Melanotaenia duboulayi
Poisson Arc-en-ciel de Du Boulay
Le Poisson Arc-en-ciel de Du Boulay et un poisson d'aquarium populaire avec un motif de couleur très variable selon sa localité d'origine et qui habite une large gamme d'environnements d'eau douce. En cela, c'est un poisson attrayant facile à maintenir et à élever dans un grand bac reproduisant les variations saisonnières de son milieu naturel.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Castelnau, 1878
Classe: Actinopterygii
Ordre: Atheriniformes
Famille:  Melanotaeniidae
Genre:  Melanotaenia
Synonymes
Atherinichthys duboulayi Castelnau, 1878
Noms Communs
Poisson Arc-en-ciel de Du Boulay
Poisson Arc-en-ciel à taches cramoisies
Poisson Arc-en-ciel de Duboulay
Mélanoténie de Du Boulay
Duboulay's rainbowfish (en)
Crimson-spotted rainbowfish (en)
Membres du genre Melanotaenia
Melanotaenia mairasi (Allen & Hadiaty, 2011)
Melanotaenia ogilbyi (Weber, 1910)
Melanotaenia goldiei (Macleay, 1883)
Melanotaenia caerulea (Allen, 1996)
Melanotaenia vanheurni (Weber et de Beaufort, 1922)
Melanotaenia australis (Castelnau, 1875)
Melanotaenia boesemani (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia eachamensis (Allen & Cross, 1982)
Melanotaenia exquisita (Allen, 1978)
Melanotaenia fluviatilis (Castelnau, 1878)
Melanotaenia gracilis (Allen, 1978)
Melanotaenia lacustris (Munro, 1964)
Melanotaenia maccullochi (Ogilby, 1915)
Melanotaenia nigrans (Richardson, 1843)
Melanotaenia oktediensis (Allen & Cross, 1980)
Melanotaenia parva (Allen, 1990)
Melanotaenia pierucciae (Allen & Renyaan, 1996)
Melanotaenia praecox (Weber & de Beaufort, 1922)
Melanotaenia pygmaea (Allen, 1978)
Melanotaenia rubrostriata (Ramsay & Ogilby, 1886)
Melanotaenia splendida (Peters, 1866)
Melanotaenia trifasciata (Rendahl, 1922)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Océanie
Australie
Melanotaenia duboulayi est endémique des eaux douces des systèmes de drainage côtiers de l'est du nord de la Nouvelle-Galles du Sud et du sud du Queensland, en Australie. Elle peut être trouvée de Fitzroy River, Queensland à Hastings River, Nouvelle-Galles du Sud.
La localité type est "Lagune reliée à la rivière Richmond, Nouvelle-Galles du Sud".

En 1930, Melanotaenia duboulayi a été retrouvé évadé dans le fleuve Mississippi, apparemment issu du commerce aquariophilie*.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
11 à 34 °C
pH
5,8 à 9
GH
2 à 20 °GH
Conductivité
170 à 1960 µS/cm
Melanotaenia duboulayi habite une gamme d'environnements d'eau douce assez variés, y compris les rivières, les ruisseaux, les drains, les étangs, les lacs dunaires et les réservoirs dans les zones côtières sablonneuses et l'habitat forestier intérieur. C'est une espèce subtropicale que l'on trouve dans des eaux relativement calmes et claires, à des températures comprises entre 11 et 34 °C.

Melanotaenia duboulayi se trouvent généralement dans les zones d'eau libre et autour de la végétation souterraine, des troncs submergés ou des branches à des profondeurs moyennes à inférieures. Ils passent généralement la plupart de leur temps dans les zones d'eau libre où ils forment de petits groupes, un ou deux poissons se détachent occasionnellement pour explorer.
Le comportement entre les sexes semble également différent, les femelles formant la base du groupe tandis que les mâles naviguent à la recherche d'opportunités de frai ou d'alimentation.
Dans des conditions ensoleillées, des groupes de juvéniles se trouvaient près de la surface de l'eau se nourrissant de matériaux flottants à la surface, mais les plus gros poissons avaient tendance à se trouver au fond près de la végétation submergée, utilisant souvent les plantes aquatiques comme refuge et source de nourriture.
En milieu de journée, les juvéniles et les petits poissons semblent montrer un comportement lié à la chaleur en rejoignant la surface dans les sites les plus chauds.

