Melanotaenia praecox
Poisson Arc-en-ciel nain
Cette espèce de Melanotaeniidé est l'une des plus facile à maintenir et à élever et peut tout à fait être conseillée à un aquariophile débutant.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Melanotaenia praecox
Taxinomie
Descripteur : Weber & de Beaufort, 1922
Classe: Actinopterygii
Ordre: Atheriniformes
Famille:  Melanotaeniidae
Genre:  Melanotaenia
Synonymes
Rhombatractus praecox (Weber & de Beaufort, 1922)
Noms Communs
Poisson Arc-en-ciel nain
Poisson Arc-en-ciel néon
Dwarf rainbowfish (en)
Membres du genre Melanotaenia
Melanotaenia mairasi (Allen & Hadiaty, 2011)
Melanotaenia ogilbyi (Weber, 1910)
Melanotaenia goldiei (Macleay, 1883)
Melanotaenia caerulea (Allen, 1996)
Melanotaenia vanheurni (Weber et de Beaufort, 1922)
Melanotaenia australis (Castelnau, 1875)
Melanotaenia boesemani (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia eachamensis (Allen & Cross, 1982)
Melanotaenia exquisita (Allen, 1978)
Melanotaenia fluviatilis (Castelnau, 1878)
Melanotaenia gracilis (Allen, 1978)
Melanotaenia lacustris (Munro, 1964)
Melanotaenia maccullochi (Ogilby, 1915)
Melanotaenia nigrans (Richardson, 1843)
Melanotaenia oktediensis (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia parva (Allen, 1990)
Melanotaenia pierucciae (Allen & Renyaan, 1996)
Melanotaenia praecox (Weber & de Beaufort, 1922)
Melanotaenia pygmaea (Allen, 1978)
Melanotaenia rubrostriata (Ramsay & Ogilby, 1886)
Melanotaenia splendida (Peters, 1866)
Melanotaenia trifasciata (Rendahl, 1922)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Indonésie
Le Melanotaenia praecox est endémique au système fluvial de la rivière Middle Mamberamo, dans le nord de la Papouasie indonésienne. (Weber et de Beaufort 1922, GR Allen comm. pers. 2019).

Le système fluvial Mamberamo est l'un des plus grands systèmes fluviaux de l'île, avec plus de 2000 km de long.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
24 à 29 °C
pH
6,6 à 8
On rencontre les Melanotaenia praecox dans les affluents à débit rapide du fleuve principal, ainsi que les marais et les marécages environnants. Ils se rassemblent autour des zones de végétation aquatique, ou des racines et des troncs submergés dans les cours d'eau clairs et relativement rapides de la forêt tropicale primaire bordant les plaines de Mamberamo. (Weber et de Beaufort 1922, GR Allen comm. pers. 2019).

Melanotaenia praecoxa été initialement collecté par le naturaliste néerlandais WC van Heurn en 1910 dans un affluent de la rivière Mamberamo en Papouasie occidentale. Gerry Allen a collecté des spécimens en 1991 dans deux petites localités proches des pistes d'atterrissage de Dabra et d'Iritoi, en bordure des plaines de Mamberamo (partie médiane de la rivière Mamberamo).
En 2000, il a collecté d'autres spécimens d'un affluent de la rivière Tiri à environ quatre kilomètres à l'ouest de Dabra. L'habitat consistait en un petit ruisseau trouble (en moyenne 4 m de large et 0,5 m de profondeur avec des bassins jusqu'à 1,5 m), coulant lentement sur de la boue, du gravier et des feuilles mortes et traversant une forêt tropicale à canopée fermée. Température 24 - 29°C et pH 6,6 - 8,0.
En 2008, des spécimens vivants supplémentaires ont été collectés près du village de Pagai dans la région de la rivière Mamberamo par Johannes Graf et Gary Lange. (Tappin AR, 2016)
Cette espèce est répandue dans le système de la rivière Mamberamo. Il existe un certain nombre de menaces localisées, mais aucune menace majeure dans l'ensemble de l'aire de répartition.
Cette espèce était commune lorsqu'elle a été capturée en 2002 et 2008 (GR Allen et P. Unmack, comm. pers. 2019). La tendance démographique est présumée stable.
Par conséquent, il est évalué comme "Préoccupation mineure".

