Melanotaenia pygmaea
Poisson Arc-en-ciel pygmée
Le Poisson Arc-en-ciel pygmée est une espèce assez populaire en aquariophilie qui prospère facilement en captivité. On tâchera néanmoins de réserver à ce poisson rhéophile un bac biotope de type "rivière" au brassage assez fort et à l'eau bien oxygénée, avec une bonne longueur de nage.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Melanotaenia pygmaea
Taxinomie
Descripteur : Allen, 1978
Classe: Actinopterygii
Ordre: Atheriniformes
Famille:  Melanotaeniidae
Genre:  Melanotaenia
Synonymes
Aucun
Noms Communs
Poisson Arc-en-ciel pygmée
Pygmy Rainbowfish (en)
Membres du genre Melanotaenia
Melanotaenia mairasi (Allen & Hadiaty, 2011)
Melanotaenia ogilbyi (Weber, 1910)
Melanotaenia goldiei (Macleay, 1883)
Melanotaenia caerulea (Allen, 1996)
Melanotaenia vanheurni (Weber et de Beaufort, 1922)
Melanotaenia australis (Castelnau, 1875)
Melanotaenia boesemani (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia eachamensis (Allen & Cross, 1982)
Melanotaenia exquisita (Allen, 1978)
Melanotaenia fluviatilis (Castelnau, 1878)
Melanotaenia gracilis (Allen, 1978)
Melanotaenia lacustris (Munro, 1964)
Melanotaenia maccullochi (Ogilby, 1915)
Melanotaenia nigrans (Richardson, 1843)
Melanotaenia oktediensis (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia parva (Allen, 1990)
Melanotaenia pierucciae (Allen & Renyaan, 1996)
Melanotaenia praecox (Weber & de Beaufort, 1922)
Melanotaenia pygmaea (Allen, 1978)
Melanotaenia rubrostriata (Ramsay & Ogilby, 1886)
Melanotaenia splendida (Peters, 1866)
Melanotaenia trifasciata (Rendahl, 1922)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Océanie
Australie
Melanotaenia pygmaea est considéré comme localement commun mais ne se rencontre que dans des aires très restreintes. Il n'est connu que de deux petits affluents de la rivière Prince Regent et de King's Cascade, dans la région de Western Kimberly en Australie occidentale (Allen 1975, 1978; Morgan et al . 2011).
Cette espèce se trouve généralement en bancs comptant jusqu'à cinquante individus ou plus dans des bassins d'eau douce et des ruisseaux sur des terrasses de grès, souvent à la base de petites chutes d'eau et de rapides (Allen et al . 2002).

Localité type : Cascade Creek, WA.

Melanotaenia pygmaea a été découverte pour la première fois par Gerald Allen en 1974 dans les affluents de la rivière Prince Regent. Ils n'ont été collectés que dans deux petits affluents; Cascade Creek et Youwanjela Creek, où ils ont été trouvés autour de la végétation, des rondins submergés ou des branches.
La plupart des prélèvements provenaient de Cascade Creek, situé à environ 20 km en amont.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Cette espèce se trouve généralement en bancs comptant jusqu'à cinquante individus ou plus dans des bassins d'eau douce et des ruisseaux sur des terrasses de grès, souvent à la base de petites chutes d'eau et de rapides (Allen et al . 2002, Morgan et al . 2011).

Note : La rivière Prince Regent est située au nord-est de l'Australie occidentale et se jette dans l'océan Indien.
La rivière prend sa source à cinquante kilomètres de la côte à une altitude d'environ huit cents mètres et descend dans une gorge accidentée. En amont de la rivière se trouve un large plateau culminant en moyenne à plus de sept cents mètres d'altitude.
Le littoral est profondément découpé par un certain nombre de vallées fluviales noyées. Les ruisseaux suivants se jettent dans la rivière Prince Regent : ruisseau Pitta, ruisseau Gundarara, ruisseau Womarama, ruisseau Youwanjela, ruisseau Cascade et ruisseau Quail.
Les cours supérieurs de la rivière et des criques sont principalement saisonniers, avec quelques mares permanentes variant en profondeur jusqu'à plusieurs mètres pendant la saison sèche. (Tappin, 2008)
Critère : D2
Cette espèce est considérée comme localement abondante et se trouve généralement en bancs de cinquante individus ou plus (Allen et al. 2002).
Les tendances actuelles des populations sont inconnues en raison de relevés limités depuis la découverte initiale en 1974 (Allen 1975, 1978).