Dans ses différents milieux, la qualité de l'eau est influencée par les conditions saisonnières, la profondeur de l'eau, les débits, l'heure de la journée à laquelle les mesures sont enregistrées, ainsi que la présence et la densité/nature de la végétation riveraine.
Les niveaux de conductivité sont généralement plus élevés pendant la saison sèche lorsqu'aucune eau douce ne coule dans le bassin versant. À la fin de la saison sèche, la perte par évaporation provoque une augmentation progressive de la conductivité avec un facteur de concentration de soluté supérieur à dix fois. La conductivité augmente généralement au fur et à mesure que vous descendez le long d'une rivière, mais des discontinuités importantes dans ce gradient peuvent se produire aux points de confluence avec d'autres affluents et des sources souterraines, etc. Les niveaux de pH légèrement plus élevés sont caractéristiques des cours d'eau côtiers car le pH a tendance à augmenter avec la salinité.
L'espèce est classée "Préoccupation mineure" car elle est abondante et qu'il n'y a pas de menaces majeures la concernant.

Note : Dans leur aire de répartition d'origine, les Melanotaenia duboulayi sont également relâchés dans des barrages australiens pour contrôler les moustiques en utilisant le stock sauvage local pour empêcher la perte de variantes endémiques de M. duboulayi par contamination génétique par des formes non locales
Description
Taille
: 9 à 12 cm SL  
: 8 à 11 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
6 à 10 ans
Régime
Omnivore
Les motifs de couleur varient selon la localité d'origine.

Corps relativement allongé, élancé, comprimé latéralement, devenant plus profond avec l'âge; mâles avec un corps plus profond; bouche oblique, s'étend presque en dessous du bord antérieur de l'œil ; mâchoire supérieure saillante; dents de la mâchoire coniques à canines en plusieurs rangées s'étendant à l'extérieur de la bouche ; dents présentes sur le vomer et les palatins ; tête de taille moyenne, œil relativement grand ; ligne latérale absente.
Grandes écailles, s'étendant jusqu'à la joue ; lignes d'échelle verticale 33-36 ; lignes d'échelle horizontale 11-13.
Deux nageoires dorsales séparées ; origine de la première dorsale entre les origines des nageoires pelvienne et anale ; origine de la 2e nageoire dorsale derrière l'origine de la nageoire anale ; nageoires dorsales séparées par un petit espace ; nageoire anale à longue base ; nageoire caudale légèrement fourchue ; les mâles ont la première dorsale plus haute et les extrémités pointues des nageoires anale et dorsale, arrondies chez les femelles.
Taille : Jusqu'à 11 cm de SL, mais généralement inférieure à 8 cm
Nageoire dorsale V-VIII + I,8-13 ; Nageoire anale I,15-21 ; Nageoire pectorale 12-15 ; Nageoire caudale 15-17 ; Branchicténies 11-12 ; Vertèbres 27-32.

Note :
Melanotaenia fluviatilis a été initialement collecté dans les années 1870 dans la rivière Murrumbidgee en Nouvelle-Galles du Sud et scientifiquement décrit comme Aristeus fluviatilis par Castelnau en 1878. Jusqu'en 1986, cette espèce était considérée comme la même que Melanotaenia duboulayi, les deux étaient connues sous le nom de Melanotaenia fluviatilis. Suite à un examen de la famille des poissons arc-en-ciel en 1980, ils ont été renommés Melanotaenia classica fluviatilis. Cependant, une étude de ses premiers stades biologiques a abouti à la séparation de Melanotaenia splendida fluviatilis en deux espèces, Melanotaenia duboulayi des systèmes de drainage côtiers de l'est du nord de la Nouvelle-Galles du Sud et du sud du Queensland, et Melanotaenia fluviatilis du système intérieur de la rivière Murray-Darling. Ils ne se distinguent pas facilement de Melanotaenia duboulayi . Les principales variations sont la profondeur du corps, le nombre de nageoires et le motif de couleur. De plus, il existe de nettes différences dans les caractéristiques des œufs et le développement larvaire. Les populations du sud ont souvent une tête plus large et un museau plus émoussé que les poissons de la partie nord de l'aire de répartition
 