À l'heure actuelle, la région habitée par cette espèce est en grande partie intacte. Cependant, les futures menaces à la biodiversité dans le nord de la Nouvelle-Guinée comprennent des plans de développement régional, tels que la construction de concessions forestières, des plantations de palmiers à huile, des mines de charbon et le projet de barrage de Mamberamo. Des espèces envahissantes sont également présentes dans l'aire de répartition.

La répartition de cette espèce se situe dans une réserve naturelle. Cependant, aucune action de conservation n'est en place pour cette espèce. Des recherches sur la population et la répartition sont néanmoins recommandées.
Description
Taille
: 5 à 8 cm SL  
: 4 à 7 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
5 à 6 ans
Régime
Omnivore
Melanotaenia praecox a un corps bleu néon intense et brillant avec des nageoires dorsale, anale et caudale rouges. Ils peuvent atteindre une taille maximale de 8 cm, mais généralement moins de 5 cm LS. La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres. La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres. Les mâles sont généralement plus grands et plus colorés que les femelles. Les nageoires des femelles présentent également souvent une couleur jaune-orange. (Tappin AR, 2016)

Melanotaenia praecox ressemble beaucoup à Melanotaenia rubrivittata.
Les deux espèces partagent un certain nombre de similitudes, notamment une couleur de fond bleu néon, des marques rouges brillantes sur les nageoires médianes, une taille maximale relativement petite (moins d'environ 50 mm de LS), des comptages qui se chevauchent pour les rayons dorsaux, les rayons anaux, les rayons pectoraux, les rayons prédorsaux les écailles, les écailles des joues et la plupart des proportions morphométriques.
Les résultats génétiques révèlent que les deux espèces sont clairement séparables.
De plus, M. praecox n'a pas les rayures rouges caractéristiques du corps mâle M. rubrivittata. Les mâles de M. praecox ont également tendance à avoir un corps plus profond que les mâles de M. rubrivittata. Il y a aussi une légère différence dans la longueur du museau avec M. praecox ayant généralement un museau plus court que M. rubrivittata. Enfin, M. praecox a moins d'écailles latérales (généralement 29-30 contre 32-33) et a fréquemment 11 écailles transversales (toujours 10 chez M. rubrivittata).
 
Régime Alimentaire
Comme la plupart de ses congénères, c'est une espèce omnivore et peu exigeante qui accepte la plupart des aliments secs, congelés et vivants. Un apport régulier en nourriture vivante permettra cependant aux poissons de montrer de plus belles couleurs et stimulera la reproduction.

Les Melanotaenia sont principalement carnivores, se nourrissant surtout de petits invertébrés prélevés au milieu ou à la surface de l'eau.
Leur régime alimentaire naturel semble similaire aux observations faites sur d'autres espèces de poissons arc-en-ciel et ils présentent peu de spécialisation alimentaire. Les larves d'insectes aquatiques comprennent principalement des diptères et des coléoptères et les insectes provenant de sources terrestres sont principalement des fourmis, des diptères et des coléoptères.
Les autres aliments sont les arachnides, les petits gastéropodes planospiraux et les algues filamenteuses.
Les comparaisons entre les saisons humides et sèches de la composition en pourcentage du contenu stomacaux sont significativement différentes pour chaque catégorie de nourriture.
Le pourcentage de larves d'insectes et d'insectes d'origine terrestre augmentent légèrement pendant la saison des pluies, tandis que les pourcentages de ces derniers diminuent et que les pourcentages de crustacés et "d'autres matières" augmentent légèrement pendant la saison sèche.
Dimorphisme
Le mâle adulte a un corps beaucoup plus arrondi et des nageoires rouges. Il arbore également un liseré jaune orangé durant les périodes d'excitations et d'accouplement. La femelle a, quant à elle, une forme beaucoup plus longiligne et ses nageoires sont jaunes.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
6 minimum (12 recommandé)
Zone
Centrale, Supérieure
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
        20      22              26      29
pH
         6,5      6,8            7,5      8
GH
         5       10              15       20
Brassage
Aquarium
Volume
200 l minimum (250 l recommandé)
Longueur
100 cm minimum (120 cm recommandé)
On rencontre les Melanotaenia praecox dans les affluents à débit rapide du fleuve principal, ainsi que les marais et les marécages environnants à la saison des pluies. Ils se rassemblent autour des zones de végétation aquatique, ou des racines et des troncs submergés dans les cours d'eau clairs et relativement rapides de la forêt tropicale primaire bordant les plaines de Mamberamo.
L'habitat consiste en de petits ruisseaux troubles coulant lentement sur de la boue, du gravier et des feuilles mortes et traversant une forêt tropicale à canopée fermée. Température 24 - 29°C et pH 6,6 - 8,0

