Luciocephalus pulcher
Luciocéphale gracieux
Réputée comme une espèce difficile à maintenir en captivité, le Luciocéphale gracieux n'est recommandé qu'aux passionnés capables de lui fournir l'alimentation et les soins dont il a besoin pour sa santé et son bien-être. Prédateur piscivore, il n'accepte que des aliments vivants, fréquente les habitats forestiers marécageux d'eau douce et très acide. On comprend que ce poisson rare et difficile à contenter devra être réservé aux aquariophiles confirmés.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Gray, 1830
Classe: Actinopterygii
Ordre: Perciformes
Famille:  Osphronemidae
Genre:  Luciocephalus
Synonymes
Diplopterus pulcher Gray, 1830
Noms Communs
Luciocéphale gracieux
Giant Pikehead (en)
Emplunyu (malais)
Membres du genre Luciocephalus
Luciocephalus pulcher (Gray, 1830)
Luciocephalus aura (Tan & Ng, 2005)
Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Brunei Darussalam, Indonésie, Malaisie, Singapour, Thaïlande
Luciocephalus pulcher est largement réparti dans la péninsule malaise (Singapour, Malaisie péninsulaire, sud de la Thaïlande), l'archipel de Riau (Pulau Bintan, Pulau Batam, Pulau Lingga), Sumatra (Riau, Jambi, Sumatra Selatan), l'archipel de Natuna (Pulau Natuna Besar) et Bornéo (Sarawak, Brunei Darussalam, Kalimantan Barat, Kalimantan Tengah) (Tan et Ng 2005).
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
pH
3 à 6
GH
0 à 10 °GH
Luciocephalus pulcher fréquente les habitats de forêt marécageuse d'eau douce et les tourbières forestières, où il est généralement capturé parmi la végétation riveraine submergée.
À Singapour, l'espèce se trouve uniquement dans la forêt marécageuse de la réserve naturelle de Nee Soon.
Dans ses eaux naturelles, il a été recueilli dans de l'eau avec un pH de 3.

Dans la tourbière du nord de Selangor, dans la péninsule malaisienne, Luciocephalus pulcher est présent aux côtés de nombreux autres poissons, notamment Rasbora cephalotaenia, R. einthovenii, R. kalochroma, Puntius hexazona, Nemacheilus selangoricus, Neohomaloptera johorensis, Kottelatlimia pristes, Mystus bimaculatus, Belontia hasselti, Betta bellica, B. livida, Sphaerichthys osphromenoides, Trichopodus trichopterus.
L'espèce n'est en aucun cas commune dans les habitats d'eau acide appropriés de la péninsule malaise et de Singapour (BW Low, obs. pers. 2012-2018). Cependant, la tendance générale de la population est inconnue.

Des recherches sur sa population, son cycle biologique et ses menaces sont nécessaires, parallèlement à la surveillance des tendances de l'habitat et à l'élaboration d'un plan de gestion par zone. La protection du site et de l'habitat est également recommandée. Des programmes d'éducation publique devraient être mis en place pour sensibiliser le public à la vulnérabilité de l'espèce en raison de la fragmentation ou de la modification de l'habitat.

L'espèce est classée dans la catégorie "Préoccupation mineure" en raison de sa vaste répartition indigène dans la péninsule malaise, Sumatra, l'archipel de Riau, l'archipel de Natuna et Bornéo.
Cependant, la conversion à grande échelle des forêts marécageuses d'eau douce et des forêts marécageuses tourbeuses en plantations forestières et en monoculture à l'échelle industrielle constitue une menace pour cette espèce (Giam et al. 2012).
Description
Taille
: 18 à 20 cm SL
Respiration
Branchiale, Labyrinthe
Longévité
15 à 20 ans
Régime
Carnivore
Sa coloration cryptique brun et la forme allongée de ce poisson le font ressembler à un bout de bois. Cette coloration discrète fait de lui un chasseur à l'affut efficace.

L. pulcher a été le seul représentant du genre pendant de nombreuses années, jusqu'à ce que Tan et Ng décrivent la belle L. aura en 2005. L. aura est un peu plus petit que L. pulcher et se distingue facilement par le poivrage de taches irisées le long de ses flancs. Les deux espèces n'ont pas de vessie natatoire fonctionnelle.