Régime Alimentaire
Omnivore, le Poisson Arc-en-ciel de Du Boulay se nourrit d'insectes terrestres, d'insectes aquatiques, d'algues (charaphytes), de macrophytes, de micro et macro-crustacés, d'œufs de poisson, de végétation terrestre et de mollusques.

En aquarium, Melanotaenia duboulayi acceptera donc toutes les nourritures du commerce : flocons, granulés, mais aussi la nourriture vivante, artémies, lombrics aquatiques, etc. et congelée à l'occasion.
L'apport régulier de nourriture vivante assurera cependant au poisson une meilleure santé, et une coloration plus intense.
Dimorphisme
Les mâles et les femelles présentent un dimorphisme sexuel marqué.

Les mâles adultes ont un corps plus profond et sont plus colorés que les femelles, surtout lors de la reproduction.
Les mâles ont une série de bandes rouges sur les côtés du corps et des taches rouges sur les nageoires dorsale, anale et caudale. Lorsque les mâles paradent devant les femelles, toutes leurs nageoires, à l'exception des pelviennes, ont des marges noires. Les nageoires des femelles et des juvéniles sont claires.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
8 minimum (15 recommandé)
Zone
Supérieure
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
        11      18              28      34
pH
         6      7            8      9
GH
         1       10              20       25
Brassage
Aquarium
Volume
250 l minimum (300 l recommandé)
Longueur
120 cm minimum (150 cm recommandé)
Melanotaenia duboulayi habite une gamme variée d'environnements d'eau calme et claire, y compris les rivières, les ruisseaux, les drains, les étangs, les lacs dunaires et les réservoirs dans les zones côtières sablonneuses et les habitats forestiers intérieurs, avec une préférence pour la végétation aquatique dense. Leur environnement naturel est soumis à des variations saisonnières avec des niveaux de température (11 et 34°C), de pH et de dureté de l'eau variant considérablement.
On le trouve généralement dans les zones d'eau libre et autour de la végétation, de troncs submergés ou de branches à des profondeurs moyennes à inférieures.
Il passent généralement beaucoup de temps dans les zones d'eau libre où les poissons forment de petits groupes.

Comme toujours, on tâchera de reproduire au mieux son habitat naturel en lui proposant un aquarium planté avec des zones de végétation dense, ainsi que des zones ouvertes pour la nage. Le mouvement de l'eau peut être lent à modéré dans cette partie libre grace au rejet du filtre, par exemple.

C’est un poisson particulièrement actif, qui passe son temps à nager en pleine eau. Il a donc besoin de beaucoup d’espace.
Comme ce poisson se comporte bien mieux lorsqu'il est maintenu en banc d'au moins huit à dix individus, mais de préférence plus encore, avec plus de femelles que de mâle on le maintiendra en groupe dans un volume assez grand pour sa petite taille.
Les mâles seront alors encouragés à afficher leurs plus belles couleurs en compagnie de congénères.

En revanche, Melanotaenia duboulayi évoluant principalement dans la zone supérieure et la zone intermédiaire, la composition du sol ne sera pas d'une grande importance. On veillera juste qu'il soit adapté à la plantation choisie.
De la même façon, on choisira des plantes peu exigeante en matière de lumière, le poisson préférant une ombre relative.