Il est donc recommandé de maintenir le Melanotaenia praecox dans un aquarium fortement planté, tout en lui laissant un large espace de nage et de parade.

En conséquence on ménagera une longue zone de nage balayée par le courant (les cannes doivent être disposées de part et d'autre, et un appoint saisonnier sera à prévoir si le filtre est trop peu puissant... et une zone de quiétude et de frai en fond de bac, pour simuler une rive fortement plantée, avec une zone intermédiaire de branchages séparant des deux milieux.
Compte tenu du courant et de l'intérêt d'avoir des surplombante façon rive, j'opterais plutôt pour des vallisnéries, superbes dans le courant et surplombantes en son absence.

Il n'apprécie pas les luminosités intenses, aussi est-il souhaitable d'utiliser des plantes flottantes ou couvrant la surface pour diffuser la lumière entrant dans le aquarium.

Très paisible et avec un comportement intraspécifique et interspécifique dénué d'agressivité, le Melanotaenia praecox est parfaitement adapté à de nombreux aquariums communautaires, d'autant plus que sa taille reste relativement petite. Il n'en reste as moins un poisson vif qui pourra dans certain cas stresser des poissons trop timides.
Dans le cadre d'un aquarium "Australo-Guinéen", il sera intéressant de l'associer d'autres poissons arc-en-ciel de taille similaire, des pseudomugil, des tateurndina... Il est fortement recommandé de le maintenir en groupe d'au moins six à huit individus afin qu'il se sente en confiance. L'agressivité, toute relative, des mâles vis à vis de leurs congénères et le harcèlement des femelles n'en sera que dilué et son comportement, et notamment les parades, n'en sera que plus intéressant.

Attention ! : Tous les Melanotaenia, insectivores de surface, peuvent sauter, un couvercle est donc fortement recommandé.

Disponibilité commerciale : Commun

Melanotaenia praecox a été introduit en aquariophilie par Charles Nishihira vers 1991 qui avait obtenu des spécimens sauvages d'un aquariophile local à Jayapura.
Heiko Bleher a collecté des spécimens vivants d'un endroit non répertorié en 1992. Les poissons de toutes ces collections ont été élevés et distribués dans le passe-temps de l'aquarium.

Cette espèce se trouve donc aujourd'hui fréquemment dans le commerce des aquariums, mais les individus disponibles sont issus de populations élevées en captivité (P. Unmack comm. pers. 2019).

Attention ! : Si vous voulez acheter des Poissons arcs-en-ciel, ne cherchez pas les beaux poissons colorés des photos promotionnelles !
Les spécimens adultes sont rarement disponibles dans le commerce, et ce sont les poissons juvéniles beaucoup plus ternes qui sont presque toujours proposés à la vente. Il s'ensuit de nombreuses erreurs d'identification et vous devrez être très vigilant quant à vos acquisitions.
Vous devrez faire preuve de patience, même avec une bonne alimentation, le développement complet des couleurs peut prendre plus d'un an.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Paramètres
Température
25 °C
pH
7 à 8
GH
15 °GH
Comme pour les autres membres du genre, ce n'est pas une espèce difficile à reproduire. Les alevins peuvent s'avérer quelque peu difficiles à élever dans les premiers stades. Afin d'éviter la prédation parentale et des autres occupants du bac, l'utilisation d'un aquarium de reproduction est quasi-obligatoire. Ce dernier mesurera au moins 50 cm. Un petit filtre exhausteur fournira une oxygénation et un débit suffisants. L'aquarium doit être rempli de plantes à feuilles fines, comme la mousse de java, ou de mops en nylon. Aucun substrat n'est nécessaire.