Les Luciocéphale gracieux sont allongés, quelque peu aplatis sur le côté, de couleur brune avec des rayures verticales. Sa tête est grande et la bouche pointue. La mâchoire supérieure peut s'étendre très loin (un tiers de la longueur de la tête), la bouche forme alors un gros tube et est poussée en avant sur la proie. La nageoire dorsale est courte et se tient loin en arrière, elle a dix à douze rayons mous, la nageoire anale est divisée par une incision et a un rayon dur et dix-huit à vingt-et-un rayons mous. Le deuxième faisceau de nageoires des nageoires pelviennes se prolonge comme un fil. Le nombre de rayons respectifs des nageoires diffère à peine dans les espèces connues. L'organe du labyrinthe est simplement construit.
En effet, comme d'autres dans le sous-ordre Anabantoidei, Luciocephalus possède un appareil respiratoire accessoire connu sous le nom d' organe labyrinthe . Appelé en raison de sa structure en forme de labyrinthe, cet organe permet au poisson de respirer l'air atmosphérique dans une certaine mesure. Il est formé par une modification du premier arc branchial et consiste en de nombreux lambeaux de peau pliés et très vascularisés . La structure de l'organe varie en complexité entre les espèces , tendant à être plus bien développée chez celles qui vivent dans des conditions particulièrement privées d'oxygène.

L. pulcher se distingue de Luciocephalus aura chez les caractères suivants : absence de nombreuses taches vertes irisées sur la bande centrale lorsqu'elles sont vivantes (vs. présence) ; présence d'un motif irrégulier noir sur la zone située sous la bande préorbitaire à centrale (vs. absence); zone juste au-dessus de la base de la nageoire anale avec 3-4 taches brun foncé, qui semblent circulaires lorsque le corps est vu ventralement (par opposition à l'absence de telles marques); nageoire caudale jaunâtre avec 3 à 5 larges barres noires verticales (vs. nageoire caudale brunâtre avec 3 à 7 barres dorées verticales étroites irisées); présence de marquages ​​anaux et pelviens (vs. absence) ; longueur de la nageoire caudale plus courte (longueur totale 120,0-125,6 % SL contre 123,7-127,1 ); longueur postdorsale plus courte (10,4-12,4% SL vs 12,0-13,2); plus grande longueur de tête (44,1-48,6 % SL contre 43,3-45,9 ); plus petite profondeur du pédoncule caudal (8,9-10,6% SL vs 10,7-11,2); et longueur de la base de la nageoire anale relativement plus courte (19,3-23,4 % SL contre 23,6-24,5).
 
Régime Alimentaire
Prédateur piscivore, Luciocephalus pulcher n'accepte que des aliments vivants, comme de petits poissons ou des crevettes.

Attention ! : Comme L. aura il semble difficile de l'habituer à des proies mortes.

C'est un prédateur parfaitement adapté à l'affut. Il possède l'une des mâchoires les plus saillantes de tous les poissons, ayant la capacité d'étendre ses pièces buccales à environ un tiers de la longueur de son corps (mâchoires protrusibles).
Cela lui permet de consommer des proies presque la moitié de sa propre taille. Il attend, immobile et hautement camouflé jusqu'à ce qu'une victime appropriée (généralement un poisson plus petit) soit à portée. En un clin d'œil, il bondit en avant (fente rapide), engloutissant littéralement l'infortuné gibier avec son énorme bouche.

Bien que les poissons vivants soient la nourriture préférée, les vers de terre, les grillons et les crevettes vivantes sont également acceptés. Si vous avez l'intention d'utiliser des poissons "fourrages" vivants, cela vaut la peine de mettre en service un bac d'élevage séparé contenant une colonie de vivipares par exemple ou d'autres petits poissons très prolifiques. Leur élevage pour l'alimentation réduira le risque d'introduction de maladies ou de parasites via des poissons achetés pour l'occasion en magasin.
Dimorphisme
Les mâles reproducteurs sont plus colorés que les femelles en particulier au niveau des nageoires. Les femelles adultes sont aussi plus rondes.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
1 minimum (3 recommandé)
Zone
Supérieure
Ratio M/F
1 / 1
Paramètres
Température
        21      22              24      26
pH
         3      5            6      6,5
GH
         1       2              6       10
Brassage
Aquarium
Volume
500 l minimum
Longueur
200 cm minimum
Sa coloration cryptique brun et la forme allongée de la tête de brochet font ressembler le poisson à un bout de bois. C'est un prédateur par embuscade qui reste immobile dans la végétation près de la surface.
L'espèce est limitée aux habitats forestiers des marais d'eau douce et des forêts marécageuses, où il est généralement capturé dans une végétation riveraine submergée.