Ce poisson préférera une eau moyennement dure et neutre à basique. On l’hébergera dans la fourchette des valeurs suivantes : pH 7-8 ; dureté totale 10-20 °GH ; température 18-28 °C. Par contre, il apprécie une eau renouvelée et propre.
C'est un poisson accommodant en matière de maintenance.
Bon nombre de ces habitats sont soumis à des changements saisonniers en termes de température et de chimie de l'eau, ce qui en fait une espèce adaptable pour les uns, mais compliquée à satisfaire pour les autres.
En effet, on peut considérer que l'espèce pourra s'adapter à des conditions de captivité "limites" ou au contraire qu'il faudra adapter son environnement artificiel aux changements saisonniers trouvés dans son milieu naturel.

Idéalement cependant, on reproduira donc les variations saisonnières de son habitat et simulant une saison sèche et une saison des pluies.
En plus de favoriser le frai, ces changements sont nécessaires à la santé des poissons et prolongent leur espérance de vie en intercalant une période de repos entre les périodes d'activités reproductives.

Comme tous les Melanotaenia spp., Melanotaenia duboulayi est très pacifique. Il ne s’attaque absolument pas aux autres poissons, même les plus petits et peut donc être maintenu en aquarium communautaire, sous réserve de paramètres concordants.

Attention ! : Tous les Melanotaenia, insectivores de surface, peuvent sauter, un couvercle est donc fortement recommandé.

Disponibilité commerciale : Disponible

Cette espèce est populaire dans le commerce des aquariums partout dans le monde.

Amandus Rudel a introduit l'espèce en Allemagne en 1927, et de là en Amérique du Nord. En 1930, l'espèce a été retrouvée dans le fleuve Mississippi*.
Les poissons arc-en-ciel à taches cramoisies sont toujours très populaires auprès des aquariophiles du monde entier mais les éleveurs australiens mettent davantage l'accent sur la préservation des variantes locales.

Attention ! : Si vous voulez acheter des Poissons arcs-en-ciel, ne cherchez pas les beaux poissons colorés des photos promotionnelles !
Les spécimens adultes sont rarement disponibles dans le commerce, et ce sont les poissons juvéniles beaucoup plus ternes qui sont presque toujours proposés à la vente. Vous devrez faire preuve de patience, même avec une bonne alimentation, le développement complet des couleurs peut prendre plus d'un an.
Il s'ensuit de nombreuses erreurs d'identification et vous devrez être très vigilant quant à vos acquisitions.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Courante
Paramètres
Température
24 à 29 °C
pH
7 à 8
GH
10 à 20 °GH
Attention ! : L'espèce présentant des variétés locales prononcées, on veillera à ne pas mélanger des souches de provenance différentes afin de conserver la pureté des lignées naturelles.

La plupart des informations sur la biologie du poisson arc-en-ciel de Du Boulay sont principalement basées sur des observations en aquarium.
Sexuellement mature à dix ou douze mois pour les deux sexes, lorsque les poissons mesurent environ quatre à cinq centimètres.
Le frai a lieu de la fin de l'hiver à l'été avec un pic d'activité de frai au printemps et en été avant le début des pluies estivales.
Le frai a lieu tôt le matin ou le soir juste avant la tombée de la nuit. Chaque femelle pond plusieurs œufs par jour, qui sont fécondés par le mâle. Les œufs adhèrent aux plantes à feuillage fin ou parmi les racines de la végétation flottante par plusieurs filaments longs et minces prenant naissance en un point sur la membrane de l'œuf.
Les œufs sont pondus généralement à moins de dix centimètres de la surface de l'eau.

Les œufs sont relativement gros, en moyenne autour de 0,93 à 1,41 mm de diamètre. Les œufs sont démersaux avec des filaments adhésifs.
Les larves éclosent après cinq à dix jours après la fécondation à des températures de l'eau comprises entre 24 et 29 °C.
À l'éclosion, les larves de 2,5 à 4,2 mm de long ont un sac vitellin réduit mais toujours présent.
Les larves nouvellement écloses se rassemblent près de la surface de l'eau en quelques heures et commencent à se nourrir en douze heures. Un mois après l'éclosion, la longueur larvaire moyenne est d'environ 14-15 mm et à 72 jours de 21-25 mm.