Les poissons adultes peuvent être conditionnés en groupe dans un aquarium séparé avec beaucoup de nourriture vivante et congelée. À mesure que les poissons se conditionnent, les femelles paraissent visiblement plus dodues et les mâles paradent presque constamment les uns devant les autres. On sélectionne alors le couple le plus gros et le plus coloré pour la reproduction et on peut l'introduire dans le bac de ponte. Une petite augmentation de la température peut souvent provoquer le frai. Le couple frayera pendant plusieurs semaines, en pondant des lots d'œufs chaque jour. Ceux-ci sont attachés aux surfaces par un petit fil. Les adultes ont tendance à manger le frai, et il est plus facile d'élever les alevins dans un aquarium séparé. Il est donc recommandé de vérifier régulièrement les plantes ou les mops et de transférer tous les œufs que l'on trouve dans un aquarium d'élevage contenant de l'eau de la cuve de frai. Les œufs éclosent en sept à dix jours, en fonction de la température. Les alevins minuscules ont d'abord besoin d'une nourriture de type infusoire, avant de passer, au bout d'une semaine environ, à des aliments qui nagent librement, tels que les nauplies d'artémias. Les aliments qui coulent ne conviennent pas, car les alevins ont tendance à rester très près de la surface de l'eau. La taille de la couvée est généralement un peu plus grande que celle des autres poissons arc-en-ciel.

A.R. Tappin dit avoir élevé avec succès des alevins dans les conditions d'eau suivantes : pH 7,5-8,0, alcalinité 30-75 mg/L, conductivité 410-500 µS/cm et niveaux de dureté de 80-120 mg/L.
Il fait référence à un essais de reproduction menés par Said (2008) avec M. praecox sur une période de six mois sur la viabilité concernant le nombre d'œufs, le taux de fécondation, le taux d'éclosion, la durée de la période d'incubation et le taux de survie dans une période d'élevage de sept jours. Alors que les observations du taux de croissance, du taux de survie et du pourcentage de mâles ont été menées jusqu'à l'âge de six mois en trois répétitions.
Les résultats ont indiqué que le nombre moyen d'œufs était de vingt-sept œufs par frai, le taux de fécondation était de 92,93 % ; le taux d'éclosion était de 98,18 % ; la durée de la période d'incubation était de huit jours (7 à 9) et le taux de survie au cours de la période d'élevage de sept jours était de 89,45 %, respectivement. Le taux de croissance jusqu'à six mois d'élevage était de trois centimètres, tandis que le taux de survie était de 94 (92-96) % et le pourcentage de mâles était de 42,58 %.

