Melanotaenia papuae
Poisson arc-en-ciel papou
Le Poisson arc-en-ciel papou a été l'un des premiers poissons arc-en-ciel de Nouvelle-Guinée à conquérir l'aquariophilie. Il était disponible en Australie dès 1961. Encore populaire dans les années 80, Melanotaenia papuae a été quelque peu délaissé et est devenu assez rare aujourd'hui.
C'est un beau poisson, assez facile à maintenir et à élever dans un grand bac, qui mériterait un retour en grâce.


Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Allen, 1981
Classe: Actinopterygii
Ordre: Atheriniformes
Famille:  Melanotaeniidae
Genre:  Melanotaenia
Synonymes
Aucun
Noms Communs
Poisson arc-en-ciel papou
Poisson arc-en-ciel de Papouasie
Papua rainbowfish (en)
Membres du genre Melanotaenia
Melanotaenia mairasi (Allen & Hadiaty, 2011)
Melanotaenia ogilbyi (Weber, 1910)
Melanotaenia goldiei (Macleay, 1883)
Melanotaenia caerulea (Allen, 1996)
Melanotaenia vanheurni (Weber et de Beaufort, 1922)
Melanotaenia australis (Castelnau, 1875)
Melanotaenia boesemani (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia eachamensis (Allen & Cross, 1982)
Melanotaenia exquisita (Allen, 1978)
Melanotaenia fluviatilis (Castelnau, 1878)
Melanotaenia gracilis (Allen, 1978)
Melanotaenia lacustris (Munro, 1964)
Melanotaenia maccullochi (Ogilby, 1915)
Melanotaenia nigrans (Richardson, 1843)
Melanotaenia oktediensis (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia parva (Allen, 1990)
Melanotaenia pierucciae (Allen & Renyaan, 1996)
Melanotaenia praecox (Weber & de Beaufort, 1922)
Melanotaenia pygmaea (Allen, 1978)
Melanotaenia rubrostriata (Ramsay & Ogilby, 1886)
Melanotaenia splendida (Peters, 1866)
Melanotaenia trifasciata (Rendahl, 1922)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Océanie
Papouasie-Nouvelle-Guinée
Melanotaenia papuae est présent dans de nombreux cours d'eau dans un rayon d'environ trente cinq kilomètres autour de Port Moresby, dans le sud-est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (Allen 1981, GR Allen comm. pers. 2019).
Cependant, l'étendue totale de l'aire de répartition géographique de Melanotaenia papuae reste largement indéterminée.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
25 à 33 °C
pH
7,3 à 7,8
Melanotaenia papuae est présent dans les petits ruisseaux à débit lent traversant la forêt secondaire et la forêt primaire dans les basses terres. Il se regroupe autour des morceaux de bois dans les bassins assez profonds. (Allen 1981, GR Allen comm. pers. 2019).

Il a été trouvé en compagnie de Melanotaenia ogilbyi, Melanotaenia rubrostriata, Melanotaenia sylvatica et Melanotaenia goldiei
La température de l'eau dans ces sites était de 25 à 33 °C avec un pH de 7,3 à 7,8.

À partir des collections autour du district de Port Moresby, Gerry Allen a découvert que Melanotaenia goldiei préfère les cours d'eau plus intérieurs qui coulent plus rapidement, moins troubles et légèrement plus frais tandis que M. papuae se trouve plus souvent près de la côte dans des conditions plus calmes. Cependant, dans certains endroits comme le plateau de Sogeri, on les trouve ensemble, bien qu'à cet endroit M. goldiei soit beaucoup plus abondant. (Tappin, 2008)
Critère : B1ab(iii)
Melanotaenia papuae est menacé par des espèces de poissons envahissantes, qui concurrencent probablement l'espèce, et la prédation et la dégradation de l'habitat. Le changement d'utilisation des terres, résultant de l'augmentation des implantations autour de Port Moresby, est une autre menace majeure pour cette espèce (U. Kolkolo, comm. pers. 2019).

Sa zone d'occurrence (EOO) est de 1 700 km2. Il existe entre six et dix emplacements soumis à la menace d'introduction d'espèces non indigènes. L'urbanisation dans la région entraîne un déclin continu de l'habitat.
Cette espèce est donc classée comme "Vulnérable".
Description
Taille
: 7 à 8 cm SL  
: 6 à 7 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
6 à 8 ans
Régime
Omnivore
La coloration globale du corps de Melanotaenia papuae est généralement vert olive au-dessus de la ligne médiane latérale et blanc argenté en dessous. Une tache rouge proéminente est fréquemment présente sur la partie supérieure de l'opercule. Une paire de lignes noires proéminentes est présente sur les bords supérieur et inférieur de la ligne latérale et continue le long de la moitié inférieure du corps. Sur la moitié postérieure du corps, les couleurs de ces lignes deviennent rougeâtres et/ou violacées chez les mâles et jaunes à orange pâle chez les femelles. Les couleurs et les marques des femelles sont généralement moins brillantes que celles des mâles.
M. papuae peut atteindre une taille maximale de huit centimètres, mais généralement moins de six. (Tappin, 2008)

Note : Ian Munroe a décrit certains spécimens de Port Moresby comme des paratypes de Melanotaenia sexlineata dans "Additions to the fish faune of New Guinea". Cependant, une certaine confusion sur l'identification correcte est survenue lorsque, parmi les paratypes de Munroe, certains spécimens ont ensuite été identifiés comme Melanotaenia papua par Gerry Allen en 1981.
 