Il habite des tourbières ou des marais avec de la tourbe en eau stagnante, noire, en zone boisée.
L'eau y est généralement teintée avec des acides humiques et autres produits chimiques libérés par la décomposition organique des humus végétaux. La teneur en minéraux dissous est toujours négligeable, et le pH peut être aussi faible que 3,0 ou 4,0. La forêt tropicale à couvert dense au-dessus signifie généralement que très peu de lumière pénètre dans la surface de l'eau, et le substrat est généralement jonché de branches d'arbres tombées et des feuilles pourrissantes.

En aquarium, une valeur de pH 6,0 doit être considérée comme le maximum absolu.
Il appréciera donc une eau très douce et acide, voire très acide avec un pH de 5,0 à 6,0.
On devra utiliser de la tourbe comme substrat et ajoutez quelques brindilles et branches disposées de manière à ce que certaines d'entre elles dépassent en surface.
Laissez cependant un espace de quelques centimètres entre le couvercle et l'eau car non seulement l'espèce a besoin d'une couche d'air humide au-dessus de son réservoir, mais parce que c'est aussi un excellent sauteur.
L'ajout d'un peu de litière de feuilles sous forme de feuilles de hêtre, de chêne complètera la sensation naturelle et donnera une représentation plus fidèle de l'habitat naturel de l'espèce.

Selon Tan et Ng, L. aura se trouve également aux côtés de L. pulcher à Jambi, mais les deux poissons peuvent vivre dans des habitats différents, avec L. aura dans les eaux à courant plus rapide et L. pulcher dans les zones les plus stagnantes. Il sera bon de fournir à ce poisson un débit d'eau faible.
Des changements d'eau partiels mais réguliers sont indispensables pour maintenir la haute qualité d'eau constante requise.

Un peu délicat en termes de régime alimentaire et de besoins en eau, il est préférable de le maintenir dans un bac spécifique abondamment planté de plus d'un mètre et demi de long.
En plus de posséder la capacité de consommer d'éventuels compagnons de réservoir plus petits, il est en fait assez timide et peut facilement se sentir menacé s'il est hébergé à côté d' espèces beaucoup plus grandes ou plus vigoureuses.
Il est préférable de le maintenir en groupe bien qu'il soit volontiers solitaire. Il est alors important d'offrir une couverture végétale importante et de nombreuses cachettes afin de prévenir les agressions.
On préférera un petits groupes de trois à cinq individus mais ils doivent être de la même taille et introduits simultanément ; ce n'est pas seulement plus naturel pour eux, mais cela augmentera également vos chances de succès dans la reproduction.

Ce prédateur solitaire, piscivore vorace, se nourrit de petits poissons, crevettes, insectes et leurs larves, collemboles... qu'il faudra impérativement lui procurer.
Il chasse en embuscade en surface ou à mi-eau, le plus souvent caché parmi la végétation ou sous la végétation flottante.
Il est le plus heureux lorsqu'il est maintenu dans un réservoir ombragé par des parcelles de végétation flottante.

Disponibilité commerciale : Rare

Luciocephalus pulcher semble très mal voyager et arrive souvent dans un état affaibli et émacié dans le commerce dédié. Il est également particulièrement sensible aux infections bactériennes lors de son importation.
Il sera donc indispensable d'observer attentivement les poissons lors de leur achat pour écarter ceux qui présentent des taches rouges autour des pièces buccales ou des nageoires, ou qui semblent particulièrement apathiques.