L'espèce présente un fort dimorphisme sexuel.
Les mâles grandissent généralement plus rapidement et sont généralement plus grands et plus brillants que les femelles (Hattori et Warburton, 2003).
Commentaires
Étymologie : Melanotaenia, melano- du grec ancien μέλας, μέλανος, mélas, mélanos "noir " et taenia, du latin tænia "bandelette", du grec ταινία, (tainía) "bandelette" (ici bande, rayure), et duboulayi, "de Du Boulay" en l'honneur de naturaliste et illustrateur Francis Houssemayne du Boulay (1837-1914), qui a recueilli le spécimen type dans les années 1870 dans la rivière Richmond dans le nord-est de la Nouvelle-Galles du Sud.


Note : Une étude contrôlée comparant six espèces de poissons indigènes avec le poisson-moustique oriental introduit (et envahissant) "Gambusia holbrooki" sur la consommation de larves du moustique "Culex annulirostris" à Brisbane a révélé que le poisson arc-en-ciel à taches cramoisies mangeait plus de larves de moustiques que toutes les autres espèces testées et est un bon candidat pour la lutte contre les moustiques.

*Melanotaenia duboulayi est le "poisson arc-en-ciel australien" original et a été maintenu dans l'aquariophilie au tournant du XXe siècle. Melanotaenia duboulayi était communément connu sous le nom de "Crimson-spotted Sunfish" et identifié à tort comme Melanotaenia nigrans. Amandus Rudel était un membre fondateur de l'Aquarium & Terrarium Society of Queensland, et en 1927, il a introduit le poisson arc-en-ciel australien dans le passe-temps international de l'aquarium lorsqu'il a envoyé des spécimens de Melanotaenia duboulayi par bateau à vapeur en Allemagne, et qui ont ensuite été élevés par l'Aquarium de Berlin.
On pense qu'à partir de cette expédition initiale , Melanotaenia duboulayi a été introduite parmi les aquariophiles de toute l'Europe, puis en Amérique du Nord.
En 1930, un certain nombre de Melanotaenia duboulayi ont été recueillis dans le fleuve Mississippi. Trois spécimens ont été collectés en juillet 1930 par M. Fred G. Orsinger du John G. Shedd Aquarium, Chicago, le Dr Wilbur Luce de l'Université de l'Illinois et le Dr Thompson de l'Illinois State Natural History Survey. Ils ont été emmenés vivants au Shedd Aquarium, où ils ont été identifiés par le Dr Carl Hubbs de l'Université du Michigan. On suppose qu'ils se sont échappés d'un établissement de poissons tropicaux à Saint-Louis, à environ 40 milles en amont. C'était l'un des premiers récits d'un poisson d'ornement introduit trouvé aux États-Unis. (O'Donnell DJ. , 1935)
Références
GBIF, UICN
Australian Museum, Atlas of Living Australia, Australian Faunal Directory
Fishes of Australia (https://fishesofaustralia.net.au/home/species/2106)
Rainbowfish (https://rainbowfish.angfaqld.org.au)
- Allen, G.R. "Rainbowfishes of Australia and Papua New Guinea". Angus & Robertson. (as M. splendida fluviatilis) (1982)
- Allen, G.R. "Freshwater Fishes of Australia". Neptune, New Jersey : T.F.H. Publications. (1989)
- Allen, G.R. in McDowall, R.M. "Freshwater Fishes of South-Eastern Australia". Reed Books. (1996)
- Allen, G.R., Midgley, S.H. & Allen, M. "Field Guide to the Freshwater Fishes of Australia." Perth : Western Australian Museum. (2002)
- Brown, C., Unmack, P. & Hammer, M. "Melanotaenia duboulayi". The IUCN Red List of Threatened Species 2019