Régime Alimentaire
On ne connait pas les habitudes alimentaires de l'espèce à l'état sauvage, mais on peut supposer qu'elles ne diffèrent pas de celles des autres membres du genre.
Melanotaenia papuae est vraisemblablement un omnivore opportuniste.
Les principaux aliments sont les insectes aquatiques, les algues et les insectes terrestres. son régime alimentaire varie cependant en fonction de l'habitat qu'il occupe.

En aquarium, il acceptera sans doute la plupart des aliments secs, congelés et vivants. Un apport régulier en nourriture vivante permettra cependant aux poissons de montrer de plus belles couleurs et stimulera la reproduction.

Les Melanotaenia sont principalement carnivores, se nourrissant surtout de petits invertébrés prélevés au milieu ou à la surface de l'eau.
Leur régime alimentaire naturel semble similaire aux observations faites sur d'autres espèces de poissons arc-en-ciel et ils présentent peu de spécialisation alimentaire. Les larves d'insectes aquatiques comprennent principalement des diptères et des coléoptères et les insectes provenant de sources terrestres sont principalement des fourmis, des diptères et des coléoptères.
Les autres aliments sont les arachnides, les petits gastéropodes planospiraux et les algues filamenteuses.
Les comparaisons entre les saisons humides et sèches de la composition en pourcentage du contenu stomacaux sont significativement différentes pour chaque catégorie de nourriture.
Le pourcentage de larves d'insectes et d'insectes d'origine terrestre augmentent légèrement pendant la saison des pluies, tandis que les pourcentages de ces derniers diminuent et que les pourcentages de crustacés et "d'autres matières" augmentent légèrement pendant la saison sèche.
Dimorphisme
Sur la moitié postérieure du corps, les couleurs de ces lignes deviennent rougeâtres et/ou violacées chez les mâles et jaunes à orange pâle chez les femelles. Les couleurs et les marques des femelles sont généralement moins brillantes que celles des mâles.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
6 minimum (15 recommandé)
Zone
Centrale, Supérieure
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
        22      24              30      32
pH
         7      7,3            7,8      8
GH
         10       12              14       16
Brassage
Aquarium
Volume
200 l minimum (300 l recommandé)
Longueur
120 cm minimum (150 cm recommandé)
On trouve généralement l'arc-en-ciel papou dans les forêts tropicales humides et les cours d'eau douce côtiers, où ils coexistent souvent avec Melanotaenia goldiei. La température de l'eau dans ces sites était de 25 à 33 °C avec un pH de 7,3 à 7,8.
Allen a cependant découvert que M. goldiei préférait les cours d'eau qui coulent assez rapidement, moins troubles et légèrement plus frais tandis que M. papuae se trouvait plus souvent près de la côte dans des conditions d'eau plus calme. Cependant, dans certains endroits comme le plateau de Sogeri, on les trouve ensemble, bien qu'à cet endroit M. goldiei soit beaucoup plus abondant.

On veillera à lui fournir des conditions proches de celles qu'il rencontre dans la nature.

Melanotaenia papuae fréquente de petites criques sous la canopée d'une forêt. Bon nageur, il aura besoin aussi d'une grande zone d'eau libre.
L'aquarium devra donc être bien planté avec un décor riche de pierres, racines et bois flotté, mais relativement peu éclairé.
Prévoyez donc des zones de végétation dense, ainsi que des zones ouvertes pour la nage de pleine eau.

Les plantes seront choisies en fonction du milieu forestier, peu lumineux, et des eaux vives, et assez chaude .
L'ajout d'un tapis de feuilles peut être une bonne option, tout comme l'ajout de plantes flottantes pour assurer une ombre relative.

Les conditions physico-chimiques de maintenance donneraient une à pH légèrement basique, de l'ordre de 7,5, moyennement dure avec un GH de 10 environ et une température assez chaude de 26 °C, mais avec une fourchette de 22 à 32 °C

Vivant en groupe dans son milieu naturel, il est fortement recommandé de le maintenir en groupe d'au moins six individus et si possible plus afin de diluer l'agressivité des mâles en période de reproduction. Il est d'ailleurs préférables d'avoir plus de femelles que de mâles dans le groupe.
Il conviendrait à un aquarium communautaire, mais la rareté de l'espèce le prédestine plutôt au bac spécifique où le poisson pourra être conditionné pour le frai.

