishes of Australia". T.F.H. Publications, Inc., Neptune City, New Jersey. (1989)
- Allen, G.R., Midgley, S.H. & Allen, M. "Field guide to the freshwater fishes of Australia". Perth : Western Australian Museum. (2002)
- Axelrod, H.R., W.E. Burgess, N. Pronek, & J.G. Walls. "Dr. Axelrod's atlas of freshwater aquarium fishes". Tropical Fish Hobbyist Publications, Inc., Neptune City, NJ. (1985)
- Bishop K.A., S.A. Allen, D.A. Pollard & M.G. Cook. "Ecological studies on the freshwater fishes of the Alligator Rivers Region, Northern Territory" in Autecology. Supervising Scientist Report 145, Supervising Scientist, Darwin (2001)
- Brown, C., Unmack, P. & Brooks, S. 2019. Melanotaenia nigrans. The IUCN Red List of Threatened Species 2019
- Brown, C. & Bibost, A.-L.. "Laterality is linked to personality in the black-lined rainbowfish, Melanotaenia nigrans". in Behavioral Ecology and Sociobiology 68: 999–1005 (2014)
- Castelnau, F.L. de "Contribution to the ichthyology of Australia. 5. Notes on fishes from north Australia". in Proceedings of the Zoological and Acclimatisation Society of Victoria 2: 83-97 (described as Zantecla pusilla) (1873)
- Crowley L.E.L.M., & W. Ivantsoff. "Reproduction and early stages of development in two species of Australian rainbowfishes Melanotaenia nigrans (Richardson) and Melanotaenia splendida inornata (Castelnau)". in Australian Zoology 21(1): 85-95 (1982)
- Eschmeyer, W.N., Fricke, R., and Ven der Laan, R. (eds.). 2017. Catalog of Fishes: genera, species, references. Updated 01 November 2017.
- Gomon, M.F. & Bray, D.J. 2020, Melanotaenia nigrans in Fishes of Australia, accessed 06 Oct 2022, https://fishesofaustralia.net.au/home/species/4499
- Grant, E.M. "Guide to Fishes". Redcliffe : E.M. Grant Pty. Limited 9th Edn. (2002)
- Herbert B.W., J.A. Peeters, P.A. Graham & A.E. Hogan. "Freshwater Fish and Aquatic Habitat Survey of Cape York Peninsula". (Cape York Peninsula Land Use Strategy) Queensland Department of Primary Industries, Brisbane. (1995)
- Lake, J.S. "Australian Freshwater Fishes". Melbourne : Thomas Nelson (1978)
- Larson, H.K. & Martin, K.C. "Freshwater Fishes of the Northern Territory". Northern Territory Museum of Arts and Sciences Handbook Series Number 1. Darwin : Northern Territory Museum of Arts and Sciences (1990)
- Leggett, R. & Merrick, J.R. 1987. Australian Native Fishes for Aquariums. Artarmon : J.R. Merrick Publications 241 pp.
- Martin F. Gomon & Dianne J. Bray. Melanotaenia nigrans in Fishes of Australia.
- Merrick, J.R. & Schmida, G.E. "Australian Freshwater Fishes Biology and Management". Sydney : J.R. Merrick (1984)
- Mills, D. and G. Vevers, "The Tetra encyclopedia of freshwater tropical aquarium fishes". Tetra Press, New Jersey. (1989)
- Morgan, D.L., Allen, G.R., Pusey, B.J. & Burrows, D.W. "A review of the freshwater fishes of the Kimberley region of Western Australia". in Zootaxa 2816: 1-64 (2011)
- Morgan D., M. Sefton, D. Cheinmora, G. Charles and P. Nulgit "Fishes of the King Edward and Carson Rivers, Kawii manya Mararran - nûngka, with the Belaa and Ngarinyin names for the fish". Report to Land and Water Australia. (2005)
- Pusey, B.J., Burrows, D.W., Kennard, M.J., Perna, C.N., Unmack. P.J., Allsop, Q. & Hammer, M.P. 2017. Freshwater fishes of northern Australia. Zootaxa 4253(1): 1-104 http://dx.doi.org/10.11646/zootaxa.4253.1.1
- Richardson, J. 1843. Contributions to the ichthyology of Australia. Annals and Magazine of Natural History 1 11(69): 169-182. See ref at BHL
- Steindachner, F. 1867. Ichthyologische Notizen (6).1. Über eine Sammlung von Fischen von Cap York in Australien. Sitzungsberichte der Akademie der Wissenschaften in Wien 56(1): 307-320 (as Nematocentris nigricans)
- Tappin Adrian R. "Rainbow fish", (2013)
- Unmack, P.J. 2001. Biogeography of Australian freshwater fishes. Journal of Biogeography 28: 1053-1089
- Whitehead, P.J.P., Nelson, G.J. & Wongratana, T. 1988. FAO Species Catalogue. Vol. 7. Clupeoid fishes of the world (Suborder Clupeoidei). An annotated and illustrated catalogue of the herrings, sardines, pilchards, sprats, shads, anchovies and wolf-herrings. FAO Fish. Synop. 125(7/2): 305-579. Rome: FAO.
- Whitley, G.P. "Fresh water fishes of Australia". 18. Finchat February: 12-13, 25 (1960)

Pour citer cette fiche :"Melanotaenia nigrans, Richardson, 1843" B-Aqua / TE, GP (2022)