La surexploitation pour le commerce des aquariums peut visiblement constituer une menace supplémentaire à la mise en danger de l'espèce.
On veillera donc à ne l'accueillir que dans le cadre d'une tentative de reproduction.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Difficile
Paramètres
Température
22 à 24 °C
pH
5,5
GH
2 à 4 °GH
Les Luciocephalus aura sont des incubateurs buccaux paternels.
Il leur faut une eau très douce et acide.
Lorsque les femelles sont prêtes à frayer, elles se montrent au mâle d'une manière similaire à certains cichlidés.
Une fois formé, le couple sélectionnera un site de frai, généralement une pierre plate, et la femelle se postera devant le mâle, le poussant tout en tournant autour de lui, en ouvrant grand ses branchies.
Lorsqu'il est prêt à frayer, les couleurs du mâle s'intensifieront le long de la gorge et des flancs, mais il s'éclaircira le long de la surface dorsale. Il commencera alors à tourner en rond avec la femelle et finalement ils s'embrasseront, enroulant leurs queues les unes autour des autres et frémissant.
Pendant cette parade nuptiale, les autres poissons présents seront systématiquement chassés.

La femelle libère ensuite ses œufs (100 à 150), blancs et de grande taille, sur le site de frai choisi précédemment. Ceux-ci seront instantanément fécondés par le mâle.
Le mâle va alors méthodiquement mettre les œufs dans sa bouche sous la surveillance de la femelle.
Le mâle gardera les œufs dans sa bouche pendant environ trente jours avant que les alevins complètement formés ne soient libérés. Il n'essaiera pas de manger pendant ce temps.
Les alevins doivent être séparés des adultes une fois qu'ils sont relâchés, pour éviter qu'ils soient victimes de prédation.

Les alevins seront immédiatement nourris de proies vivante de petite taille comme des nauplies d'artémies, micro-vers...

Note : Des recherches récentes de Ruber et al. 2006 ont montré que les Luciocephalus sont membres du clade des œufs en spirale. Leurs œufs inhabituels en forme de poire ont des crêtes en spirale à la surface qui mènent à une structure appelée micropyle. On pense que cela indique leur parenté avec Sphaerichthys.
Commentaires
Étymologie : Luciocephalus du latin, lucius "brochet" et du grec ancien κεφαλή, kéfalê "tête" (tête de brochet) et pulcher, "beau, joli, gracieux".
Références
GBIF, IUCN,
Fishbase, Seriously fish,
- Giam, X., Koh, L.P., Tan, H.H., Miettinen, J., Tan, H.T.W. and Ng, P.K.L. "Global extinctions of freshwater fishes follow peatland conversion in Sundaland." in Frontiers in Ecology and the Environment 10(9): 465–470 (2012)
- Kottelat, M. and E. Widjanarti, "The fishes of Danau Sentarum National Park and the Kapuas Lakes area, Kalimantan Barat, Indonesia." in Raffles Bull. Zool. Supplement (13):139-173. (2005)
- Kottelat, M."The fishes of the inland waters of southeast Asia: a catalogue and core bibiography of the fishes known to occur in freshwaters, mangroves and estuaries." in Raffles Bulletin of Zoology Supplement No. 27: 1-663 (2013)
- Lim, K.K.P., H.H. Tan and J.K.Y. Low, "Fishes". p. 145-154. In G.W.H. Davison, P.KL. Ng and H.H. Chew (eds.). The Singapore red data book: threatened plants & animals of Singapore. 2nd ed. Nature Society (Singapore), Singapore. (2008)
- Low, B.W. "Luciocephalus pulcher". The IUCN Red List of Threatened Species 2019
- Nelson, J.S., "Fishes of the world." 2nd edition. John Wiley & Sons, Inc., New York. (1984)
- Riehl, R. and H.A. Baensch, ."Aquarien Atlas". Band. 1. Melle: Mergus, Verlag für Natur-und Heimtierkunde, Germany. (1991)
- Tan, H.H. and Ng, P.K.L. "The labyrinth fishes (Teleostei: Anabantoidei, Channoidei) of Sumatra, Indonesia." in Raffles Bulletin of Zoology Supplement (13): 115-138 (2005)
- Vidthayanon, C., "Peat swamp fishes of Thailand." Office of Environmental Policy and Planning, Bangkok, Thailand (2002)

Pour citer cette fiche :"Luciocephalus pulcher, Gray, 1830" B-Aqua / GP (2022-24)