Dans la nature, il a été trouvé en compagnie de Melanotaenia ogilbyi, Melanotaenia rubrostriata, Melanotaenia sylvatica et Melanotaenia goldiei.
Bien sûr l'aquarium devra être, dans le cas d'une cohabitation, d'un volume suffisant pour accueillir ces poissons remuants. On visera alors un volume de plus de cinq cents litres.

On préférera cependant la maintenance en bac spécifique permettant le frai et la sauvegarde naturelle d'alevins.

Attention ! : Tous les Melanotaenia, insectivores de surface, peuvent sauter, un couvercle est donc fortement recommandé.

Disponibilité commerciale : Rare

Melanotaenia papuae a été l'un des premiers poissons arc-en-ciel de Nouvelle-Guinée en l'aquariophilie. Ils étaient disponibles en Australie à partir de 1961.
Il a ensuite été capturé dans les affluents des rivières Laloki, Brown et Goldie en 1970 et 1971. Gerald Allen et Brian Parkinson ont capturé environ trente spécimens vivants en 1978 dans un petit ruisseau près du mont Diamond, à environ quinze milles à l'ouest de Port Moresby. Des poissons ont également été capturés dans les affluents de la rivière Laloki en 1981.
Certains de ces poissons ont été amenés en Australie et des spécimens ont de nouveau été distribués dans le passe-temps. (Tappin, 2008)
C'était alors une variété populaire, mais aujourd'hui, elle est devenue rare dans le commerce des aquariums, et les individus présents sont issus de populations élevées en captivité (P. Unmack comm. pers. 2019).

Attention ! : Si vous voulez acheter des Poissons arcs-en-ciel, ne cherchez pas les beaux poissons colorés des photos promotionnelles !
Les spécimens adultes sont rarement disponibles dans le commerce, et ce sont les poissons juvéniles beaucoup plus ternes qui sont presque toujours proposés à la vente. Vous devrez faire preuve de patience, même avec une bonne alimentation, le développement complet des couleurs peut prendre plus d'un an.
Il s'ensuit de nombreuses erreurs d'identification et vous devrez être très vigilant quant à vos acquisitions.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Paramètres
Température
24 à 26 °C
pH
7,5
GH
10 à 11 °GH
On connait peu les habitudes reproductives de l'espèce à l'état sauvage et il y a très peu de donnée sur sa reproduction en captivité. On peut cependant supposer qu'elles ne diffèrent pas de celles des autres membres du genre.

Dans un bac de ponte assez spacieux d'environ cents litres sans substrat, uniquement à partir d'un bouquet de plantes à feuilles fines (ou de mops), on placera un mâle choisi avec soin en compagnie de deux à trois femelles ou un groupe plus important de poissons avec des sex-ratios similaires.
On peut aussi se passer de bac de frai si le bac qui accueille les poissons est spécifique et correctement agencé.

La ponte prend plusieurs jours, les femelles pondent successivement vingt à trente œufs, immédiatement fécondés par le mâle, au dessus des plantes.
Les plantes avec des œufs doivent être retirées régulièrement et transférées dans un réservoir séparé, dédié à l'élevage.
Au bout de sept à huit jours en fonction de la température, les œufs éclosent.
Les alevins sont nourris avec des protozoaires puis avec des larves d'artémies fraîchement écloses.
Commentaires
Étymologie : Melanotaenia, melano- du grec ancien μέλας, μέλανος, mélas, mélanos "noir " et taenia, du latin tænia "bandelette", du grec ταινία, (tainía) "bandelette" (ici bande, rayure), et papuae "papou" (de Papouasie)
Références
GBIF, IUCN,
Fishbase
Rainbow Fish (https://rainbowfish.angfaqld.org.au/Papuae.htm)
- Allen G.R. "The "maccullochi species group" of rainbowfishes (Melanotaeniidae) with the description of Melanotaenia papuae, new species". in Revue française d'Aquariologie 8 (2): 47-56 ( (1981))
- Allen, G.R., "Field guide to the freshwater fishes of New Guinea". in Publication, no. 9. Christensen Research Institute, Madang, Papua New Guinea. (1991)
- Allen, GR, Unmack, P. & Hammer, M. "Melanotaenia papuae". La Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2020
- Baensch, H.A. and R. Riehl, "Aquarien atlas". Band 2. Mergus, Verlag für Natur-und Heimtierkunde GmbH, Melle, Germany. (1985)
- Berra T.M., R. Moore and L.F. Reynolds "The Freshwater Fishes of the Laloki River System of New Guinea". Copeia 2: 316-326. (1975)
- Groombridge, B. (éd.). Liste rouge de l'UICN des animaux menacés . UICN, Gland, Suisse et Cambridge, Royaume-Uni. (1994)
- Fricke, R., Eschmeyer, WN et Van der Laan, R. (eds). 2020. Catalogue des poissons d'Eschmeyer : genres, espèces, références. Mis à jour le 2 mars 2020
- Tappin Adrian R."Melanotaenia papuae, Allen, 1981" in Rainbow Fish (2008)

Pour citer cette fiche :"Melanotaenia papuae, Allen, 1981" B-Aqua / GP (2022)