Dans une autre étude (Radael et al ., 2013), des embryons de M. praecox ont été examinés tout au long de leur développement pour décrire l'ontogenèse initiale. Les valeurs moyennes rapportées pour les paramètres physiques et chimiques de l'eau des incubateurs pendant la période d'essai étaient de 28,06 ± 0,49°C pour la température, 6,98 ± 0,15 pour le pH et 8,78 ± 0,85 mg/L pour l'oxygène dissous. Le diamètre des œufs nouvellement fécondés variait de 0,99 mm à 1,04 mm. Les œufs fécondés avaient une forme sphérique, avec un corium et un sac vitellin translucides. Les œufs avaient des filaments adhésifs dans une petite zone du corium près du pôle animal qui sont utilisés pour l'adhérence au substrat de frai. Les œufs non fécondés semblaient opaques.
L' éclosion des embryons de M. praecox a commencé à 119,50 heures après la fécondation et s'est poursuivie jusqu'à 126,53 heures après la fécondation. Les principales caractéristiques des larves nouvellement écloses étaient une excellente activité de nage, un sac vitellin réduit, un mouvement de la bouche et un système digestif apparemment fonctionnel, ce qui est similaire aux observations d'autres espèces de Melanotaenia.
Les larves nouvellement écloses contenaient encore des résidus de vitellus avec des gouttelettes d'huile. Le remplissage de la vessie natatoire n'a pas pu être observé chez les larves nouvellement écloses de M. praecox , mais le naufrage ne s'est pas produit lorsqu'elles ont cessé de nager. Les larves de M. splendida (Humphrey et al., 2003) remplissent leur vessie natatoire au moment de l'éclosion. Les larves nouvellement écloses étaient très actives et possédaient une excellente capacité de nage.
Commentaires
Étymologie : Melanotaenia, melano- du grec ancien μέλας, μέλανος, mélas, mélanos "noir " et taenia, du latin tænia "bandelette", du grec ταινία, (tainía) "bandelette" (ici bande, rayure), et praecox "précoce".
Références
GBIF, IUCN,
Seriously Fish,
- Allen, G.R., "Field guide to the freshwater fishes of New Guinea". Publication, no. 9. Christensen Research Institute, Madang, Papua New Guinea. (1991)
- Allen G.R. "In Search of the Kamaka Rainbow". Tropical Fish Hobbyist 41(4): 126-145 (1992)
- Allen G.R. & S. Renyaan "Fishes of the Wapoga River System". In: Mack A.L. and L. E. Alonso (eds.) "A Biological Assessment of the Wapoga River Area of Northwestern West Papua, Indonesia". in RAP Bulletin of Biological Assessment 14, Conservation International, Washington, DC. USA. (2000)
- Allen G.R., H. Ohee, P. Boli, R. Bawole and M. Warpur "Fishes of the Yongsu and Dabra areas, Papua, Indonesia". In Richards S.J. and S. Suryadi (eds.) A Biodiversity Assessment of Yongsu - Cyclops Mountains and the Southern Mamberamo Basin, Papua, Indonesia. in RAP Bulletin of Biological Assessment 25. Conservation International, Washington, DC, USA. (2002)
- Allen G.R., P.J. Unmack and R.K. Hadiaty "Melanotaenia rubrivittata, A New Species of Rainbowfish (Melanotaeniidae) from Northwestern Papua Province, Indonesia." in Fishes of Sahul 29(1): 846-859 (2015)
- Allen, G.R., Hadiaty, R.K., Unmack, P.J. & Erdmann, M.V. "Rainbowfishes (Melanotaenia: Melanotaeniidae) of the Aru Islands, Indonesia with descriptions of five new species and redescription of M. patoti Weber and M. senckenbergianus Weber." in aqua, International Journal of Ichthyology, 21 (2): 66-108 (2015)
- Allen, G.R. & Kadarusman. 2020. Melanotaenia praecox. The IUCN Red List of Threatened Species 2020
- Bleher H. "The Fish of the Century". in Fishes of Sahul 9(1): 385-391 (1995)
- Fricke, R., Eschmeyer, W.N. and Van der Laan, R. (eds). 2020. Eschmeyer's Catalog of Fishes: genera, species, references. Updated 04 May 2020.
- Graf J. "Into the wilds of West Papua in search of the Neon Rainbowfish". in Amazonas 1(4): 46-52 (2012)
- Groombridge, B. (ed.). 1994. 1994 IUCN Red List of Threatened Animals. IUCN, Gland, Switzerland and Cambridge, UK.
- Nugraha, M.F.I., Kadarusman, Hubert, N., Avarre, J.C., Hadiaty, R.K., Slembrouck, J., Carman, O., Sudarto, Ogistira, R. & Pouyaud L. "Eight new species of Rainbowfishes (Melanotaeniidae) from the Birds Head Region, West Papua, Indonesia." in Cybium, 39 (2): 99-130 (2015)
- Radael M.C., L.D. Cardoso, D.R. Andrade, D. Mattos, J.H. Motta, J.V. Manhães and M.V.Vidal "Morphophysiological characterization of the embryonic development of Melanotaenia praecox (Weber & de Beaufort, 1922)." in Zygote 22(4):1-7 (2013)
- Said D.S. "Viabilitas reproduksi dan pertumbuhan ikan pelangi mingil Melanotaenia praecox pada habitat terkontrol". in Limnotek 15(1) 31-39 (2008)
- Tappin Adrian R. "Melanotaenia praecox, Weber & de Beaufort, 1922" in Rainbow Fish (2016)
- Weber, M. and De Beaufort, L.F. "The fishes of the Indo-Australian Archipelago". IV. Heteromi, Solenichthyes, Synentognathi, Percesoces, Labyrinthici, Microcyprini. A.J. Reprints Agency, New Delhi, India.(1922)

Pour citer cette fiche :"Melanotaenia praecox, Weber & de Beaufort, 1922" B-Aqua / TE, GP (2022)