L'espèce est cependant évaluée comme vulnérable (D2) en raison de sa distribution extrêmement restreinte et d'une future menace probable d'invasion de crapauds buffles en Australie, appelé localement crapauds de canne (Rhinella marina).
Description
Taille
: 5 à 7 cm SL  
: 4 à 6 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
5 à 6 ans
Régime
Omnivore
Melanotaenia pygmaea présentent une coloration brillante composée d'un dos bleu ciel métallique, d'une bande médiane latérale noirâtre et de nageoires jaune pâle.
La taille maximale est d'environ six centimètres, les mâles ont un profil dorsal bossu distinct et une coloration orange sur le museau, la nuque, la poitrine et le ventre (Allen et al . 2002).

Melanotaenia pygmaea se reconnaît à sa coloration unique composée de côtés supérieurs bleu métallique et d'une bande mi-latérale noirâtre avec des nageoires jaune pâle à blanchâtres; les mâles avec un profil dorsal bossu distinct (Allen 1978; Allen et al. 2002).
Caractéristiques méristiques : Rayons dorsaux V à VI-I, 8-11, rayons anaux I, 14-18, rangées d'écailles horizontales 8-9, écailles des joues 3-6 (Allen 1978, Allen et al . 2002).
Corps relativement allongé et comprimé; mâles avec un profil bosse distinctif; plus grande profondeur corporelle (spécimens > 25 mm LS) : mâles 30,2-35,7, femelles 24,2-30,4 ; longueur de la tête 35,6-36,6 ; longueur du museau 5,9-8,0 ; diamètre des yeux 9,1-9,7 ; dents de la mâchoire coniques, vomer avec une bande solide de dents bien développées ; dents présentes sur les palatins ; ligne latérale absente.
Écailles cycloïdes à légèrement crénelées avec des rayons bien développés ; grandes rangées d'écailles horizontales 8 ou 9 ; échelle verticale rangées 31 à 33.
Deux nageoires dorsales distinctes, nageoire anale à longue base, nageoire caudale modérément fourchue.
Taille Jusqu'à 5,5 cm de SL, généralement jusqu'à 4 cm ou moins
Couleur : Dorsolatéralement bleu ciel métallique, bande médio-latérale foncée et nageoires jaune pâle à blanchâtres. Mâles orange sur la nuque, le museau, la poitrine et le ventre.

Bien que ressemblant superficiellement à Melanotaenia nigrans, il diffère par l'origine de la nageoire dorsale à environ un diamètre de l'œil devant l'origine anale, par rapport à M. nigrans qui a l'origine de la nageoire dorsale à peu près sur la même ligne que l'origine anale (Allen 1978 ).
 
Régime Alimentaire
Dans son milieu Melanotaenia pygmaea se nourrit de petits insectes aquatiques et terrestres et de micro crustacés. (Leggett et Merrick 1987).

En aquarium, il acceptera sans doute la plupart des aliments secs, congelés et vivants. Un apport régulier en nourriture vivante permettra cependant aux poissons de montrer de plus belles couleurs et stimulera la reproduction.

Les Melanotaenia sont principalement carnivores, se nourrissant surtout de petits invertébrés prélevés au milieu ou à la surface de l'eau.
Leur régime alimentaire naturel semble similaire aux observations faites sur d'autres espèces de poissons arc-en-ciel et ils présentent peu de spécialisation alimentaire. Les larves d'insectes aquatiques comprennent principalement des diptères et des coléoptères et les insectes provenant de sources terrestres sont principalement des fourmis, des diptères et des coléoptères.
Les autres aliments sont les arachnides, les petits gastéropodes planospiraux et les algues filamenteuses.
Les comparaisons entre les saisons humides et sèches de la composition en pourcentage du contenu stomacaux sont significativement différentes pour chaque catégorie de nourriture.
Le pourcentage de larves d'insectes et d'insectes d'origine terrestre augmentent légèrement pendant la saison des pluies, tandis que les pourcentages de ces derniers diminuent et que les pourcentages de crustacés et "d'autres matières" augmentent légèrement pendant la saison sèche.
Dimorphisme
Les mâles sont plus colorés, plus grands et au corps beaucoup plus profonds que celui des femelles. les mâles adultes ont un profil dorsal bossu distinctif.