- Brown, C., and Warburton, K. "Social Mechanisms Enhance Escape Responses in Shoals of Rainbowfish, Melanotaenia Duboulayi". in Environmental Biology of Fishes Vol 56 pp 455-459 (1999)
- Caller, G. & Brown, C. "Evolutionary Responses to invasion: cane toad sympatric fish show enhanced avoidance learning". in PLoS ONE 8(1) (2013)
- Cashner, R.C., Hawkes,G.P., Gartside, D.F. & Marsh-Matthews E. "Fishes of the Nymboida, Mann and Orara Rivers of the Clarence River Drainage, New South Wales, Australia". in Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 121: 89-100 (1999)
- Castelnau, F.L. de "On some new Australian (chiefly) freshwater fishes". in Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 1 3(2): 140-144 (1878)
- Crowley, L.E.L.M., Ivantsoff, W. & Allen, G.R. "Taxonomic position of two crimson-spotted rainbowfish, Melanotaenia duboulayi and Melanotaenia fluviatilis (Pisces: Melanotaeniidae), from Eastern Australia, with special reference to their early life-history stages." in Australian Journal of Marine and Freshwater Research 37: 385-398 (1986)
- De Vis, C.W. "New fishes in the Queensland Museum". No. 4. Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 1 9(3): 685-698 (described as Aristeus perporosus, type locality Maryborough, Queensland) (1884)
- Eschmeyer, W.N., Fricke, R., and Ven der Laan, R. (eds.). Catalog of Fishes: genera, species, references. (2017)
- Gomon, MF & Bray, DJ "Melanotaenia duboulayi in Fishes of Australia", consulté le 4 septembre 2022
- Hattori A. et K. Warburton. "Utilisation du microhabitat par le poisson arc-en-ciel Melanotaenia duboulayi dans un ruisseau australien subtropical". in Journal d'éthologie 21 : 15-22 (2003)
- Johnson, J. "Fishes of the Brisbane River". Fishes of Sahul, Journal of the Australian New Guinea Fishes Association 8(1): 347-352 (1993)
- Leggett, R. & Merrick, J.R. "Australian Native Fishes for Aquariums". Artarmon : J.R. Merrick Publications. (1987)
- Macleay, W.J. "Descriptive catalogue of the fishes of Australia. Part 2." in Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 1 5(4): 510-629 (1881)
- McDowall, R.M. (ed.) "Freshwater Fishes of South-eastern Australia". Sydney : Reed Books. (1996)
- Merrick, J.R. & G.E. Schmida. "Australian Freshwater Fishes". in Biology and Management. (1984).
- O'Donnell D.J. "Annotated list of the fishes of Illinois". in Illinois Natural History Survey Bulletin 20(5): 473-500 (1935)
- Milton D. & A. Arthington "Reproductive strategy and growth of the crimson-spotted rainbowfish, Melanotaenia splendida fluviatilis (Castelnau) (Pisces: Melanotaeniidae) in south-eastern Queensland". in Marine and Freshwater Research 35(1): 75-83 (1984)
- Pusey, B.J., Kennard, M.J. & Bird, J. "Fishes of the dune fields of Cape Flattery, northern Queensland and other dune systems in north-eastern Australia". in Ichthyological Exploration of Freshwaters 11(1): 65-74 (2000)
- Smith, S., Brauer, C.J., Sasaki, M., et al. "Latitudinal variation in climate-associated genes imperils range edge populations." in Molecular Ecology 29: 4337–4349. (2020)
- Warburton, K. & Madden, C. "Behavioural responses of two native Australian fish species (Melanotaenia duboulayi and Pseudomugil signifer) to introduced poeciliids (Gambusia holbrooki and Xiphophorus helleri) in controlled conditions". in Proceedings of The Linnean Society of New South Wales, 124: 115-123 (2003)

Pour citer cette fiche :"Melanotaenia duboulayi, Castelnau, 1878" B-Aqua / GP (2022)