Les mâles reproducteurs présentent une couleur de corps jaunâtre sous la ligne latérale et une bande rouge rustique de couleur vive allant de la première nageoire dorsale à la lèvre supérieure et s'étendant le long de la poitrine.
Les mâles peuvent atteindre une taille maximale de 7 cm, mais les femelles mesurent généralement moins de 5 cm de LS
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
10 minimum (20 recommandé)
Zone
Centrale, Supérieure
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
        22      23              25      28
pH
         5      6            7      7,5
GH
         4       7              12       20
Brassage
Aquarium
Volume
200 l minimum (300 l recommandé)
Longueur
120 cm minimum (150 cm recommandé)
Melanotaenia pygmaea fréquente les cours d'eau rapides interrompus par de fréquentes cascades ou rapides. On le trouve généralement les bassins les plus profonds, souvent au pied des cascades avec une eau très claire et un fond rocheux principalement solide avec peu ou pas de couverture végétale. Il habite aussi les mares et ruisseaux des terrasses gréseuses.
Cette espèce se trouve généralement en bancs comptant jusqu'à cinquante individus ou plus.
Les cours supérieurs de la rivière et des criques sont principalement saisonniers, avec quelques mares permanentes variant en profondeur jusqu'à plusieurs mètres pendant la saison sèche.

On ne connait pas grand chose des habitudes naturelles de l'espèce, mais on veillera à reproduire, le plus fidèlement possible, le milieu naturel fréquenté.

L'aquarium sera préférentiellement de type "rivière", le plus long possible, afin de reproduire le courant vif, le brassage et l'oxygénation nécessaire à l'espèce.

Le milieu ne comportant pas ou peu de végétation, on favorisera une large zone ouverte pour la nage de pleine eau.
Le choix des plantes sera en accord avec les conditions rhéophiles et pourront être cantonnées aux branchage sous forme d'épiphytes.

L'éclairage ne sera pas trop puissant de façon à, en l'absence de plantes, ne pas favoriser le développement des algues.

Le sol sera composé d'enrochement séparés par des gravières par exemple, avec, au fond du bac, une zone de branchages entremêlés.

La filtration doit pouvoir assurer une eau claire et créer un courant important. Idéalement, on la sur-dimensionnera pour atteindre dix renouvellement par heure.
Pour imiter les variations saisonnières, on pourra ainsi déplacer le rejet du filtre pour modifier le courant dans la zone de nage.
Une bonne oxygénation de l'eau sera nécéssaire, au besoin à l'aide d'un système Venturi.

Poisson très actif, Melanotaenia pygmaea passe le plus clair de son temps à nager en pleine eau, il aura donc besoin de beaucoup d’espace de nage et comme ce poisson vit en banc, on préférera un aquarium d'assez grande taille, comparé à la petitesse du poisson.
On le maintiendra en banc d'au moins dix individus, mais de préférence plus encore. Une quinzaine d'individus, voire une vingtaine, avec plus de femelles que de mâle formera un groupe idéal. Les mâles seront alors encouragés à afficher leurs plus belles couleurs en compagnie de congénères et un groupe important diluera l'agressivité des mâles en période de reproduction.
Bien évidemment, un aquarium de taille appropriée sera nécessaire pour un très grand groupe et plus de deux cents cinquante litres ne seront pas de trop pour cette espèce remuante.

Melanotaenia pygmaea pourrait convenir à un aquarium communautaire, mais le milieu particulier limite sérieusement le nombre de candidats potentiels. Il pourra être accueilli avec des espèces qui bénéficient d'une chimie de l'eau et d'un biotope similaire, comme des loches asiatiques, par exemple.
Dans ce cas, bien sûr, on adaptera le bac à la population totale.
Et bien sûr on évitera aussi l'aquarium communautaire si on désire obtenir des alevins sans passer par un bac de frai.

Idéalement, on reproduira les variations saisonnières de son habitat et simulant une saison sèche et une saison des pluies. En plus de favoriser le frai, ces changements sont nécessaires à la santé des poissons et prolongent leur espérance de vie en intercalant une période de repos entre les périodes d'activités reproductives.

S'ils sont correctement maintenus, avec des variations saisonnières de températures et de chimie de l'eau notamment, les M. pygmaea peuvent atteindre un âge de six ans, sans doute plus.

Attention ! : Tous les Melanotaenia, insectivores de surface, peuvent sauter, un couvercle est donc fortement recommandé.

Disponibilité commerciale : Rare

Si l'espèce a été découverte en 1974 et formellement décrite en 1978, les souches d'aquarium remontent très probablement à des collections réalisées en 1992 et 1994.

Cette espèce est devenue depuis populaire dans le commerce aquariophile et prospère en captivité (Leggett et Merrick 1987, Allen et al . 2002), mais reste rarement proposé en Europe.

Attention ! : Si vous voulez acheter des Poissons arcs-en-ciel, ne cherchez pas les beaux poissons colorés des photos promotionnelles !
Les spécimens adultes sont rarement disponibles dans le commerce, et ce sont les poissons juvéniles beaucoup plus ternes qui sont presque toujours proposés à la vente.
Il s'ensuit de nombreuses erreurs d'identification et vous devrez être très vigilant quant à vos acquisitions.

Vous devrez faire preuve de patience, même avec une bonne alimentation, le développement complet des couleurs peut prendre plus d'un an.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Courante
Paramètres
Température
22 à 28 °C
pH
6,8 à 7,2
GH
7 à 12 °GH
On ne connait pas bien les habitudes reproductives de l'espèce à l'état sauvage et aucune donnée de reproduction ne semble disponible.
On peut néanmoins supposer cependant qu'elles ne diffèrent pas de celles des autres membres du genre. On se référera donc à l'élevage des autres espèces australiennes du genre en respectant les variations saisonnières du milieu.

Le reproduction semble cependant facile à obtenir dans des conditions communes.
La maturité sexuelle chez les femelles est atteinte à 23 mm de LS La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres. La longueur standard (SL, LS La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres.en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres.et les mâles à environ 32 mm de LS La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres. La longueur standard (SL, LS La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres.en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres.(Allen 1978), soit environ huit mois.
L'espèce fraie à des températures d'eau entre 22 et 28°C parmi les rares plantes du milieu (Leggett et Merrick 1987).
Commentaires
Étymologie : Melanotaenia, melano- du grec ancien μέλας, μέλανος, mélas, mélanos "noir " et taenia, du latin tænia "bandelette", du grec ταινία, (tainía) "bandelette" (ici bande, rayure), et pygmaea "pygmée" en référence à sa petite taille.
Références
GBIF, IUCN,
Fish of Australia, Rainbow Fish,
- Allen, G.R. "Freshwater fishes". In: Miles, J.M. and Burbidge, A.A. (eds), A biological survey of the Prince Regent River Reserve, northwest Kimberley, Western Australia. Department of Fisheries and Wildlife, Perth. (1975)
- Allen, G.R. "The rainbowfishes of northwestern Australia (family Melanotaeniidae)". in Tropical Fish Hobbyist 26: 91-102 (1978)
- Allen, G.R. "Inland Fishes of Western Australia". Perth : Western Australian Museum (1982)
- Allen, G.R. & Cross, N.J. "Rainbowfishes of Australia and Papua-New Guinea". New Jersey : T.F.H. Publications (1982)
- Allen G.R. "Freshwater fishes of Australia". T.F.H. Publications, Inc., Neptune City, New Jersey. (1989)
- Allen G.R. & R. Leggett "A collection of freshwater fishes from the Kimberley region of Western Australia". in Records of the Western Australian 14: 527-545 (1990)
- Allen, G.R., Midgley, S.H. and Allen, M. "Field guide to the Freshwater Fishes of Australia". Western Australian Museum, Perth. (2002)
- Gomon Martin F. et Bray Dianne J. ,"Melanotaenia pygmaea" in Fishes of Australia, consulté le 17 octobre 2022, https://fishesofaustralia.net.au/home/species/4089
- Groombridge, B. (ed.). 1994 IUCN Red List of Threatened Animals. IUCN, Gland, Switzerland and Cambridge, UK.
- Leggett, R. and Merrick, J.R. "Australian natives fishes for aquariums". J.R. Merrick Publications, Artamon, New South Wales. (1987)
- Merrick, J.R. and G.E. Schmida, "Australian freshwater fishes: biology and management". Griffin Press Ltd., South Australia. (1984).
- Morgan, DL 2019. Melanotaenia pygmaea. The IUCN Red List of Threatened Species 2019
- Morgan, D. L., Allen, G. R., Pusey, B. J. and Burrows, D. W. "A review of the freshwater fishes of the Kimberley region of Western Australia". in Zootaxa 2816: 1-64 (2011)
- Tappin Adrian R. "Melanotaenia pygmaea Allen, 1978" in Rainbow Fish (2008)
- Wager, R. 1996. Melanotaenia pygmaea. In: IUCN 2013.

Pour citer cette fiche :"Melanotaenia pygmaea Allen, 1978" B-Aqua / TE, GP (2022)